Fonctionnement de l’appareil urinaire chez les patients spina bifida : données observées sur une cohorte de 371 patients

25 novembre 2015

Auteurs : B. Peyronnet, C. Brochard, M. Jezequel, H. Menard, M. Damphousse, I. Bonan, L. Siproudhis, X. Gamé, A. Manunta
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 848
Objectifs

Le spina bifida peut être responsable de dysfonctionnements vésico-sphinctériens variables avec des atteintes typiquement « en mosaïque ». Il existe très peu de données sur la prévalence des diverses symptômes du bas appareil urinaires chez les patients spina bifida. L’objectif de ce travail était de décrire les troubles urinaires du bas appareil observés dans une cohorte de patients spina bifida.

Méthodes

Une étude prospective a été menée entre 2007 et 2015 incluant tous les patients spina bifida consultant consécutivement dans un centre. Lors de la première consultation, un recueil exhaustif du fonctionnement de l’appareil urinaire de chaque patient a été réalisé comprenant notamment : antécédents de chirurgie urologique, le type de spina bifida, le niveau neurologique sensitif et moteur selon la classification AIS, mode de déplacement, mode mictionnel, les scores USP et Qualiveen, données du bilan urodynamique. Les variables quantitatives étaient exprimées en moyenne et écart-type et les variables qualitatives en proportion.

Résultats

Trois cent soixante et onze patients ont été inclus. L’âge médian était de 33ans (2–88). Le niveau lésionnel était thoracique, lombaire et sacrée chez respectivement 4,5 % ; 85,5 % et 10 % des patients. Le mode de déplacement des patients était : fauteuil, fauteuil/marche, marche avec cannes et marche sans cannes pour respectivement, 27 % ; 9 % ; 7 % et 57 %. Le mode mictionnel majoritaire était la cathétérisme intermittent par voie urétrale chez (51,2 %). Le score Qualiveen moyen était de 2,6 (±0,9) et 227 patients avaient un score3 (61,1 %). Cent quatre-vingt-neuf patients présentaient une incontinence urinaire lors de leur première consultation (51 %). La plainte principale des patients était urologique, digestive ou locomotrice dans respectivement 29 ; 17 et 16 % des cas.

Conclusion

Les troubles urinaires sont fréquents chez les patients spina bifida. Seul un tiers des patients urine par miction spontanée, l’autosondage par voie urétrale étant le mode mictionnel le plus fréquent.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.