Greffe d'îlots pancréatiques : Techniques d'isolement et d'immunomodulation in vitro.

16 juillet 2001

Mots clés : transplantation d'îlots pancréatiques, diabète, Immunothérapie
Auteurs : Barrou B, Sylla C, Suberbielle C, Autran B, Debré P, Bitker MO
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 871-877
BUTS : Mettre au point les techniques d'isolement et de purification des îlots pancréatiques pour pouvoir tester deux techniques d'immunomodulation des îlots pancréatiques humains sur un modèle in vitro de rejet d'allogreffe d'îlots. METHODES : L'isolement des îlots a été réalisé selon la méthode de Ricordi légèrement modifiée au cours de l'étude. La purification a été réalisée selon la méthode des gradients discontinus d'euroficoll sur centrifugeuse Cobe 2991. Les résultats des techniques d'immunomodulation (déplétion en cellules exprimant les molécules HLA de classe II, et immunomasquage des molécules HLA de classe I) ont été appréciés in vitro par cocultures mixtes îlots-lymphocytes (CMIL).
RESULTATS : Les îlots de dix-sept pancréas ont été isolés puis purifiés. Les améliorations de la technique ont permis d'accroître le rendement de 2 247 +/- 1 984 à 4 567 +/- 990 îlot-équivalents par gramme. La pureté moyenne a été de 70 +/- 19% (40-90%). L'immunomodulation par déplétion en molécules HLA de classe II a régulièrement inhibé (84%) la CMIL à la différence du masquage des antigènes de classe I qui n'a entraîné qu'une inhibition modérée (44%) et inconstante (4 expérimentations sur 6).
CONCLUSION : Les modifications apportées à la méthode d'isolement des îlots ont permis d'améliorer son rendement et permettent désormais d'envisager une application clinique. Les résultats des cocultures mixtes îlots-lymphocytes suggèrent que la suppression des cellules non endocrines exprimant à leur surface les molécules HLA de classe II réduit l'immunogénicité du greffon pancréatique.