Faut-il faire une hystérectomie au cours de la chirurgie du prolapsus par voie vaginale ?

25 décembre 2009

Auteurs : P. Debodinance, B. Fatton, J.-P. Lucot
Référence : Prog Urol, 2009, 13, 19, 1060-1073

Classiquement systématique l’hystérectomie au cours de la chirurgie pour prolapsus par voie vaginale est aujourd’hui discutée. Les données anatomiques et physiopathologiques seraient en faveur de la conservation de l’utérus, au moins de son col. Cette conservation comporte-t-elle des avantages ? Elle ne semble pas intervenir sur les résultats anatomiques de la chirurgie du prolapsus par voie vaginale. En revanche, la conservation utérine diminue le risque d’érosion vaginale avec exposition d’une prothèse. L’impact fonctionnel urinaire ou digestif est difficile à apprécier en raison des gestes associés qui peuvent interférer. Les conséquences sexuelles, en dehors des interventions réduisant le conduit vaginal, semblent identiques avec ou sans conservation ; elles sont essentiellement psychologiques. En cas de désir de grossesse des interventions conservatrices avec une spinofixation vaginale, type Richter, ou utérine, type Richardson, respectent la fertilité et seront préférées à l’amputation du col (technique de Manchester). Le risque de pathologies utérines ultérieures ne justifie pas l’ablation sous réserve d’une surveillance gynécologique. L’annexectomie n’est pas non plus recommandée dans un but préventif. Enfin, l’hystérectomie apporte plus de morbidité, de durée d’hospitalisation, de coût. L’hystérectomie semble se justifier en cas d’hystérocèle largement extériorisée ou de pathologie utérine concomitante.

   
 
 

 

 

Introduction

L'hystérectomie est un geste habituel au cours de la chirurgie du prolapsus, notamment par voie vaginale. Néanmoins, cette pratique, souvent « banalisée », voire systématisée est aujourd'hui contestée par certains sur des arguments anatomiques et physiopathologiques : n'est-il pas illogique de débuter la réfection d'un trouble de la statique pelvienne par un geste d'exérèse, dicté davantage par une pensée dogmatique que par de faits objectifs ? L'utérus serait-il victime de sa réputation d'organe superfétatoire au-delà de 45 ans ? Il est vrai que certaines pensées ont la vie dure, transmises avec d'autant plus de conviction qu'elles sont sans fondement scientifique !

Le débat entre les partisans de la conservation utérine et ceux de l'hystérectomie reste d'actualité, prenant en compte, entre autre, outre les considérations techniques, des arguments économiques et des notions de qualité de vie.

Plus personne ne conteste aujourd'hui le fait que l'utérus est une victime et non pas une cause de prolapsus. Ce sont les moyens de suspension de l'utérus qui ont cédé : fascias, ligaments cardinaux et ligaments utérosacrés. On rappellera que l'hystérectomie n'est pas le traitement de l'hystéroptose.

 

Quelques éléments de compréhension anatomiques et physiopathologiques

La statique pelvienne est sous l'influence d'un triple système d'amarrage : un système de suspension par les ligaments viscéraux, un système cohésif par les fascias viscéraux et un système de soutènement par les muscles pelviens.

L'utérus est un organe unique, de par sa situation en position centrale dans l'excavation pelvienne et est le « trait d'union » entre deux systèmes fonctionnellement indépendants mais étroitement liés. Il est également unique de par sa fonction, organe de la gestation « obsolète » après 45 ans, soumis à des contraintes de volume et de poids inégalées auxquelles s'ajoutent les contraintes fonctionnelles imposées par la vessie et le rectum (réplétion-vidange). Dans le niveau I de la statique des organes pelviens décrits par De Lancey en 1992, les fibres du paramètre/paravagin, presque verticales assurent une suspension efficace et l'on comprend que des lésions du système d'amarrage entraînent un prolapsus utérin et/ou du fond vaginal.

Chez les femmes sans troubles de la statique, les origines et les points d'insertion des ligaments utérosacrés montrent de plus grandes variations anatomiques que ne le suggère leur nom [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces ligaments sont visibles dans 87 % des cas en IRM, étendus sur une distance moyenne craniocaudale de 21±8mm. On retrouve trois régions d'origine (col 33 %, col+vagin 63 % et vagin 4 %). Le point d'insertion postérieur est le ligament sacro-épineux (82 %), le sacrum (7 %) et le muscle piriforme avec l'épine ischiatique (11 %).

D'un point de vue physiopathologique, on retrouve deux types de prolapsus intéressant l'utérus : l'utérus « précédant » et l'utérus « suivant » la cystocèle et plus généralement le prolapsus (Figure 1, Figure 2).

 
Figure 1
Figure 1. 

Prolapsus utérin : l'utérus « précède » la cystocèle. À gauche aspect clinique, à droite aspect en IRM sur une coupe sagittale médiane.

 
Figure 2
Figure 2. 

Prolapsus utérin : l'utérus « suit » la cystocèle. À gauche aspect clinique, à droite aspect en IRM sur une coupe sagittale médiane.

 

Le prolapsus antérieur est fortement corrélé au prolapsus du compartiment moyen (R =0,73) et la moitié des variations observées au niveau du compartiment antérieur peuvent être expliquées par le compartiment moyen [2

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'hystérectomie au cours de la chirurgie du prolapsus par voie vaginale est souvent la règle, notamment dans les pays anglo-saxons. La sacrospinofixation du fond vaginal selon Sze et Karram [3

Cliquez ici pour aller à la section Références] a fait la preuve de son efficacité dans la prise en charge du prolapsus du dôme vaginal mais expose, par une réorientation postérieure de l'axe vaginal, à la cystocèle secondaire. La sacrospinofixation utérine, initialement décrite par Richardson et al. [4

Cliquez ici pour aller à la section Références], est une alternative chez la patiente jeune qui veut préserver sa fertilité ; elle est envisageable aussi chez la femme âgée sous réserve du respect de certaines précautions et présente alors l'avantage d'une simplification technique et d'une réduction de la morbidité.

Des techniques par voie vaginale autres que la sacrospinofixation ont été décrites (fixation préspinale [5

Cliquez ici pour aller à la section Références], adossement selon Lemack et al. [6

Cliquez ici pour aller à la section Références], plastie haute selon McCall [7

Cliquez ici pour aller à la section Références]) et limiteraient le risque de décompensation antérieure en respectant davantage l'axe naturel du conduit vaginal mais, à notre connaissance, aucune de ces techniques n'a fait l'objet d'une évaluation avec ou sans hystérectomie.

 

La conservation utérine peut-elle optimiser les résultats anatomiques de la cure de prolapsus par voie vaginale ?

Trois études [8

Cliquez ici pour aller à la section Références, 9

Cliquez ici pour aller à la section Références, 10

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont comparé hystérectomie contre conservation utérine dans la chirurgie du prolapsus par voie basse. Les principaux résultats en termes de résultats anatomiques et de morbidité sont rapportés sur les Tableau 1, Tableau 2. Aucun de ces travaux n'a pu mettre en évidence la supériorité de l'une ou l'autre des techniques sur les résultats en termes de statique pelvienne et ce quels que soient les étages concernés. Les récidives de cystocèle sont les plus fréquentes après sacrospinofixation, pour les raisons exposées plus haut : la conservation utérine ne semble pas prévenir ce risque (Tableau 2).

D'autres séries ont évalué les conséquences de l'hystérectomie associée à la cure de prolapsus.

Nieminen et Heinonen [11

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont apparié de façon rétrospective 30 patientes ayant bénéficié d'une sacrospinofixation du fond vaginal à 30 patientes traitées par hystérectomie vaginale et sacrospinofixation. Il a également publié une série observationnelle rétrospective de 25 patientes de plus de 80 ans traitées par sacrospinofixation pour prolapsus de haut grade [12

Cliquez ici pour aller à la section Références] : les résultats de ces deux études sont rapportés dans les Tableau 3, Tableau 4. L'hystérectomie allonge la durée opératoire (différence significative) et majore les pertes sanguines (différence non significative) mais, en pratique clinique, dans les équipes rompues à la chirurgie vaginale, il faut bien admettre que ces bénéfices relatifs en termes de morbidité peropératoire et postopératoires influencent peu le choix tactique. Il est classique de constater un risque majoré de plaies viscérales chez les patientes antérieurement hystérectomisées pour des raisons évidentes de sclérose et d'adhérences (Tableau 3). L'étude des résultats sur la statique pelvienne (Tableau 4) ne dégage aucune supériorité de l'une ou l'autre des options chirurgicales mais ne concerne qu'un faible échantillonnage (19 femmes). Dans un travail récent portant sur un collectif plus important, Nieminen et al. [13

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont recherché les facteurs de risque de récurrence après sacrospinofixation. L'inexpérience du chirurgien (odds ratio [OR] à 2,72 si moins de 20 interventions), les complications infectieuses postopératoires, l'âge des patientes au moment de la chirurgie (risque majoré en dessous de 70 ans par rapport aux patientes de plus de 76 ans) et la durée du suivi postopératoire sont des facteurs qui majorent les risques de récidive (analyse statistique uni- et multivariée). L'infection urinaire postopératoire (OR=3,65) et surtout l'infection du fond vaginal qui multiplierait le risque par six (OR=6,13) sont les facteurs les plus significatifs. A contrario, le degré du prolapsus avant l'intervention ou la réalisation d'une hystérectomie dans le même temps que la sacrospinofixation n'apparaissent pas comme des facteurs de risque de récidive.

 

L'hystérectomie majore-t-elle les risques d'exposition prothétique ?

L'engouement actuel pour l'utilisation de renforts prothétiques par voie vaginale rend la question plus que jamais d'actualité. Si les résultats des interventions utilisant les matériaux prothétiques par voie vaginale sont très régulièrement exposés et commentés dans les réunions scientifiques, peu ont fait actuellement l'objet de publications. Signalons d'emblée le rôle essentiel du choix prothétique par voie vaginale : sans revenir en détail sur les nombreux débats qui ont suivi l'utilisation extensive et parfois déraisonnable de matériaux divers, retenons simplement qu'il est actuellement recommandé d'utiliser des treillis de polypropylène monofilament tricoté à larges pores [14

Cliquez ici pour aller à la section Références, 15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Dans l'attente de nouveaux treillis plus performants et même si le matériau idéal reste à découvrir, ce type de prothèse répond aux exigences de sécurité et de fiabilité que sont en droit d'attendre les patientes. Les taux d'exposition rapportés après chirurgie vaginale varient de 5 à 30 % en fonction des techniques, du recul et du matériel utilisé. Achtari et al. [16

Cliquez ici pour aller à la section Références] font état d'un taux d'érosion de 7,1 %. Les seuls facteurs de risque d'exposition mis en évidence par l'analyse statistique sont l'expérience du chirurgien et l'âge de la patiente mais le facteur « hystérectomie » n'a pas été analysé, 13 patientes seulement sur les 198 qui constituent la population de l'étude ayant subi une hystérectomie vaginale dans le même temps opératoire. La série française du groupe TVM (groupe de neuf chirurgiens ayant participé à l'élaboration et à l'évaluation d'une technique de réparation par large treillis de Gynemesh®) a fait l'objet d'une analyse rétrospective de 684 patientes sur huit centres [17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette série apporte quelques éléments de discussion :

un antécédent d'hystérectomie chez la patiente majore le risque de complications peropératoires (OR de 3,153), ce qui est conforme aux données de la littérature ;
la rétraction prothétique expose aux granulomes et aux érosions secondaires (OR de 2,077). Elle génère aussi un risque trois fois plus élevé de récidive du prolapsus ;
la conservation utérine réduit notablement le risque d'exposition prothétique (OR de 0,263) ;
le risque d'exposition est par ailleurs directement corrélé à l'expérience du chirurgien, ce qui rejoint les conclusions de l'expérience australienne.

La conservation utérine a donc un effet protecteur face aux risques d'exposition secondaire du treillis. Le type d'incision vaginale pourrait avoir un rôle important dans le risque d'érosion et d'exposition de prothèse [17

Cliquez ici pour aller à la section Références] : la classique incision en T est celle qui induit le risque le plus élevé (16 % d'érosion sur la série préliminaire de 520 cas), l'incision péricervicale faisant chuter ce risque à 8,2 % alors que le risque le plus bas est obtenu avec absence d'hystérectomie ou en cas d'antécédent d'hystérectomie avec un chiffre de 4,7 %.

 

Résultats fonctionnels

L'analyse des résultats fonctionnels se heurte aux mêmes difficultés que l'évaluation anatomique : absence de consensus sémantique, inadaptation des outils de recueil, non validation des questionnaires employés, approximation des études téléphoniques, sont autant de paramètres qui compromettent la recevabilité des résultats publiés. Hefni (Tableau 5) n'a trouvé aucune différence sur les résultats fonctionnels selon que l'on conserve ou non l'utérus.

 
Résultats urinaires

C'est l'impact urinaire qui a fait l'objet du plus grand nombre d'évaluations. L'influence de l'hystérectomie, en temps que geste isolé, reste encore controversée. Si certains rapportent une augmentation du taux d'incontinence urinaire après hystérectomie [18

Cliquez ici pour aller à la section Références, 19

Cliquez ici pour aller à la section Références], d'autres contestent ces résultats [20

Cliquez ici pour aller à la section Références, 21

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Par ailleurs, lorsque la relation hystérectomie incontinence urinaire est admise, des divergences apparaissent sur le type d'incontinence : pour van der Vaart et al. [22

Cliquez ici pour aller à la section Références], sur un effectif de 1626 patientes, il existerait bien une fréquence plus élevée de l'incontinence urinaire dans le groupe hystérectomie mais cette élévation serait à mettre au crédit de l'incontinence par urgenturies et non de l'incontinence urinaire d'effort (IUE). Si l'on considère l'hystérectomie associée à la cure de prolapsus, les incertitudes sont plus grandes encore, ce d'autant que d'autres gestes complémentaires, telle la cure d'une IUE, vont interférer pour leur propre compte sur les résultats fonctionnels.

Il est donc impossible de produire une synthèse cohérente des données chiffrées rapportées dans la littérature. Les quelques séries comparatives sur la cure de prolapsus avec ou sans hystérectomie qui évaluent les résultats au plan fonctionnel se heurtent au parasitage des gestes urinaires très fréquemment associés et sont difficilement comparables entre elles.

Les résultats fonctionnels des séries comparant l'hystérectomie à la conservation utérine au cours de la chirurgie vaginale sont rapportés dans le Tableau 5. Les chiffres rapportés par van Brummen et al. [10

Cliquez ici pour aller à la section Références] sont préoccupants : après hystérectomie vaginale l'OR est 3,4 fois plus élevé pour l'incontinence urinaire par urgenturies et 2,9 fois plus élevé pour les symptômes de vessie hyperactive ! Le caractère rétrospectif de l'étude est un facteur limitant certain ; l'absence d'homogénéité entre les deux groupes de départ (âge et indice de masse corporelle) et la différence entre les périodes de suivi (dix et 19,4 mois), même après ajustement statistique, induisent des biais supplémentaires. Ces conclusions doivent donc être considérées avec beaucoup de prudence et plaident pour la réalisation d'études complémentaires mieux codifiées.

 
Résultats digestifs

Les résultats digestifs font état majoritairement de constipation. L'implication de la conservation ou de l'exérèse utérine dans leur genèse reste probablement anecdotique tant la responsabilité des gestes associés (myorraphie des élévateurs, exclusion du cul-de-sac de Douglas, rectopexie...) est prépondérante. Par ailleurs, la population de départ, en raison de la pathologie initiale, sélectionne déjà des sujets à risque et les cas de troubles de novo, en l'absence de gestes associés, sont peu fréquents.

 
Résultats sexuels

Avec les enquêtes sur la qualité de vie, l'analyse des paramètres sexuels est devenue une étape essentielle de l'évaluation postopératoire [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Exception faite des erreurs ou complications techniques susceptibles de réduire la capacité « d'accueil » du conduit vaginal qu'un simple examen clinique permet de reconnaître, les difficultés sexuelles postopératoires sont d'évaluation et de prise en charge plus difficiles. La sexualité humaine, et féminine en particulier, est la résultante d'une alchimie complexe, sous influence multifactorielle. L'hystérectomie n'est jamais un geste anodin en termes de sexualité y compris lorsqu'il est intégré à la prise en charge du prolapsus et ce d'autant qu'il s'adresse à une patiente jeune.

Les conséquences sexuelles de l'hystérectomie isolée ont fait l'objet de nombreux travaux de valeur inégale mais qui ont tous démontrer l'utilité de l'entretien psychosexuel préopératoire (information loyale, justification de la décision opératoire, évaluation précises des « attentes » vis-à-vis de la chirurgie, prise en compte du partenaire...). Sous réserve du respect de cette étape essentielle, on constate l'absence d'effet délétère, voire même le bénéfice de l'hystérectomie sur le devenir sexuel [24

Cliquez ici pour aller à la section Références].

À l'inverse, en cas de décision hâtive, mal motivée et banalisée, les préjudices psychologiques peuvent être considérables.

L'impact de la conservation cervicale sur la sexualité postopératoire reste discuté ; trois travaux récents prospectifs randomisés hystérectomie totale contre hystérectomie subtotale concluent à l'absence de différence entre les deux techniques en termes de résultats sexuels [25

Cliquez ici pour aller à la section Références, 26

Cliquez ici pour aller à la section Références, 27

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Néanmoins des études discordantes [28

Cliquez ici pour aller à la section Références] entretiennent la polémique. On peut raisonnablement admettre, sur la base de théories « balistiques », que la préservation du col utérin puisse être un atout en matière de plaisir, non pas tant au plan organophysiologique qu'au plan psychofantasmatique. Ces controverses influencent aussi les pratiques chirurgicales par voie vaginale avec réactualisation de l'hystérectomie subtotale par voie vaginale décrite il y après d'un siècle. Récemment, Hefni et al. [29

Cliquez ici pour aller à la section Références] ont décrit un cas de sacrospinofixation après hystérectomie subtotale dans le même temps opératoire : avec un recul de trois ans, le col utérin reste correctement fixé au ligament sacro-épineux avec une profondeur vaginale mesurée à 9cm. La fonction sexuelle est améliorée et la patiente ne se plaint d'aucune dyspareunie.

 

Conservation utérine et désir de grossesse

La conservation utérine doit être privilégiée chez la femme jeune et s'impose bien évidemment en cas de désir de grossesse. La fertilité est préservée aussi bien après promontofixation qu'après spinofixation utérine qui restent les interventions de référence à ce jour. L'intervention de Manchester (plicature des ligaments utérosacrés et des ligaments cardinaux couplée à une amputation du col), proposée encore parfois comme une alternative à la sacrospinofixation utérine est à l'origine d'une diminution de la fertilité (10 à 20 % de grossesse seulement) et expose à un taux d'avortement et de prématurité majoré ; elle induit aussi un risque accru de dystocie avec un taux de 20 à 55 % de césarienne selon les séries. Il semble donc légitime de conclure que l'intervention de Manchester n'a actuellement plus sa place dans la prise en charge chirurgicale du prolapsus de la femme jeune en désir d'enfant.

Plusieurs séries mentionnent des grossesses menées à terme aussi bien après chirurgie par voie haute que par voie basse. Le plus souvent il est fait le choix arbitraire et raisonnable d'une césarienne prophylactique [8

Cliquez ici pour aller à la section Références, 30

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Néanmoins quelques cas d'accouchements par les voies naturelles ont été rapportés avec des taux de récidives en post-partum variant de 0 à 40 % [31

Cliquez ici pour aller à la section Références, 32

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Risques spécifiques de la conservation utérine

Sur l'utérus, le risque carcinologique reste le plus redouté. On peut estimer l'incidence annuelle du cancer de l'endomètre à 20/100 000. Les autres risques sont le développement de pathologies bénignes, mais symptomatiques, tels les fibromes utérins ou les hyperplasies de l'endomètre qui exposent à des réinterventions.

Sur le col restant, le controversé effet positif de l'hystérectomie subtotale sur la sexualité est à opposer au risque de cancer sur col restant : des données anciennes estiment l'incidence du cancer du col dans les dix ans suivant une hystérectomie subtotale entre 0,5 et 1 % [33

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Des études plus récentes rapportent un risque global entre 0,3 [34

Cliquez ici pour aller à la section Références] à 0,11 % [35

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'estimation précise de ce risque est difficile car les facteurs épidémiologiques en cause dans le cancer du col sont nombreux, avec notamment un rôle important du dépistage par frottis réguliers.

Les patientes ayant bénéficié d'une hystérectomie subtotale au cours d'une chirurgie pour prolapsus constituent un groupe particulier, bénéficiant pour la plupart d'un suivi plus régulier que celui constaté dans la population générale. Le risque actuel dans les pays développés de présenter un cancer du col pour une femme monogame justifiant de trois frottis normaux est de 0,005 % [36

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Une étude de cohorte réalisée au Danemark a révélé que le risque de développer un cancer dans les cinq ans est 48 % plus bas chez une femme avec un précédent frottis négatif que dans une population de femmes non dépistées. Ce risque est 69 % plus faible chez une femme avec deux à quatre frottis antérieurs négatifs [37

Cliquez ici pour aller à la section Références] que dans une population non dépistée. Il apparaît donc que le risque de cancer du col après hystérectomie est très faible, estimé à moins de 0,1 % [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] et il semble raisonnable de dire que le seul argument d'une prévention du cancer sur col restant ne suffit pas à justifier la réalisation systématique d'une hystérectomie totale. Néanmoins, un suivi régulier doit être proposé à ces patientes et il faut s'attacher, en peropératoire, à limiter au maximum le reliquat de tissu endométrial endocervical.

En dehors du risque carcinologique, d'autres complications sont régulièrement mentionnées parmi lesquelles les saignements, les pertes vaginales, les dyspareunies et douleurs pelviennes, les lésions de cervicite ou l'existence de mucocèle. Sur une série de 70 patientes ayant bénéficié d'une hystérectomie subtotale et suivies sur une période moyenne de 66 mois, Okaro et al. [38

Cliquez ici pour aller à la section Références] rapportent un taux de reprise pour ablation du col dans 22,8 % des cas. Ce chiffre élevé n'est pas confirmé par tous les auteurs : Gimbel et al. [39

Cliquez ici pour aller à la section Références] notamment ne mentionnent que 1,5 % d'ablation secondaire du col. Le taux de saignements persistants après l'intervention, diversement apprécié selon les patientes, est unanimement rapporté avec des fréquences variant de 7 [25

Cliquez ici pour aller à la section Références] à 20 % [40

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Faut-il faire une annexectomie ? L'attitude vis-à-vis de l'utérus conditionne en partie celle vis-à-vis des ovaires. Par voie vaginale et même en cas d'hystérectomie, l'ovariectomie n'est pas systématique en partie pour des raisons d'accessibilité réduite avec une ligature parfois mal commode des pédicules lombo-ovariens. Néanmoins, après une hystérectomie, la vérification peropératoire des ovaires doit être systématique et l'exérèse s'imposer en cas de découverte d'une anomalie. Le choix d'une conservation utérine par voie vaginale, qui dispense de l'ouverture péritonéale, fait donc l'impasse sur la vérification des annexes. C'est la raison pour laquelle une évaluation échographique préopératoire du petit bassin semble devoir être systématique avant toute chirurgie de la statique pelvienne.

Ces stratégies différentes sur les annexes en fonction de la voie d'abord ont largement alimenté les débats entre les partisans de telle ou telle chirurgie, avec en corollaire la question du cancer des ovaires restants. Certains auteurs ont recommandé l'annexectomie bilatérale systématique au décours de toute hystérectomie pour lésion bénigne dès 40 ans : cette attitude permettrait de prévenir 2,7 à 14 % des cancers de l'ovaire selon les séries [41

Cliquez ici pour aller à la section Références, 42

Cliquez ici pour aller à la section Références, 43

Cliquez ici pour aller à la section Références] ; mais elle est critiquée par d'autres auteurs sur la foi de travaux révélant un excès de mortalité chez les patientes ovariectomisées : en cas d'ovariectomie avant l'âge de 55 ans, l'excès de mortalité est de 8,5 % à 80 ans et reste de 3,92 % en cas d'ovariectomie avant l'âge de 59 ans [44

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette élévation de mortalité, essentiellement expliquée par un risque majoré d'affections cardiovasculaires et de fractures ostéoporotiques pourrait être prévenue par la prescription d'une hormonothérapie substitutive. Cependant, le taux de femmes qui reçoivent un traitement substitutif, après les atermoiements suscités par la publication des résultats du Women's Health Initiative, a fluctué à la baisse, légitimant pour beaucoup un comportement plus conservateur sur les ovaires en cas de chirurgie pelvienne ; cette prudence pourrait se justifier jusqu'à l'âge de 65 ans pour certains auteurs [44

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Par ailleurs, plusieurs travaux rapportent un effet protecteur de l'hystérectomie sur le risque de cancer de l'ovaire [45

Cliquez ici pour aller à la section Références, 46

Cliquez ici pour aller à la section Références, 47

Cliquez ici pour aller à la section Références, 48

Cliquez ici pour aller à la section Références, 49

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ce bénéfice pourrait n'être dû qu'au biais induit par le dépistage peropératoire, mais plusieurs théories (vasculaires, hormonales, immunologiques et/ou mécaniques) seraient en mesure d'expliquer la réduction du risque du cancer de l'ovaire après une hystérectomie. Cette diminution du risque se maintiendrait sur le long terme [45

Cliquez ici pour aller à la section Références, 47

Cliquez ici pour aller à la section Références], jusqu'à plus de 25 ans après l'hystérectomie [47

Cliquez ici pour aller à la section Références]. À ce jour il reste donc très difficile de proposer une attitude consensuelle sur les ovaires au cours de l'hystérectomie pour lésion bénigne. Si le cancer de l'ovaire reste redouté et peut être prévenu par l'annexectomie de principe, cette attitude radicale n'est pas sans risques sur l'espérance de vie et sur la qualité de vie et doit être discutée clairement avec la patiente surtout si elle est jeune. L'annexectomie est d'autant moins justifiée dans le cas où la seule hystérectomie pourrait avoir un effet protecteur propre.

La conservation utérine au cours de la chirurgie du prolapsus soulève d'autres questions :

sur le plan pratique on redoutera aussi d'éventuelles difficultés dans la surveillance cervicale pour des problèmes d'accessibilité (pexie trop « tendue », synéchies postopératoires après chirurgie vaginale chez les femmes sexuellement inactives...). L'instauration d'un traitement hormonal substitutif (THS) imposera la prescription d'un progestatif, protecteur de l'endomètre et « l'équilibre » thérapeutique pourra s'avérer plus difficile à obtenir en cas de conservation utérine ;
la conservation de l'utérus et sa pexie, par voie basse comme par voie haute d'ailleurs, expose à un risque, difficilement chiffrable, d'allongement secondaire du col utérin. Dans une série de 535 prolapsus opérés à l'Hôtel-Dieu de Paris entre 1990 et 2001, l'allongement hypertrophique isolé du col utérin représente 3,7 % des cas [50]. Cet allongement, qui peut concerner préférentiellement une des deux lèvres cervicales, peut en imposer pour une récidive d'hystérocèle. Il peut entraîner une gêne réelle, notamment sexuelle, et reste le plus souvent mal vécu par les patientes et par leur chirurgien. Ces allongements du col peuvent être prévenus par une amputation de principe qui expose néanmoins à certains inconvénients, au premier rang desquels une baisse de la fertilité qui contre-indique ce procédé chez la femme jeune.

 

Aspect médicoéconomique

L'hystérectomie a une morbidité propre. Comme nous l'avons déjà mentionné plus haut, l'hystérectomie allonge de façon significative la durée de l'intervention [11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références] et expose à un risque de saignement peropératoire plus important. Elle augmente aussi le coût global de l'intervention : coût direct plus élevé, durée d'hospitalisation augmentée avec une reprise plus lente du transit intestinal [51

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La reprise d'activité est plus précoce en l'absence d'hystérectomie.

Compte tenu de la fréquence des prolapsus, la réalisation d'une hystérectomie systématique a un coût financier pour la santé publique. Les cures de prolapsus sont classées dans la catégorie majeure de diagnostic (CMD) no 13 : affections de l'appareil génital féminin. En l'absence d'hystérectomie, les interventions sont affectées dans les groupes interventions réparatrices, 13C04V (âge<70 ans sans comorbidité associée [CMA]) ou 13C04W (âge>69 ans et/ou CMA). Les tarifs sont respectivement de 2984,2euro et 3910,78euro.

Lorsqu'une hystérectomie est pratiquée, l'intervention est classée dans les groupes hystérectomie, 13C03V (âge<70 ans sans CMA) ou 13C03W (âge>69 ans et/ou CMA). Les tarifs en sont alors de 3462,5euro et 4737,25euro. Pour le même type de patientes, le surcoût engendré par l'hystérectomie est donc de 478euro (+16 %) (âge<70 ans sans CMA) et de 826euro (+21 %) (âge>69 ans et/ou CMA). On constate que le surcoût engendré est loin d'être négligeable, surtout lorsqu'il est multiplié par le nombre d'interventions pratiquées.

 

Synthèse

Les données actuelles ne suffisent pas à apporter une réponse tranchée à la question posée. Aucun travail prospectif ne démontre la supériorité de la conservation sur l'ablation de l'utérus au cours de la chirurgie par voie vaginale d'un prolapsus en termes de résultats sur la statique pelvienne.

Si l'on exclut les pathologies utérines associées qui constituent des indications d'hystérectomie et le cas particulier de la femme jeune qui doit faire privilégier la conservation, quand peut-il être licite de préférer l'une ou l'autre de ces options ?

Dans l'état actuel de nos connaissances et à la lecture des travaux publiés, quelques constatations s'imposent :

concernant l'utérus :
l'utilisation de renforts prothétiques dans la chirurgie du prolapsus par voie vaginale privilégie la conservation utérine ; cette chirurgie prothètique est en plein essor mais reste actuellement en attente de validation [52]. Elle devrait donc être réservée à des indications spécifiques (récidives, gros dégâts anatomiques, consentement de la patiente) tant que son innocuité à court terme et son bénéfice à long terme ne sont pas clairement démontrés,
le bénéfice de la conservation utérine sur la statique pelvienne, qui peut sembler logique eu égard au respect de l'équilibre anatomique, n'est pas démontré et ne peut donc constituer aujourd'hui un argument de choix,
a contrario, il ne semble pas y avoir de risque majoré de récidive du prolapsus (y compris sur l'étage moyen) en cas de conservation utérine, à condition que la pexie utilisée soit fiable,
la conservation utérine réduit la durée opératoire et la morbidité peropératoire et postopératoire,
la conservation utérine ne doit être proposée qu'après un bilan préopératoire rassurant (frottis cervicaux, échographie pelvienne, voire hystéroscopie) et impose la poursuite d'une surveillance gynécologique régulière et complète,
l'amarrage de l'utérus peut conduire à des difficultés d'exérèse en cas d'indication d'hystérectomie secondaire, ce d'autant plus que la chirurgie du prolapsus aura fait appel à un renforcement prothétique ;
le risque d'exposition prothétique est significativement plus élevé en cas de suspension du fond vaginal, que l'hystérectomie soit réalisée dans le même temps opératoire (risque maximal) ou qu'elle ait eu lieu antérieurement (risque intermédiaire) ;
concernant le col :
la conservation du col, en supprimant le contact direct vagin-treillis prothétique, est une alternative séduisante pour réduire le taux d'érosion tout en limitant le risque de pathologie utérine,
la réalisation d'une hystérectomie subtotale par voie vaginale, si elle est techniquement possible, n'est qu'exceptionnellement pratiquée et semble contestable d'un point de vue purement logique,
aucun travail n'a pu démontrer le rôle du col utérin dans la statique pelvienne,
le col utérin dans la sexualité humaine intervient probablement davantage au plan fantasmatique et balistique que par une implication directe dans ledit « circuit orgasmique ». Sa conservation dans un but sexuel mérite donc d'être abordée au cours d'un entretien psychologique ciblé et doit être discutée avec chaque couple individuellement.

L'avis de la patiente, clairement informée, doit être loyalement pris en compte. La conservation utérine est la marque, pour certaines femmes, à la fois de la simplicité et de la bénignité de l'intervention ; elle sera alors favorablement perçue. A contrario, l'hystérectomie, dans un contexte de cancérophobie, sera judicieuse pour ne pas maintenir la patiente dans un mal-être inutile.

À la lumière de ces constats et dans le respect des règles de bonne pratique, il paraît légitime, aujourd'hui, au cours de la chirurgie vaginale :

de préférer, en cas d'hystérocèle largement extériorisée, de col utérin très volumineux ou siège d'importants troubles trophiques, une hystérectomie totale. Cette attitude peut apparaître contestable, rien ne venant prouver que la réintroduction vaginale d'un utérus largement prolabé puisse obérer les résultats anatomiques. Néanmoins n'y a-t-il pas aussi un certain illogisme à vouloir être systématiquement conservateur ? Ces hystérectomies sont habituellement techniquement faciles, permettent de réaliser dans le même temps une annexectomie sans grande difficulté, supprimant le risque carcinologique et celui d'une réintervention secondaire pour pathologie utérine ou cervicale, y compris pour allongement secondaire du col. L'hystérectomie impose en revanche de limiter les colpotomies si l'on choisit de faire une réparation prothétique afin de réduire au maximum le risque d'exposition secondaire du treillis. Une dissection « rétrograde » de la vessie et/ou du rectum en faisant l'économie d'une incision vaginale longitudinale est préférable ici ;
de privilégier, dans tous les autres cas, une conservation utérine en respectant les précautions d'usage.

 

Conclusion

L'hystérectomie systématique, longtemps préconisée dans la chirurgie du prolapsus, notamment par voie vaginale, est aujourd'hui remise en question. Depuis plusieurs années en France, ses indications dans ce contexte se sont considérablement réduites, de façon plus sensible encore depuis la généralisation des réparations prothétiques par voie vaginale et ce pour limiter les risques d'exposition de matériel. L'interrogation gagne aussi les États-Unis mais avec davantage de réserve. Pourtant, l'histoire nous l'a maintes fois enseigné, toute pensée dogmatique est à proscrire, nous privant alors trop souvent d'une interrogation légitime et garante de la qualité de nos pratiques. À ce jour, rien ne justifie de débuter la réparation d'un trouble de la statique pelvienne par un geste d'exérèse. Il serait cependant dangereux de ne modifier nos pratiques que sur de simples critères de faisabilité ou de mode. La complexité de la statique pelvienne de la femme, la fragilité de son équilibre, l'imperfection de nos interventions et l'insuffisance de nos connaissances méritent de bénéficier d'une vraie expertise scientifique : nous ne pouvons donc qu'encourager le développement de travaux rigoureux, prospectifs et randomisés, établis selon des protocoles stricts et soumis à une analyse statistique de qualité. De tels travaux viendront peut-être remettre en cause nos réflexions et propositions actuelles. De même les évolutions technologiques et le développement, à n'en point douter, de matériaux plus adaptés, prendront place dans un débat plus que jamais d'actualité.

 

Conflits d'intérêts

Aucun.

   

 



Tableau 1 - Séries comparatives avec ou sans hystérectomie par voie vaginale : résultats anatomiques.
Auteur
Année 
Intervention avec hystérectomie 
  Technique  Nombre  Recul mois  Succès  Récidive  Durée séjour (jours)  Complications postopératoires 
          Ant  Moyenne  Post     
Maher et al.
2001 [8
HV+SSF  29  36  72 %b  28 %  7 % voûte 3 % entérocèle  1 %  7,5b  0 transfusion 
          2 ré-interventions
1 sacrocolpexie
1 réparation vaginale 
   
Hefni et al.
2003 [9
HV+SSF  48  34  95,9 %
(46/48)b 
10,4 %
5 cas 
4,1 %
2 cas 
  3 hématomes du fond vaginal
2 transfusions
2 épisodes fébriles
1 incident thrombœmbolique
2 difficultés mictionnelles
Taux global de complications 31,2 %a 
          Taux de réinterventions : 4,1 %   
Van Brummen et al.
2003 [10
HV+fixation aux US  30  10a    6,7 %b (2/30)
Prolapsus grade≥2 (selon Baden et Walker) 
  44 
Auteur
Année 
Intervention avec conservation utérine 
  Technique  Nombre  Recul mois  Succès  Récidive  Durée séjour (jours)  Complications postopératoire 
          Ant  Moyenne  Post     
  SS hystéro pexie  27  26  74 %b  22 %  7 % uterus
0 % entérocèle 
0 %  6,4b  0 transfusion 
          3 réinterventions
2 prolapsus utérins (1 post-partum)
1 hystérectomie pour ménorragie 
       
    61  33  93,5 % (57/61)b  11,4 %
7 cas 
4,9 %
3 cas 
  1 épisode fébrile
1 difficulté mictionnelle 
          Taux de réintervention : 4,9 %        Taux global de complications 11,5 %a 
    44  19,4a SS hystéro pexie    11,4 %b (5/44)
Prolapsus grade≥2 (selon Baden et Walker) 
       

 

Légende :
HV : hystérectomie vaginale ; SSF : sacrospinofixation ; US : utérosacrés ; Ant : antérieure ; Post : postérieur ; SS hystéropexie : sacrospinofixation utérine.
 

[a]  Significatif.
[b]  Non significatif.

Tableau 2 - Séries comparatives avec ou sans hystérectomie par voie vaginale : résultats sur la morbidité.
Auteurs  Étude  Intervention avec hystérectomie 
    Technique  Nombre  Durée intervention en minute  Gestes associés  Complications peropératoires 
Maher et al. 2001 [8 Rétrospective  HV+SSF unilatérale  36  91a    Pertes sanguines 402mla 
 
Hefni et al. 2003 [9 Prospective non randomisée  HV+SSF unilatérale  48  77±15a  ±périnéorraphie  1 plaie rectale pertes sanguines : 135±45mla 
 
van Brummen et al. 2003 [10 Rétrospective  HV+fixation aux US  49  ±ant/post colporraphie  2 hémorragiesb 
Auteurs  Étude  Intervention sans hystérectomie 
    Technique  Nombre  Durée intervention en minute  Gestes associés  Complications peropératoires 
Maher et al. 2001 [8 Rétrospective  SS hystéropexie unilatérale  34  59a    Pertes sanguines 198mla 
 
Hefni et al. 2003 [9 Prospective non randomisée  SS hystéropexie unilatérale  61  51±13a  ± périnéorraphie  Pertes sanguines 46±20mla 
 
van Brummen et al. 2003 [10 Rétrospective  SS hystéropexie unilatérale  54  ±ant/post colporraphie  1 hémorragieb 

 

Légende :
HV : hystérectomie vaginale ; SSF : sacrospinofixation ; US : utérosacrés ; Ant : antérieure ; Post : postérieur ; SS hystéropexie : sacrospinofixation utérine.
 

[a]  Significatif.
[b]  Non significatif.

Tableau 3 - Hystérectomie+sacrospinofixation versus sacrospinofixation : résultats sur la morbidité.
Auteurs
Année
Étude 
Hystérectomie+sacrospinofixation vaginale 
  Nombre  Durée chirurgie (min)  Complications peropératoires  Complications postopératoires  Durée séjour (jours) 
Nieminen et Heinonen
2000
Rétrospective [11
30  87  Pertes sanguines 490ml (NS)  Infection fond vaginal 17 % (NS)  8,6 (NS) 
Nieminen et Heinonen
2001
Rétrospective [12
12  93  Pertes sanguines 470ml (NS)   
Auteurs
Année
Étude 
Sacrospinofixation vaginale 
  Nombre  Durée chirurgie (min)  Complications peropératoires  Complications postopératoires  Durée séjour (jours) 
Nieminen et Heinonen
2000
Rétrospective [11
30  66a  Pertes sanguines 360ml (NS)
1 plaie vésicale
1 plaie digestive 
Infection fond vaginal 13 % (NS)  7,5 (NS) 
Nieminen et Heinonen
2001
Rétrospective [12
13  75a  Pertes sanguines 340ml (NS)    10 

 

Légende :
NS : non significatif.
 

[a]  Différence statistiquement significative.

Tableau 4 - Hystérectomie+sacrospinofixation versus sacrospinofixation : résultats sur la statique pelvienne.
Auteurs
Année
Étude 
Hystérectomie+sacrospinofixation vaginale  Sacrospinofixation vaginale 
  Nombre  Recul mois  Succès  Récidive  Nombre  Recul  Succès  Récidive 
        Antérieure  Moyenne  Postérieure        Antérieure  Moyenne  Postérieure 
Nieminen et Heinonen
2001
Rétrospective [12
33 (2–113)    12  1 entérocèle    13  33 (2–113)    1 prolapsus du fond vaginal   

 

Légende :
Les résultats anatomiques sont établis sur un collectif de 19 patientes soit 76 % de l'effectif de départ.
Les deux cystocèles et l'entérocèle sont asymptomatiques. Aucune réintervention chez les patientes ayant récidivé.
 

Tableau 5 - Séries comparatives avec ou sans hystérectomie par voie vaginale : résultats fonctionnels.
Auteurs
Années 
Intervention avec hystérectomie 
  Technique  Nombre  Recul mois  Succès  Résultats  Reprise activité (jours) 
          Urinaire  Dig.  Sexuels  Autres   
Maher et al.
2001 [8
HV+SSF  29  36  86 %  2 IUE    3 % dysp.  1 douleur fessière  34 
Hefni et al.
2003 [9
HV+SSF  48  34    0 symptôme urinaire de novo    1 synéchie vaginale  2 douleurs fessières   
Van Brummen et al.
2003 [10
HV+fixation aux US  30  10    50 % avec symptômes d'IUM         
          Après ajustement, 3 fois plus de risques d'incontinence par urgenturie et de symptômes de vessie hyperactives   
Auteurs
Années 
Intervention avec conservation utérine 
  Technique  Nombre  Recul mois  Succès  Résultats  Reprise activité (jours) 
          Urinaire  Dig.  Sexuels   
SS hystéropexie  27  26  78 %  1 IUE    7 % dysp.  2 douleurs fessières
2 grossesses à terme
4 saignements post-ménopause 
32 
SS hystéropexie  61  33    0 symptôme urinaire de novo    1 introït étroit  2 douleurs fessières   
SS hystéropexie  44  19,4    38,6 % avec symptômes d'IUM        Plus rapidea 

 

Légende :
HV : hystérectomie vaginale ; SSF : sacrospinofixation ; US : utérosacrés ; SS hystéropexie : sacrospinofixation utérine ; IUE : incontinence urinaire d'effort ; IUM : incontinence par urgenturie ; Dig. : digestifs ; dysp. : dyspareunie.
 

[a]  Significatif.

 
 

Références

 

Umek W.H., Morgan D.M., Ashton-Miller J.A., DeLancey J.O. Quantitative analysis of uterosacral ligament origine and insertion points by magnetic resonance imaging Obstet Gynecol 2004 ;  103 (3) : 447-451
 
Summers A., Winkel L.A., Hussain H.K., DeLancey J.O. The relationship between anterior and apical compartment support Am J Obstet Gynecol 2006 ;  194 : 1438-1443 [cross-ref]
 
Sze E.H.M., Karram M.M. Transvaginal repair of vault prolapse: a review Obstet Gynecol 1997 ;  89 : 46675
 
Richardson D.A., Scotti R.J., Ostergard D.R. Surgical management of uterine prolapse in young women J Reprod Med 1989 ;  34 : 388-392
 
Shull B.L., Capen V.D., Riggs M.W., Kuehl T.J. Bilateral attachment of the vaginal cuff to iliococcygeus fascia: an effective method of cuff suspension Am J Obstet Gynecol 1993 ;  168 : 1669-1674
 
Lemack G.E., Zimmern P.E., Blander D.S. The levator myorraphy repair for vaginal vault prolapse Urology 2000 ;  56 : 50-54 [cross-ref]
 
McCall M.L. Posterior culdeplasty: surgical correction of enterocele during vaginal hysterectomy: a preliminary report Obstet Gynecol 1957 ;  10 : 5958
 
Maher C.F., Carey M.P., Slack M.C., Murray C.J., Milligan M., Schluter P. Uterine preservation of hysterectomy at sacrospinous colpopexy for uterovaginal prolapse Int Urogynecol J 2001 ;  12 : 381-385 [cross-ref]
 
Hefni M., El-Toukhy T., Bhaumik J., Katsimanis E. Sacrospinous cervicocolpopexy with uterine conservation for uterovaginal prolapse in elderly women: an evolving concept Am J Obstet Gynecol 2003 ;  188 : 645-650 [cross-ref]
 
van Brummen H.J., van de Pol G., Aalders C.I., Heintz A.P., van der Vaart C.H. Sacrospinous hysteropexy compared to vaginal hysterectomy as primary surgical treatment for a descensus uteri: effects on urinary symptoms Int Urogynecol J 2003 ;  14 : 350-355 [cross-ref]
 
Nieminen K., Heinonen P.K. Transvaginal sacrospinous ligament fixation with or without concurrent vaginal hysterectomy: a comparison of operative morbidity J Gynecol Surg 2000 ;  16 : 101-106 [cross-ref]
 
Nieminen K., Heinonen P.K. Sacrospinous ligament fixation for massive genital prolapse in women aged over 80 years BJOG 2001 ;  108 : 817-821 [cross-ref]
 
Nieminen K., Huhtala H., Heinonen P.K. Anatomic and functional assessment and risk factors of recurrent prolapse after vaginal sacrospinous fixation Acta Obstet Gynecol Scand 2003 ;  82 : 471-478 [cross-ref]
 
Cosson M., Debodinance P., Boukerrou M., Chauvet M.P., Lobry P., Crépin G., et al. Mechanical properties of synthetic implants used in the repair of prolapse and urinary incontinence in women: which is the ideal material? Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2003 ;  14 : 169-178 [cross-ref]
 
Implants de renfort mis en place par voie vaginale pour cure d'incontinence urinaire d'effort et/ou de prolapsus des organes pelviens. Essais précliniques et essais cliniques : Norme Afnor NF S 94-801.
 
Achtari C., Hiscock R., O'Reilly B.A., Schierlitz L., Dwyer P.L. Risk factors for mesh erosion aftr transvaginal surgery using polyprolpylene (Atrium) or composite polypropylene/polyglactin 910 (Vypro II) mesh Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2005 ;  16 : 389-394 [cross-ref]
 
Collinet P., Caquant F., Debodinance P., Brerrocal J., Garbin O., Rosenthal C., et al. Safety of trans vaginal mesh procedure: retrospective study of 684 patients J Obstet Gynaecol Res. 2008 ;  34 : 449-456
 
Parys B.T., Woolfenden K.A., Parsons K.F. Bladder dysfunction after simple hysterectomy: urodynamic and neurological evaluation Eur Urol 1990 ;  17 : 129-133
 
Brown J.S., Sawaya G., Thom D.H., Grady D. Hysterectomy and urinary incontinence: a systematic review Lancet 2000 ;  356 : 535-539 [cross-ref]
 
Bhattacharya S., Mollison J., Pinion S., Parkin D.E., Abramovich D.R., Terry P., et al. A comparison of bladder and ovarian function two years following hysterectomy or endometrial ablation BJOG 1996 ;  103 : 898-903 [cross-ref]
 
Altman D., Lopez A., Falconner C., Zetterström J. The impact of hysterectomy on lower urinary tract symptoms Int Urogynecol J 2003 ;  14 : 418-423 [cross-ref]
 
van der Vaart C.H., van der Bom J.G., de Leeuw J.R., Roovers J.P., Heintz A.P. The contribution of hysterectomy to the occurrence of urge and stress urinary incontinence symptoms BJOG 2002 ;  109 : 149-154 [cross-ref]
 
Fatton B. Vie sexuelle après chirurgie du prolapsus et de l'incontinence urinaire Sexologies 2003 ;  44 : 35-44
 
Roussis N.P., Waltrous L., Kerr A., Robertazzi R., Cabbad M.F. Sexual response in the patient after hysterectomy: total abdominal versus supracervical vaginal procedure Am J Obstet Gynecol 2004 ;  190 : 1427-1428 [cross-ref]
 
Thakar R., Ayers S., Clarkson P., Stanton S., Manyonda I. Outcomes after total versus subtotal abdominal hysterectomy N Engl J Med 2002 ;  347 : 1318-1325 [cross-ref]
 
Roovers J.P.W.R., van der Bom J.G., van der Vaart C.H., Heintz A.P. Hysterectomy and sexual weebeing: prospective observational study of vaginal hysterectomy, subtotal abdominal hysterectomy, and total abdominal hysterectomy BMJ 2003 ;  327 : 774-778 [cross-ref]
 
Zobbe V., Gimbel H., Andersen B.M., Filtenborg T., Jakobsen K., Sørensen H.C., et al. Sexuality after total vs. subtotal hysterectomy Acta Obstet Gynecol Scand 2004 ;  83 : 191-196 [cross-ref]
 
Saini J., Kuczynski E., Gretz 3rd H.F., Sills E.S. Supracervical hysterectomy versus total abdominal hysterectomy: perceived effects on sexual function BMC Womens Heath 2002 ;
 
Hefni M., El-Toukhy T. Vaginal subtotal hysterectomy and sacrospinous colpopexy: and option in the management of uterine prolapse Am J Obstet Gynecol 2000 ;  183 : 494-495 [cross-ref]
 
Hefni M., El-Toukhy T. Sacrospinous cervico-colpopexy with follow-up 2 years after successful pregnancy Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2002 ;  103 : 188-190 [cross-ref]
 
Joshi V.M. A new technique of uterine suspension to pectineal ligaments in the management of uterovaginal prolapse Obstet Gynecol 1993 ;  81 : 790-793
 
Kovac S.R., Cruikshank S.H. Successful pregnancies and vaginal deliveries after sacrospinous uterosacral fixation in five of nineteen patients Am J Obstet Gynecol 1993 ;  168 : 1778-1786
 
Jeffcoate T.N. Principles of gynaecology  London: Butterworths (1967). 
 
Storm H.H., Clemmensen I.H., Manders T., Brinton L.A. Supravaginal uterine amputation in Denmark 1978-1988 and risk of cancer Gynecol Oncol 1992 ;  45 : 198-201 [cross-ref]
 
Kilkku P., Gronroos M. Peroperative electrocoagulation of endocervical mucosa and later carcinoma of the cervical stump Acta Obstet Gynecol Scand 1992 ;  61 : 265-267
 
Scott J.R., Sharp H.T., Dodson M.K., Norton P.A., Warner H.R. Subtotal hysterectomy in modern gynecology: a decision analysis Am J Obstet Gynecol 1997 ;  176 : 1186-1192 [cross-ref]
 
Lynge E., Poll P. Incidence of cervical cancer following negative smear. A cohort study from Maribo County, Denmark Am J Epidemiol 1986 ;  124 : 345-352
 
Okaro E.O., Jones K.D., Sutton C. Long term outcome following laparoscopic supracervical hysterectomy BJOG 2001 ;  108 : 1017-1020 [cross-ref]
 
Gimbel H., Zobbe V., Andersen M.B., Filtenborg T., Gluud C., Tabor A. Randomised controlled trial of total compared with subtotal hysterectomy with one- year follow up results BJOG 2003 ;  110 : 1088-1098 [cross-ref]
 
Hilger W.S., Pizarro A.R., Magrina J.F. Removal of the retained cervical stump Am J Obstet Gynecol 2005 ;  193 : 2117-2121
 
Davis R., Unger J.B. Ovarian cancer in women with prior hysterectomy J La State Med Soc 2003 ;  155 : 113-115 [cross-ref]
 
Kontoravdis A., Kalogirou D., Antoniou G., Kontoravdis N., Kara kitsos P., Zourlas P.A. Prophylactic oophorectomy in ovarian cancer prevention Int J Gynecol Obstet 1996 ;  54 : 257-262 [cross-ref]
 
McGowan L. Ovarian cancer after hysterectomy Obstet Gynecol 1987 ;  69 : 386-389
 
Parker W.H., Broder M.S., Liu Z., Shoupe D., Farquhar C., Berek J.S. Ovarian conservation at the time of hysterectomy for benign disease Obstet Gynecol 2005 ;  106 : 219-226
 
Chiaffarino F., Parazzini F., Decarli A., Franceschi S., Talamini R., Montella M., et al. Hysterectomy with or without unilateral oophorectomy and risk of ovarian cancer Gynecol Oncol 2005 ;  97 : 318-322 [cross-ref]
 
Hankinson S.E., Hunter D.J., Colditz G.A., Willett W.C., Stampfer M.J., Rosner B., et al. Tubal ligation, hysterectomy and risk of ovarian cancer: a prospective study JAMA 1993 ;  270 : 2813-2818
 
Green A., Purdie D., Bain C., Siskind V., Russell P., Quinn M., et al. Tubal sterilisation, hysterectomy and decreased risk of ovarian cancer Int J Cancer 1997 ;  71 : 948-951 [cross-ref]
 
Post P.N., Casparie M.K., Blauauwgeers J.L., de Blok S. Reduced risk of ovarian cancer after hysterectomy Acta Obstet Gynecol Scand 2005 ;  84 : 1024 [cross-ref]
 
Riman T., Nilsson S., Persson I.R. Review of epidemiological evidence for reproductive and hormonal factors in relation to the risk of epithelial ovarian malignancies Acta Obstet Gynecol Scand 2004 ;  83 : 783-795 [cross-ref]
 
Deval B., Heitz D., Daraï E., Paniel B., Truc J.B., Levardon M., et al. Chirurgie de l'allongement du col utérin. Étude rétrospective : à propos de 20 cas J Gynecol Obstet Biol Reprod 2002 ;  31 : 343-351
 
Costantini E., Mearini L., Bini V., Zucchi A., Mearini E., Porena M. Uterus preservation in surgical correction of urogenital prolapse Eur Urol 2005 ;  48 : 642-649 [cross-ref]
 
Fatton B., Amblard J., Debodinance P., Cosson M., Jacquetin B. Transvaginal repair of genital prolapse: preliminary results of a new tension-free vaginal mesh (Prolift technique): a case series multicentric study Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct 2007 ;  18 : 743-752 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.