Fréquence de la chirurgie de l'hypertrophie bénigne de la prostate.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, HBP, résection transuréthrale, adénomectomie pour HBP, Épidémiologie
Auteurs : Janin P, Haillot O, Boutin JM, Lesourd B, Hubert B, Lanson Y
Référence : Prog Urol, 1995, 5, 515-521
BUTS : Calculer l'incidence du traitement chirurgical de l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) dans deux départements français, l'Indre-et-Loire et le Cher, et en déduire l'incidence en France. METHODES : Tous les patients opérés pour une HBP par une résection trans-uréthrale ou une adénomectomie trans-vésicale ont été recensés de façon prospective pendant 6 mois auprès de tous les chirurgiens de l'Indre-et-Loire et du Cher. Le recueil des dossiers a été exhaustif et a été fait au niveau des laboratoires d'anatomopathologie à partir des pièces opératoires de prostate d'HBP. 506 patients ont été retenus.
RESULTATS : L'âge moyen des patients était de 71,8 ans. 78% des patients ont été opérés par un urologue libéral, et 93% par un urologue exclusif. La durée moyenne de séjour post-opératoire était de 7,1 jours. Elle a varié en fonction de l'âge du patient, du poids de l'adénome et du lieu de l'intervention (CHU, établissement privé et CHG). Cette étude a permis de calculer l'incidence annuelle de la chirurgie de l'HBP dans ces 2 départements : 822/100 000 hommes de plus de 50 ans. L'incidence maximale était obtenue dans la 7ème décade de la vie : 1742/100 000. Dans notre étude un urologue libéral opérait 76 patients pour HBP par an.
CONCLUSION : La projection des résultats de l'étude dans la population française permet de calculer l'incidence annuelle de la chirurgie de l'hypertrophie bénigne de la prostate en France : 776 /100 000 hommes de plus de 50 ans. A partir de ce chiffre d'incidence, on estime que 55 000 à 65 000 hommes se font opérer par an en France pour une HBP.