Impact pronostique du sexe féminin sur le devenir oncologique des patients atteints d’une tumeur de vessie infiltrant le muscle traités par cystectomie totale

25 novembre 2014

Auteurs : Y. Dabi, Y. Rouscoff, M. El Mrini, N. Barry Delonchamps, D. Saighi, M. Peyromaure, M. Zerbib, E. Xylinas
Référence : Prog Urol, 2014, 13, 24, 805
Objectifs

Nous avons voulu évaluer l’impact pronostic du sexe féminin sur le devenir oncologique des patients ayant une tumeur de vessie infiltrant le muscle traités par cystectomie totale.

Méthodes

Les données étaient collectées à partir de données de 701 patients traités par cystectomie totale associée à une lymphadenectomie pelvienne pour une tumeur de vessie infiltrant le muscle. L’impact du sexe sur la récidive tumorale, la mortalité spécifique et globale ont été analysés à l’aide de modèles uni- et multivariés de régression de Cox.

Résultats

Parmi les 701 patients, il y avait 553 hommes (78,9 %) et 148 femmes (21,1 %). Avec un suivi moyen de 44 mois (écart interquartile 23–73), 163 patients (23,3 %) ont présenté une récidive tumorale et 127 (18,1 %) sont décédés liés à la tumeur de vessie. En analyse multivariée, après ajustement sur les facteurs pronostiques cliniques et anatomo-pathologiques classiques (âge, stade tumoral, grade tumoral, présence d’embols tumoraux, présence de CIS concomitant, statut ganglionnaire), le genre féminin était un facteur pronostique indépendant associé à la survenue d’une récidive tumorale (p =0,01 ; RR=1,80 ; IC 95 %=1,26–2,56) et d’une mortalité spécifique (p =0,01 ; RR=2,60 ; IC 95 %=1,76–3,82).

Conclusion

Le sexe féminin apparaît être un facteur pronostic indépendant du devenir oncologique des patients après cystectomie totale. Il semble pertinent de s’y intéresser pour proposer à l’avenir des traitements plus adaptés au pronostic de chaque patient.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2014 
Publié par Elsevier Masson SAS.