Hommage au Pr Dominique CHOPIN - A Mr le Pr Dominique Chopin

14 juillet 2006

Auteurs : Laurent Salomon
Référence : Prog Urol, 2005, 15, 6, 1217-1218, suppl. 1

Tout hommage à un vrai chercheur se doit de souligner sa capacité à créer, à innover, mais aussi à susciter des vocations et à animer une équipe pour mettre d'autres en mesure de poursuivre le chemin. C'est aussi, de la part d'un enseignant hospitalo-universitaire, le courage d'explorer d'autres voies que la voie clinique et de forger les instruments, les savoirs (et les étudiants) pour approfondir connaissance et maîtrise du domaine. Mon hommage à la mémoire de Dominique Chopin ne peut donc mettre en parenthèses tout ce que je lui dois, au risque de paraître trop parler de moi, alors que « le moi est haïssable ».

Praticien hospitalier dans le service d'urologie du Pr. Claude Abbou à l'hôpital Henri Mondor de Créteil, j'ai eu la chance de travailler avec le Pr. Dominique Chopin depuis mon arrivée dans ce service en 1995. Je ne parlerai pas ici de son activité clinique ni de la reconnaissance que je peux avoir pour tout ce qu'il m'a enseigné dans la pratique chirurgicale en onco-urologie et en transplantation réno-pancréatique, ni des relations amicales que j'avais avec lui au quotidien. Je me « limiterai » à son activité de recherche.

Après six mois d'internat dans le service d'urologie, il m'a fait découvrir le cancer de prostate au stade localisé dont j'ignorais complètement la problématique. En effet, le sujet de mon DEA consistait en l'étude des marqueurs biologiques permettant de caractériser le cancer de prostate à ce stade. Si les résultats de cette recherche n'ont pas permis de mettre en évidence des facteurs prédictifs d'évolutivité, ils ont confirmé l'histoire naturelle de ce cancer où, à ce stade d'évolution lente, il n'y a pas de perte de différenciation cellulaire. À ce stade également, les mécanismes de carcinogenèse ne sont pas modulés par p53 ; néanmoins, les différents marqueurs suivent la même évolution que les facteurs anatomopathologiques d'agressivité tumorale comme le score de Gleason et le stade pathologique (1).

Le Groupe d'Etudes des Tumeurs Urologiques qu'il dirigeait avait en effet deux thématiques, les tumeurs de vessie et les tumeurs de prostate. En m'engageant dans cette voie, il organisait son laboratoire en couvrant l'ensemble du cancer de prostate jusqu'à l'hormono-échappement, où chacun avait son rôle, tout en assurant la continuité de la recherche sur ce thème.

La notion de banque de tumeurs qu'il avait créée et développée dans le laboratoire, avec plus de 3000 spécimens à l'époque, m'a conduit sur sa proposition à créer l'équivalent clinique : le suivi d'une cohorte de patients présentant un cancer de prostate traité par prostatectomie radicale nécessitait un recul de plusieurs années avant d'être exploitable sur le plan carcinologique, mais le Pr. Chopin m'a toujours encouragé dans ce sens et m'a épaulé dans tous les travaux permettant de mieux décrire le cancer de prostate que sont les biopsies de prostate, l'étude du volume tumoral et de l'évaluation des résultats chirurgicaux (2, 3, 4).

Ce qu'il m'a appris, c'est une méthode de travail fondée sur l'obligation de recherche bibliographique autour d'un thème précis. Il fallait lire et se tenir constamment au courant des dernières publications sur le sujet dont on devait devenir le référent. Néanmoins, comment égaler sa capacité de travail, seule valeur dont il reconnaissait les mérites ? En tant que directeur de recherche, il était toujours présent, quelles que fussent ses obligations hospitalo-universitaires. il soutenait toujours les membres de son équipe tant dans cet enjeu de base qu'est la recherche de sources de financement que dans le suivi de l'évolution des projets de recherche. Il ne s'opposait à aucune nouvelle idée qui pouvait donner lieu à d'autres voies ou directions de recherche.

La meilleure illustration de cette fidélité et de ce soutien qu'il exprimait envers les personnes qui travaillaient avec lui est tout simplement la liste de ceux qui sont passés dans son laboratoire, et de ce qu'ils sont devenus.

Cette liste impressionnante reflète aussi le fait qu'il était le seul et le premier à avoir proposé une structure de recherche où les urologues et les chercheurs pouvaient développer leurs travaux de recherches sur les tumeurs urologiques. Il avait eu l'idée innovante d'attacher à un service clinique son unité de recherche, et on ne peut se rendre compte de l'investissement et de l'énergie qu'il lui a fallu pour que son laboratoire atteigne le développement et la reconnaissance qu'il a connus jusqu'à devenir une unité INSERM.

Ce soutien et cette fidélité se sont exprimés à mon égard, entre tant d'autres manifestations, par tout simplement sa présence lors de la soutenance de ma thèse de sciences, dont il était le directeur, à un moment où il avait assurément d'autres sujets de préoccupation, et par la chance qu'il m'a offerte en me permettant d'effectuer une année de fellow-ship à Columbia University of New York : là, le Pr. Ralph Buttyan m'a donné l'occasion de travailler sur l'hypoxie comme mécanisme de régulation des tumeurs de prostate en hormono-échappement (5).

DEA, thèse, HDR : c'est le reflet de l'encadrement et du travail d'un directeur de recherche, de mon directeur de recherche qu'était le Pr. Chopin. Et si je me permets d'ajouter ces références émanant de quelques idées développées avec lui, c'est bien pour illustrer un de ses propos : « Un travail fini est un travail écrit ». En deux mots, un maître dont je salue la mémoire avec émotion.

Références

1. S.GIL DIEZ DE MEDINA, L.SALOMON, M.COLOMBEL, C.C.ABBOU, F.RADVANYI, Th.H.VAN DER KWAST, D.K.CHOPIN. "Modulation of chain specific cytokeratin, EGF receptor, and Androgen receptor expression during progression of prostate cancer" , Human Pathology, 1998, 29; 1005-1012.

2. L.SALOMON, M.COLOMBEL, J.J.PATARD, D.GASMAN, D. CHOPIN, C.C ABBOU. "Value of ultrasound-guided systematic sextant biopsies in prostate tumor mapping, Eur.. Urol., 1999, 35: 289-293.

3. L.SALOMON, O.LEVREL, A.G.ANASTASIADIS, J.IRANI, A.DE LA TAILLE, F.SAINT, D.VORDOS, A.CICCO, A.HOZNEK, D.CHOPIN, C.CABBOU. "Prognostic significance of tumor volume after radical prostatectomy: a multivariate analysis of pathological prognostic factors" Eur. Urol., 2003 : 43 : 39-44.

4. L.SALOMON, F.SAINT, AG ANASTASIADIS, P.SEBE, D.CHOPIN, CC.ABBOU. "Combined reporting of cancer control and functional results of radical prostatectomy. " Eur Urol. 2003; 44:656-660.

5. A.G.ANASTASIADIS, M.A.GHAFAR, L.SALOMON, F.VACHEROT, P.BENEDIT, M.W.CHEN, A.SHABSIGH, M.BURCHARDT, D.K.CHOPIN, R.SHABSIGH, R.BUTTYAN. "Human hormone-refractory prostate cancers can harbor mutations in the O2-dependent degradation domain of hypoxia inducible factor-1a (HIF-1a)" J. Cancer Res. Clin. Oncol., 2002, 128 : 358-362.