Fistule vésico-vaginale après chirurgie carcinologique pelvienne. Quel devenir ?

25 novembre 2012

Auteurs : G. Muller, C. Bergot, E. Robine, J. Rigaud, L. Le Normand, G. Karam, O. Bouchot, P. Glémain
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 765




 

Objectifs.– La fistule vésico-vaginale (FVV) est souvent découverte devant une incontinence urinaire permanente, après chirurgie pelvienne en particulier carcinologique. Le but de cette étude était d’évaluer le résultat du traitement chirurgical de ce type de FVV.


Méthodes.– Tous les dossiers des femmes traitées pour une FVV, à la suite d’une chirurgie carcinologique pelvienne, dans le service d’urologie, de 2000 à 2012 ont été revus de façon rétrospective. Ont été étudiés : l’histoire carcinologique, les traitements, en particulier les radiothérapies, avant l’apparition d’une fistule ainsi que le devenir des patientes après chirurgie. L’état fonctionnel de la vessie a été évalué par un bilan urodynamique. Les résultats ont été exprimés en médiane et extrêmes.


Résultat.– Quinze patientes ont été prises en charge. L’âge d’apparition des symptômes était de 55ans (39–87), avec un délai d’un mois (8jours–125 mois) entre la chirurgie et l’apparition de la FVV. Dix patientes (67 %) avaient un antécédent d’irradiation pelvienne. À l’examen cystomanométrique, il y avait un défaut de compliance vésicale dans quatre cas (27 %). Le délai entre l’irradiation et l’apparition de la fistule était de 18,5 mois (2–414). Une réparation de la fistule a été tentée dans huit cas (53 %). Il y a eu cinq succès (33 %) avec vessie fonctionnelle, dont un (7 %) après irradiation pelvienne. Neuf patientes (60 %) ont eu une intervention de dérivation urinaire type Bricker dont trois (20 %) après échec de fermeture de FVV. Une patiente (7 %) n’a eu aucun traitement.


Conclusion.– Après chirurgie carcinologique pelvienne avec irradiation, les chances de réparation d’une FVV semblent faibles et l’état fonctionnel de la vessie semble altéré, de sorte que la majorité des patientes ont eu une intervention de dérivation urinaire.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.