Impact des traitements pour l'HBP sur la sexualité - Introduction

09 juillet 2005

Mots clés : HBP, Traitement
Auteurs : Pr François Desgranchamps et le CTMH
Référence : Prog Urol, 2005, 15, 1, 183, suppl. 1

"Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) et sexualité" a été le thème du forum des troubles mictionnels de l'homme car il fallait faire le point sur ce sujet compte tenu de l'abondance des nouvelles données scientifiques dans ce domaine.

Un certain voile pudique entourait ce sujet et il était convenu que sexualité et HBP n'avaient pas grand chose à faire ensemble, en dehors d'un détérioration de l'éjaculation induite par le traitement chirurgical.

Les choses ont bien changé : si l'on ne sait toujours pas si l'activité sexuelle peut avoir un effet sur le développement d'une HBP, on sait désormais clairement que les troubles mictionnels (TUBA) induits par l'HBP sont liés à une dégradation parallèle de la vie sexuelle. A l'intérieur d'une même tranche d'âge, l'activité et la satisfaction sexuelle décroissent en relation avec l'intensité des TUBA. [4]

Par ailleurs, l'étude AFU en 1993 sur la chirurgie prostatique avait permis de montrer que 30% des patients sans activité sexuelle avant l'opération, en retrouvaient une 1 an après celle-ci.

Parallèlement, s'il est communément admis que les traitements médicamenteux de l'HBP peuvent avoir des effets secondaires sexuels, des troubles de l'éjaculation, de la libido ou de l'érection, des données nouvelles montrent qu'au contraire chez certains patients le traitement de leurs TUBA peut avoir un effet bénéfique sur leur sexualité [1, 3-5].

Le rapport direct de cause à effet n'est pas démontré. Il est possible qu'à l'instar du traitement de la constipation qui lui aussi améliore la sexualité des hommes de plus de 60 ans [2], le traitement médical des TUBA puisse améliorer la sexualité de façon indirect.

Enfin après une période de grand enthousiasme pour les techniques instrumentales alternatives à la résection endoscopique de la prostate, celle-ci avait relativement quitté le devant de la scène. Là encore, de nouvelles données sont disponibles évaluant l'effet de ces techniques sur le long terme et leur impact sur la sexualité.

Il était donc grand temps de faire le point sur la sexualité qui est devenue un critère indispensable dans la prise en charge thérapeutique d'un homme souffrant une HBP.

Références

1.CARRARO JC, RAYNAUD JP, KOCH G, CHISHOLM GD, DI SILVERIO F, TEILLAC P, DA SILVA FC, CAUQUIL J, CHOPIN DK, HAMDY FC, HANUS M, HAURI D, KALINTERIS A, MARENCAK J, PERIER A, PERRIN P. Comparison of phytotherapy (Permixon) with finasteride in the treatment of benign prostate hyperplasia: a randomized international study of 1,098 patients. Prostate. 1996;29(4):231-40; discussion 241-2.

2 CHARACH G, GREENSTEIN A, RABINOVICH P, GROSKOPF I, WEINTRAUB M Alleviating constipation in the elderly improves lower urinary tract symptoms. Gerontology. 2001;47(2):72-6

3 DE ROSE AF, CARMIGNANI G, CORBU C, GIGLIO M, TRAVERSO P, NASELLI A, BELGRANO E, CATUOGNO C, FONTANA D, MAVER A, MIRONE V, MUZZONIGRO G, DI TRAPANI D, BONINI F. Observational multicentric trial performed with doxazosin: evaluation of sexual effects on patients with diagnosed benign prostatic hyperplasia. Urol Int. 2002;68(2):95-8.

4 ROSEN R, ALTWEIN J, BOYLE P, KIRBY RS, LUKACS B, MEULEMAN E, O'LEARY MP, PUPPO P, ROBERTSON C, GIULIANO F.Lower urinary tract symptoms and male sexual dysfunction: the multinational survey of the aging male (MSAM-7). Eur Urol. 2003;44(6):637-49

5 VAN MOORSELAAR R, EMBERTON M, HARVING N, MATZKIN H, HARTUNG R, ALCARAZ A, ELHILALI M : Alfuzosin 10 mg once a day improves sexual function in men with LUTS and concomittant sexual dysfunction. Eur Urol 2003; 2 A 285