Faisabilité d’une néphro-urétérectomie et curage ganglionnaire lombo-aortique par voie cœlioscopique pûre

25 novembre 2019

Auteurs : M. Tran, N. Miaadi
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 783
Objectif

Patiente de 76 ans suivie dans le service d’urologie pour hématurie macroscopique. Elle ne présente qu’un antécédent de tumeur bénigne du sein gauche opérée. Elle ne fume pas. Elle présente un IMC à 29 et ne prend aucun traitement habituel.

Méthodes

Un bilan est réalisé composé d’une cystoscopie avec une muqueuse vésicale normale, une cytologie urinaire normale. L’uroscanner met en évidence un comblement tissulaire de 3 centimètres au niveau du bassinet rénal gauche et s’étendant sur le premier centimètre de l’uretère. Le bilan d’extension ne retrouve pas de lésion pulmonaire ni osseuse mais la présence de deux ganglions lombo-aortiques gauche de deux centimètres.

Résultats

Nous avons réalisé une urétéroscopie diagnostique avec réalisation de biopsie de la lésion. L’anatomopathologiste confirme la présence d’un carcinome urothélial papillaire de haut grade. La réunion de concertation pluridisciplinaire proposait un traitement multimodal avec chirurgie et chimiothérapie adjuvante. Réalisation d’une néphro-urétérectomie gauche par voie cœlioscopique associé à un curage ganglionnaire lombo-aortique. L’intervention est réalisée en cœlioscopie, la patiente est en décubitus latéral. Quatre orifices de trocarts ont été posés et il n’y a pas eu de modification de la position de la patiente durant l’intervention.

Conclusion

La néphro-urétérectomie gauche associé à un curage lombo-aortique est réalisable par voie cœlioscopique. L’anatomopathologiste retrouve un carcinome urothéalial de haut grade avec présence de métastases ganglionnaires : 3 ganglions positifs sur 9, avec des marges chirurgicales saines.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.