Hyperplasie bénigne de la prostate

25 mars 2019

Auteurs : G. Ploussard, J.-N. Cornu
Référence : Prog Urol, 2019, 1, 29, 24-26, suppl. 1HS



 


Incontinence urinaire après énucléation laser prostatique : données d’un large registre multicentrique



D’après la communication de V. Houssin (Lille)


L’incontinence urinaire après énucléation laser de prostate par voie endoscopique est une problématique importante dans la prise en charge des patients. Elle est très variable dans la littérature, liée à l’âge du patient, au volume prostatique, à la fonction vésico-sphinctérienne préopératoire, mais les facteurs prédictifs restent peu clairs. Houssin et al. ont rapporté les résultats d’une étude prospective multicentrique via un registre collaboratif ayant rassemblé les données concernant 2 346 patients traités par énucléation au laser holmium (HOLEP). Une incontinence urinaire de novo après la chirurgie a été constatée dans 15 % des cas à 3 mois postopératoires, le plus souvent par urgenturie. Ce taux était de 4 % à 6 mois, montrant une résolution spontanée dans la plupart des cas. En analyse multivariée, l’incontinence à 3 mois était plus souvent fréquente d’autant plus que les patients étaient âgés et avaient un indice de masse corporelle élevé. Le poids d’adénome énucléé et l’expérience du chirurgien avaient aussi une influence sur la continence postopératoire. Ces données étaient importantes à considérer vis-à-vis de la courbe d’apprentissage et de l’information donnée au patient.


Abstract N° CO-73, CO-75



Problématique de la désobstruction prostatique chez les patients atteints d’une maladie de Parkinson



D’après la communication de B. Peyronnet (Rennes)


Les symptômes du bas appareil urinaire chez les patients ayant une maladie de Parkinson sont un défi du quotidien pour l’urologue. Le vieillissement de la population engendre la croissance des cas de patients de sexe masculin, parkinsoniens, présentant un tableau d’obstruction sous-vésicale d’origine prostatique, avec une dysfonction vésico-sphinctérienne qui complexifie le pronostic de la chirurgie.


Peyronnet et al. ont rapporté l’expérience de trois centres ayant réalisé des chirurgies de résection transurétrale de la prostate ou de photovaporisation laser de la prostate chez 42 patients parkinsoniens. Trois mois après la chirurgie, 69 % étaient améliorés, 9 % inchangés et 21,5 % aggravés du point de vue de leurs symptômes (toute sémiologie confondue). Ces résultats incitaient à une sélection des plus rigoureuse en préopératoire, notamment par le bilan urodynamique, pour informer au mieux les candidats à la chirurgie de désobstruction.


Abstract N° CO-216



Résultats de la technique innovante par aquablation pour la désobstruction sous-vésicale d’origine prostatique



D’après la communication de V. Misrai (Toulouse)


L’aquablation est une technique innovante de chirurgie ablative pour l’hyperplasie bénigne de la prostate. Ce traitement consiste en l’hydrodissection avec destruction de la glande prostatique par un appareil automatisé par voie transurétrale après contourage de la zone à cibler par échographie. L’hémostase est obtenue par traction d’une sonde vésicale pendant 2 heures après le geste, et coagulation focale si besoin. Après des résultats encourageants aux États-Unis, cette technique est apparue en France et a été testée dans plusieurs centres spécialisés. Misrai et al. ont rapporté leur expérience chez 30 patients traités par Aquablation™ avec des volumes prostatiques entre 30 et 80 g. L’intervention a eu lieu sous anesthésie générale dans 80 % des cas et sous rachi-anesthésie dans 20 % des cas. Le temps moyen de procédure était de 4 minutes ; un patient a dû être décailloté et transfusé en postopératoire immédiat. À 3 mois, le débit urinaire moyen était augmenté chez tous les patients, de 9 à 17,2 mL/seconde selon les cas. Ces résultats encourageants étaient similaires à ceux de l’étude américaine publiée antérieurement.


Abstract N° CO-222



Résultats de la technique UroLift à long terme



D’après la communication de N. B. Delongchamps (Paris)


La technique d’implants prostatiques UroLift est validée pour le traitement chirurgical de l’hypertrophie de la prostate, pour des prostates de petit à moyen volume en l’absence de lobe médian. De nombreuses études ont été publiées contre placebo ou contre résection classique avec des résultats à court et moyen termes, mais peu de données à long terme sont disponibles.


B. Delongchamps et al. ont rapporté les résultats de cette technique chez 38 patients âgés en moyenne de 67 ans ayant un volume prostatique de 45 mL en moyenne (20 à 80 mL). L’intervention avait été réalisée sous anesthésie générale chez 33 patients et sous anesthésie locale chez 5 patients, avec une durée médiane de 9 minutes. Après une durée de suivi médiane de 50 mois, 3 patients avaient été perdus de vue, et 10 patients avaient eu une chirurgie additionnelle dans la première année ; un patient avait repris des alpha-bloquants. Les 24 patients restants avaient, eux, un score International Prostate Symptom Score (IPSS) amélioré (médiane 10) [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] [14] [15] [16] [17]. Ces données soulignent que l’échec éventuel de la procédure est plutôt constaté à court terme le cas échéant, avec un succès maintenu dans le temps en cas de bonne réponse initiale.


Abstract N° CO-220



Liens d’intérêts


J.-N. Cornu : L’auteur est consultant pour les compagnies Allergan, Astellas, Boston Scientific, Bouchara-Recordati, Coloplast, Cousin Biotech, Medtronic, Mundipharma, Pfizer, Pierre Fabre Médicaments et investigateur pour Astellas, Cousin Biotech, Coloplast, GT Urological, Ipsen, MedTronic.


G. Ploussard : activités de consultant (Astellas, IPSEN, Janssen, Ferring, Bouchara-Recordati, Takeda) et investigateur d’études cliniques (Janssen, Ferring).



Remerciements


Cet article fait partie du numéro hors série Compte-rendu du 112e congrès de l’Association française d’urologie 2018 réalisé avec le soutien institutionnel d’Astellas.


Références


[1]
Smith MR, Saad F, Chowdhury S, et al.; SPARTAN Investigators. Apalutamide Treatment and Metastasis-free Survival in Prostate Cancer. N Engl J Med 2018;378:1408-18.
[2]
Hussain M, Fizazi K, Saad F, et al. Enzalutamide in Men with Nonmetastatic, Castration-Resistant Prostate Cancer. N Engl J Med 2018;378:2465-74.
[3]
Cornford P, Bellmunt J, Bolla M, et al. EAU-ESTRO-SIOG Guidelines on Prostate Cancer. Part II: Treatment of Relapsing, Metastatic, and Castration-Resistant Prostate Cancer. Eur Urol 2016;S0302-2838:30469-9.
[4]
Penson DF, Armstrong AJ, Concepcion R, et al. Enzalutamide Versus Bicalutamide in Castration-Resistant Prostate Cancer: The STRIVE Trial. J Clin Oncol. 2016;34(18):2098-106.
[5]
Shore ND, Chowdhury S, Villers A, et al. Efficacy and safety of enzalutamide vs bicalutamide for patients with metastatic prostate cancer (TERRAIN): a randomised, double-blind, phase 2 study. Lancet Oncol. 2016;17(2):153-63.
[6]
Attard G, Borre M, Gurney H, et al. TPLATO collaborators. Abiraterone Alone or in Combination With Enzalutamide in Metastatic Castration-Resistant Prostate Cancer With Rising Prostate-Specific Antigen During Enzalutamide Treatment. J Clin Oncol 2018;36:2639-46.
[7]
Conteduca V, Crabb SJ, Scarpi E, et al. Association Between Early PSA Increase and Clinical Outcome in Patients Treated with Enzalutamide for Metastatic Castration Resistant Prostate Cancer. Mol Diagn Ther 2016;20:255-63.
[8]
Fuerea A, Baciarello G, Patrikidou A, et al. Early PSA response is an independent prognostic factor in patients with metastatic castration-resistant prostate cancer treated with next-generation androgen pathway inhibitors. Eur J Cancer 2016;61:44-51.
[9]
Beer TM, Armstrong AJ, Rathkopf DE, et al. Enzalutamide in metastatic prostate cancer before chemotherapy. N Engl J Med 2014;371(5):424-33.
Lavaud P, Gravis G, Foulon S, et al. Anticancer Activity and Tolerance of Treatments Received Beyond Progression in Men Treated Upfront with Androgen Deprivation Therapy With or Without Docetaxel for Metastatic Castration-naïve Prostate Cancer in the GETUG-AFU 15 Phase 3 Trial. Eur Urol 2017 S0302-2838:30791-1.
Francini E, Yip S, Ahmed S, et al. Clinical Outcomes of First-line Abiraterone Acetate or Enzalutamide for Metastatic Castration-resistant Prostate Cancer After Androgen Deprivation Therapy + Docetaxel or ADT Alone for Metastatic Hormone-sensitive Prostate Cancer. Clin Genitourin Cancer 2018;16:130-4.
James ND, de Bono JS, Spears MR, et al. Abiraterone for Prostate Cancer Not Previously Treated with Hormone Therapy. N Engl J Med 2017;377:338-51.
Fizazi K, Tran N, Fein L, et al. Abiraterone plus Prednisone in Metastatic, Castration-Sensitive Prostate Cancer. N Engl J Med 2017;377:352-60.
Boevé LMS, Hulshof MCCM, Vis AN, et al. Effect on Survival of Androgen Deprivation Therapy Alone Compared to Androgen Deprivation Therapy Combined with Concurrent Radiation Therapy to the Prostate in Patients with Primary Bone Metastatic Prostate Cancer in a Prospective Randomised Clinical Trial: Data from the HORRAD Trial. Eur Urol 2018 30658-4.
Parker CC, James ND, Brawley CD, et al. Radiotherapy to the primary tumour for newly diagnosed, metastatic prostate cancer (STAMPEDE): a randomised controlled phase 3 trial. Lancet 2018;392:2353-66.
Elbadawi A, Yalla SV, Resnick NM. Structural basis of geriatric voiding dysfunction. III. Detrusor overactivity. J Urol 1993;150(5 Pt 2):1668-80.
Drake MJ, Kanai A, Bijos DA, et al. The potential role of unregulated autonomous bladder micromotions in urinary storage and voiding dysfunction; overactive bladder and detrusor underactivity. BJU Int 2017;119(1):22-9.







© 2019 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.