Facteurs pronostiques des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure

25 décembre 2013

Auteurs : V. Elalouf, J. Klap, N.-B. Delongchamps, S. Conquy, M. Sibony, D. Saighi, M. Peyromaure, T. Flam, M. Zerbib, E. Xylinas
Référence : Prog Urol, 2013, 16, 23, 1382-1388
Introduction

Les tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure (TVEUS) sont une entité rare. Peu de données probantes sont disponibles pour guider la prise en charge des patients. Le but de ce travail était de décrire les principaux facteurs impactant le pronostic des patients après traitement d’une TVEUS.

Matériel et méthodes

Une revue de la littérature a été réalisée en utilisant le moteur de recherche PubMed sans restriction de période mais en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.

Résultats

Les facteurs pronostiques des TVEUS ont été divisées en quatre groupes : les facteurs liées au patient, préopératoires, opératoires et anatomopathologiques. Les facteurs pronostiques décrits pour les TVEUS étaient par ordre d’importance : le stade et le grade tumoral, l’envahissement ganglionnaire, l’existence de carcinome in situ concomitant, l’âge, l’invasion lymphovasculaire, l’architecture tumorale, la nécrose tumorale étendue, la localisation tumorale et le genre. Le rôle pronostique de l’obésité, de la consommation tabagique et des autres comorbidités (ECOG, ASA), récemment rapportés, nécessite confirmation. Concernant les facteurs périopératoires, l’approche endoscopique du bas uretère pendant la nephro-urétérectomie serait à plus haut risque de récidive vésicale.

Conclusion

L’incorporation de ces facteurs dans des modèles de prédiction clinique peut aider à guider la prise en charge des patients (surveillance, type de traitement, lymphadénectomie, chimiothérapie).




 




Introduction


Les tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure (TVEUS) sont des tumeurs rares avec une incidence d'un à deux cas pour 100 000 habitants et par an [1]. Elles représentent 5 à 10 % des tumeurs urothéliales [1]. Le pic d'incidence est observé à 70-80ans et le ratio homme/femme est de 3 pour 1 [1]. Au contraire des tumeurs de vessie, 60 % des TVEUS sont invasives au moment du diagnostic. Du fait de leurs caractéristiques biologiques, de leur comportement hétérogène clinique et de leur relative rareté, la prise de décision pour les patients atteints de TVEUS a toujours été fondée sur des données limitées. En effet, jusqu'à récemment, la plupart des études s'intéressant aux TVEUS étaient rétrospectives et de petite taille. Cependant, une récente augmentation de la recherche clinique sur les TVEUS a conduit à une explosion des informations nouvelles et disponibles afin de guider les patients, les cliniciens et les chercheurs. Le risque de récidive de la maladie et de mortalité spécifique est élevé. Ainsi, une meilleure compréhension des facteurs pronostiques pourraient mener à leur identification, et par conséquent, à une meilleure prise en charge des patients.


Le but de ce travail était de décrire les principaux facteurs impactant le pronostic des patients après traitement d'une TVEUS.


Matériel et méthodes


Une revue de la littérature a été réalisée s'intéressant aux facteurs pronostiques des TVEUS en utilisant le moteur de recherche PubMed sans restriction de période mais en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français. L'analyse a été divisée en quatre parties : les facteurs liés au patient, préopératoires, opératoires et anatomopathologiques. Les mots clés utilisés étaient les suivants : upper tract urothelial carcinoma ou upper urinary tract carcinoma et prognosis ou prognostic factors ou survival . Le but de ce travail n'était pas de réaliser une revue systématique de la littérature mais plutôt une revue compréhensive afin de mieux cerner les facteurs impactant le pronostic de ces tumeurs rares. Deux auteurs (V.E. et E.X.) ont sélectionné les 120 articles utiles sur la base du titre et du résumé parmi les 666 articles de la recherche initiale. Une seconde sélection basée sur l'article original a ensuite été réalisée avant la rédaction ; ainsi les 44 publications les plus pertinentes ont été retenues.


Facteurs pronostiques des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure


Caractéristiques liées aux patients


Âge au diagnostic


Le rôle de l'âge comme facteur pronostique des TVEUS a été récemment démontré [2, 3] (Tableau 1). Dans une étude multicentrique de 1169 patients traités par néphro-urétérectomie totale, l'âge (en tant que variable continue) était un facteur prédictif indépendant à la fois de récidive tumorale, de mortalité spécifique, et de mortalité globale [4]. Les patients âgés de plus de 70ans avaient un risque accru de récidive tumorale et les patients âgés de 60ans et plus avaient un risque accru de mortalité spécifique et de mortalité globale. Cette constatation pourrait être attribuée soit à des changements dans le potentiel biologique de la tumeur, soit à une baisse des mécanismes de défense du patient, ou à des différences dans les modèles de soins [2]. Cependant, la majorité des patients âgés peut être guérie avec une néphro-urétérectomie totale, ce qui suggère que l'âge avancé seul ne devrait pas être un critère d'exclusion pour un traitement agressif d'une TVEUS potentiellement curable [4].


Genre


Contrairement aux carcinomes urothéliaux du bas appareil urinaire, où les femmes ont tendance à avoir une maladie plus avancée et une survie diminuée après cystectomie totale, le genre ne semble pas affecter les caractéristiques anatomopathologiques des TVEUS ou la survie spécifique après néphro-urétérectomie totale [3, 5].


Origine ethnique


Une étude rétrospective multicentrique ayant inclus 216 patients traités par néphro-urétérectomie totale n'a montré aucune association entre l'origine ethnique et la survie sans récidive [6]. Toutefois, la valeur pronostique de l'origine ethnique ne peut être évaluée avec précision que dans de grandes études de population [6].


Comorbidités


L'Eastern Cooperative Oncology Group Performans Status (avec un seuil à 1) était un facteur pronostique indépendant de mortalité périopératoire et de mortalité globale, sans toutefois impacter la survie sans récidive et la survie spécifique [7].


Le groupe collaboratif français a mis en évidence l'impact péjoratif du score American Society of Anesthesiologists (ASA) sur la survie spécifique après néphro-urétérectomie totale (ASA 3) [8].


Obésité


Le rôle pronostique de l'obésité a été démontré pour de nombreux cancers tels que le cancer colorectal, du rein ou de la prostate. Une récente étude multicentrique a étudié la relation entre l'indice de masse corporelle et le contrôle carcinologique chez des patients atteints de TVEUS [9]. Un indice de masse corporelle supérieur à 30kg/m2 était associé à des survies sans récidive, spécifique et globale, diminuées [9].


Consommation tabagique


Le groupe collaboratif international s'est intéressé à l'impact de l'intoxication tabagique sur le devenir de 864 patients après néphro-urétérectomie totale pour une TVEUS. L'intoxication tabagique était corrélée au stade tumoral, à la récidive tumorale et à la mortalité spécifique [10]. De plus, un sevrage tabagique de plus de dix ans semblerait diminuer ces effets [10].


Caractéristiques préopératoires liées à la maladie


Symptômes


Le symptôme le plus fréquemment présent et souvent révélateur chez les patients atteints de TVEUS est une hématurie microscopique ou macroscopique, qui est généralement indolore (Tableau 2). Environ 20-30 % des patients présentent des douleurs lombaires. Les symptômes généraux tels que la perte de poids, l'anorexie et des douleurs osseuses sont généralement associées à des métastases locorégionales ou à distance, et sont souvent de mauvais pronostic, même chez les patients suspectés d'avoir une maladie cliniquement localisée, traitée par néphro-urétérectomie totale [11]. De même que pour les tumeurs de vessie infiltrant le muscle, la découverte préopératoire d'une hydronéphrose est souvent synonyme d'un stade avancé (pouvant influencer le choix du traitement, y compris celui de réaliser une chimiothérapie néoadjuvante) [12, 13], et d'un plus mauvais pronostic après néphro-urétérectomie totale [14].


Localisation tumorale


L'impact de la localisation tumorale sur le devenir des patients reste très controversé.


Certaines études ont rapporté des survies sans récidive et spécifique diminuées en cas de localisation urétérale [15, 16]. D'autres n'ont en revanche pas confirmé cette affirmation, notamment lorsque l'impact de la localisation tumorale (bassinet rénal ou uretère) était ajusté pour les effets d'autres facteurs pronostiques connus de la maladie, tels que le stade et le grade tumoral, le statut ganglionnaire [17, 18].


Multifocalité tumorale


Les tumeurs multifocales sont définies à partir de deux localisations distinctes ou plus au niveau du haut appareil urinaire, et sont mises en évidence dans 30 % des cas. De nombreuses études ont mis en évidence l'impact pronostique négatif du caractère multifocal des TVEUS sur la survie sans récidive [16, 19]. Récemment, la valeur prédictive de la multifocalité tumorale a été confirmée à la fois par une étude multicentrique française [16], et une internationale. Elles ont montré que la multifocalité tumorale était un facteur prédictif indépendant de la survie chez des patients atteints de TVEUS [19].


Taille


Le diamètre tumoral était un facteur prédictif indépendant de survie sans métastase et de survie spécifique après néphro-urétérectomie totale [20]. La valeur seuil retenue est de 3cm, car en effet, aucune métastase n'était mise en évidence chez les patients présentant un diamètre tumoral inférieur à 3cm, alors que les patients avec un diamètre tumoral supérieur ou égal à 3cm avaient une survie sans métastase à cinq ans estimée à 67 % [20].


Caractéristiques préopératoires liées à la chirurgie


Délai de prise en charge


Comme précédemment démontré pour le cancer de la vessie, un délai de plus de 45jours entre le diagnostic de TVEUS et la néphro-urétérectomie totale était associé à des caractéristiques pathologiques d'agressivité tumorale, tels qu'un stade plus avancé et des tumeurs de plus haut grade, sans toutefois de différence significative en termes de survie sans récidive ou de survie spécifique [21] (Tableau 3). Cependant, dans le sous-groupe de patients atteints de TVEUS invasive (stade≥pT2), un délai plus long (plus de trois mois) a été associé à un risque plus élevé de récidive et une mortalité spécifique plus importante [21].


Voie d'abord pour la néphro-urétérectomie totale


Chez les patients avec un rein controlatéral normal, la néphro-urétérectomie totale par laparotomie avec excision de la collerette vésicale, est le traitement de référence pour les volumineuses tumeurs, les tumeurs de haut grade, et les tumeurs invasives du bassinet et de l'uretère proximal [22]. Cependant, la voie laparoscopique est maintenant considérée comme une alternative fiable [23, 24, 25]. À ce jour, il n'existe aucune preuve de supériorité en termes de résultats carcinologiques d'une technique par rapport à l'autre, à condition que les mêmes principes oncologiques soient respectés [26, 27].


Prise en charge de l'uretère distal


L'excision d'une collerette vésicale péri-méatique est la règle quelle que soit la localisation de la tumeur dans la voie excrétrice [1]. Elle est nécessaire en raison des taux de récidives important dans le moignon urétéral qui ont été rapportés (16 à 58 % des cas). La technique endoscopique de prise en charge de l'uretère distal a été récemment associée à un taux de récidive vésicale plus important [28].


Caractéristiques anatomopathologiques


Le stade tumoral


Le stade tumoral est l'un des facteurs les importants prédictifs de la survie chez les patients atteints des TVEUS [29] (Tableau 4). Les TVEUS peuvent se propager par invasion directe, par ensemencement de la muqueuse urothéliale, par voie hématogène et par voie lymphatique. Leur potentiel métastatique en est donc accru, et aggrave le pronostic, avec souvent des stades tumoraux avancés [29]. Les patients de stade pTa ou pT1 ont généralement une survie spécifique à cinq ans estimée à plus de 90 % après néphro-urétérectomie totale, tandis que les patients avec des tumeurs pT3 et pT4 ont une survie spécifique à cinq ans estimée de 30-50 % et 10-20 %, respectivement après néphro-urétérectomie totale [29, 30].


Le grade tumoral


Jusqu'en 2004, la classification de l'OMS de 1973 a été utilisée et elle distinguait trois niveaux de grade tumoraux (G1, G2, G3) [31]. Depuis 2004, la nouvelle classification WHO distingue trois groupes de tumeurs : tumeurs de faible potentiel de malignité, tumeurs de bas grade et tumeurs de haut grade. Les deux classifications restent pour le moment employées. Les tumeurs de haut grade sont plus susceptibles d'envahir le tissu conjonctif sous-jacent, le muscle et les tissus environnants. Bien que plusieurs études n'ont mis en lumière aucun impact pronostique du grade tumoral [30], d'autres ont rapporté un effet positif de cette association [32]. Ces divergences pourraient être liées à des analogies entre le grade 1 et/ou 2 des tumeurs et les variations interindividuelles et intra-individuelles dans l'attribution du grade tumoral. Des séries récentes utilisant la classification de 2004 ont mis en évidence qu'un haut grade tumoral était un facteur pronostique indépendant fort pour les TVEUS [29].


Carcinome in situ concomitant


Le carcinome in situ (Cis) est une lésion cytologique de l'urothélium et de la membrane basale, et il présente un potentiel invasif certain. Dans les tumeurs de vessie, le Cis est associé à un risque accru de récidive et de progression de la maladie. Pour les TVEUS, il a été démontré que le Cis était un facteur prédictif indépendant significatif de récidive vésicale [33]. En outre, l'existence d'un Cis concomitant chez les patients atteints de TVEUS localisée est associée à une augmentation significative du risque de récidive locale et vésicale, ainsi qu'à une augmentation de la mortalité spécifique [34]. Enfin, Otto et al. ont également montré qu'un antécédent de CIS était un facteur pronostique indépendant de la survie des patients atteints de TVEUS traités par néphro-urétérectomie totale [35].


Architecture tumorale


L'architecture tumorale (tumeurs sessiles versus tumeurs papillaires) a été utilisée pour prédire les résultats cliniques dans de nombreux études multicentriques [36]. Les tumeurs sessiles était significativement associées à la survenue de métastases et représentent un facteur prédictif indépendant de mortalité spécifique [36]. Il apparaît donc qu'il est nécessaire de préciser l'aspect endoscopique des TVEUS du fait du caractère pronostique de l'architecture tumorale, et ainsi aider au choix thérapeutique entre traitement conservateur et néphro-urétérectomie totale, réalisation ou non d'un curage ganglionnaire étendu, et/ou nécessité d'une chimiothérapie néoadjuvante.


La nécrose tissulaire


La nécrose tumorale est un élément prédictif établi de l'agressivité tumorale pour de nombreux cancers. Certaines données suggèrent qu'une nécrose tumorale étendue (définie comme>10 % de la zone tumorale) est un facteur prédictif indépendant de survie sans métastase et de survie sans récidive, moins importante chez les patients atteints de TVEUS traitées par néphro-urétérectomie totale [37]. Toutefois, Zigeuner et al. n'ont pu mettre en évidence d'association entre la nécrose tumorale et la survie qu'en analyse univariée, sa valeur pronostique n'était pas indépendante des autres facteurs clinicopathologiques standards [38]. Des études supplémentaires seront donc nécessaires avant de pouvoir utiliser la nécrose tumorale comme outil dans la décision thérapeutique après néphro-urétérectomie totale.


Invasion lymphovasculaire


Les vaisseaux lymphatiques constituent la principale voie de propagation métastatique des cellules tumorales, et l'invasion lymphovasculaire a un rôle pronostique important dans la plupart des tumeurs malignes, y compris pour les TVEUS [39, 40, 41]. Il permettrait d'identifier les patients sans envahissement ganglionnaire qui seraient à risque élevé de récidive ou de mortalité spécifique, malgré la chirurgie [39, 40, 41]. L'invasion lymphovasculaire a été associée à des formes de TVEUS biologiquement agressives et corrélée à des survies sans récidive et spécifique diminuées [39, 40, 41].


Lymphadénectomie et curage ganglionnaire


Le curage ganglionnaire au cours de la néphro-urétérectomie totale a un intérêt pronostique car il permet de réaliser une stadification optimale de la maladie. En cas d'envahissement ganglionnaire (jusqu'à 30 % des cas), le curage diminue le volume tumoral et permet éventuellement d'orienter précocement le patient vers un traitement adjuvant. Roscigno et al. ont rapporté une survie spécifique diminuée en cas d'envahissement ganglionnaire [42, 43]. Pour les patients pN0, le pronostic de la maladie était d'autant meilleur que le nombre de ganglions retirés était important [42, 43]. Toutefois, l'absence de standardisation des indications et de l'étendue du curage rend les recommandations difficiles [44].


Conclusion


L'incorporation de facteurs pronostiques validés dans la pratique clinique quotidienne pourrait aider à orienter la prise de décision thérapeutique des patients atteints de TVEUS, en ce qui concerne le calendrier de surveillance, le type de traitement, la réalisation d'une lymphadénectomie, et les indications des thérapies systémiques néoadjuvantes ou adjuvantes.


Déclaration d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.




Tableau 1 - Facteurs pronostiques des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure liés aux patients.
Caractéristiques  Commentaire  Références 
Âge  Âge est un facteur pronostique indépendant de SSR et SS  [2, 3, 4
Sexe  Pas d'impact  [3, 5
Origine ethnique  Pas d'impact  [6
Comorbidités  ECOG-PS≥1 facteur pronostique indépendant de SG  [7
ASA facteur pronostique indépendant de SS  [8
Obésité  IMC≥30 facteur pronostique indépendant de SSR, SS et SG  [9
Intoxication tabagique  Intoxication tabagique facteur pronostique indépendant de SSR, SS  [10



Légende :
SSR : survie sans récidive ; SS : survie spécifique ; SG : survie globale ; ECOG-PS : Eastern Cooperative Oncology Group Performans Status ; ASA : American Association of Anesthesiologists score.



Tableau 2 - Facteurs pronostiques des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure liés à la maladie.
Caractéristiques  Commentaire  Références 
Symptômes  Symptômes systémiques corrélées à la présence de métastases à distance  [11
Hydronéphrose corrélée à stade avancé et à la SSR et SS  [12, 13, 14
Localisation  Impact controversé de la localisation urétérale  [15, 16, 17, 18
Multifocalité  Facteur pronostique indépendant de SSR  [16, 19
Taille tumorale  Taille≥3cm facteur pronostique indépendant de SSR  [20



Légende :
SSR : survie sans récidive ; SS : survie spécifique.



Tableau 3 - Facteurs pronostiques des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure liés à la prise en charge.
Caractéristiques  Commentaire  Références 
Délai de prise en charge  Délai≥45jours corrélé à un stade avancé  [21
Voie d'abord  Résultats oncologiques comparables de la voie laparoscopique  [22, 23, 24, 25, 26, 27
Uretère distal  Voie endoscopique associée à un risque accru de récidive vésicale  [28
Pas d'influence sur la SSR et la SS   



Légende :
SSR : survie sans récidive ; SS : survie spécifique.



Tableau 4 - Facteurs pronostiques anatomopathologiques des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure.
Caractéristiques  Commentaire  Références 
Stade tumoral  Facteur pronostique indépendant de SSR et SS  [29, 30
Grade tumoral  Haut grade facteur pronostique indépendant de SSR et SS  [29, 30, 31, 32
Cis concomitant  Facteur pronostique indépendant de SSRV, SSR et SS  [33, 34, 35
Architecture tumorale  Caractère sessile facteur pronostique indépendant de SS  [36
Nécrose tumorale  Nécrose≥10 % facteur pronostique indépendant de SSR  [37
Invasion lymphovasculaire  Facteur pronostique indépendant de SSR et de SS  [39, 40, 41
Envahissement ganglionnaire  Facteur pronostique indépendant de SSR et de SS  [42, 43



Légende :
SSR : survie sans récidive ; SSRV : survie sans récidive vésicale ; SS : survie spécifique ; Cis : carcinome in situ.


Références



Pfister C., Roupret M., Wallerand H., Davin J.L., Quintens H., Guy L., et al. Recommandations en onco-urologie 2010 : tumeurs urothéliales Prog Urol 2010 ;  20 : 255-274 [inter-ref]
Shariat S.F., Godoy G., Lotan Y., Droller M., Karakiewicz P.I., Raman J.D., et al. Advanced patient age is associated with inferior cancer-specific survival after radical nephroureterectomy BJU Int 2010 ;  105 : 1672-1677
Fernandez M.I., Shariat S.F., Margulis V., Bolenz C., Montorsi F., Suardi N., et al. Evidence-based sex-related outcomes after radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinoma: results of large multicenter study Urology 2009 ;  73 : 142-146 [cross-ref]
Chromecki T.F., Ehdaie B., Novara G., Pummer K., Zigeuner R., Seitz C., et al. Chronological age is not an independent predictor of clinical outcomes after radical nephroureterectomy World J Urol 2011 ;  29 : 473-480 [cross-ref]
Shariat S.F., Favaretto R.L., Gupta A., Fritsche H.M., Matsumoto K., Kassouf W., et al. Gender differences in radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinoma World J Urol 2011 ;  29 : 481-486 [cross-ref]
Matsumoto K., Novara G., Gupta A., Margulis V., Walton T.J., Roscigno M., et al. Racial differences in the outcome of patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract: an international study BJU Int 2011 ;  108 : 304-309
Martinez-Salamanca J.I., Shariat S.F., Rodriguez J.C., Chromecki T.F., Ficarra V., Fritsche H.M., et al. Prognostic role of ECOG performance status in patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract: an international study BJU Int 2012 ;  109 : 1155-1161 [cross-ref]
Berod A.A., Colin P., Yates D.R., Ouzzane A., Audouin M., Adam E., et al. The role of American Society of Anesthesiologists scores in predicting urothelial carcinoma of the upper urinary tract outcome after radical nephroureterectomy: results from a national multi-institutional collaborative study BJU Int 2012 ; (In press).
Ehdaie B., Chromecki T.F., Lee R.K., Lotan Y., Margulis V., Karakiewicz P.I., et al. Obesity adversely impacts disease specific outcomes in patients with upper tract urothelial carcinoma J Urol 2011 ;  186 : 66-72 [cross-ref]
Rink M., Xylinas E., Margulis V., Cha E.K., Ehdaie B., Raman J.D., et al. Impact of smoking on oncologic outcomes of upper tract urothelial carcinoma after radical nephroureterectomy Eur Urol 2012 ; (In press).
Raman J.D., Shariat S.F., Karakiewicz P.I., Lotan Y., Sagalowsky A.I., Roscigno M., et al. Does preoperative symptom classification impact prognosis in patients with clinically localized upper-tract urothelial carcinoma managed by radical nephroureterectomy? Urol Oncol 2011 ;  29 : 716-723 [cross-ref]
Brien J.C., Shariat S.F., Herman M.P., Ng C.K., Scherr D.S., Scoll B., et al. Preoperative hydronephrosis, ureteroscopic biopsy grade and urinary cytology can improve prediction of advanced upper tract urothelial carcinoma J Urol 2010 ;  184 : 69-73 [cross-ref]
Messer J.C., Terrell J.D., Herman M.P., Ng C.K., Scherr D.S., Scoll B., et al. Multi-institutional validation of the ability of preoperative hydronephrosis to predict advanced pathologic tumor stage in upper-tract urothelial carcinoma Urol Oncol 2011 ; (In press).
Ng C.K., Shariat S.F., Lucas S.M., Bagrodia A., Lotan Y., Scherr D.S., et al. Does the presence of hydronephrosis on preoperative axial CT imaging predict worse outcomes for patients undergoing nephroureterectomy for upper-tract urothelial carcinoma? Urol Oncol 2011 ;  29 : 27-32 [cross-ref]
Zigeuner R.E., Hutterer G., Chromecki T., Rehak P., Langner C. Bladder tumour development after urothelial carcinoma of the upper urinary tract is related to primary tumour location BJU Int 2006 ;  98 : 1181-1186 [cross-ref]
Ouzzane A., Colin P., Xylinas E., Pignot G., Ariane M.M., Saint F., et al. Ureteral and multifocal tumours have worse prognosis than renal pelvic tumours in urothelial carcinoma of the upper urinary tract treated by nephroureterectomy Eur Urol 2011 ;  60 : 1258-1265 [cross-ref]
Favaretto R.L., Shariat S.F., Chade D.C., Godoy G., Adamy A., Kaag M., et al. The effect of tumor location on prognosis in patients treated with radical nephroureterectomy at Memorial Sloan-Kettering Cancer Center Eur Urol 2010 ;  58 : 574-580 [cross-ref]
Raman J.D., Ng C.K., Scherr D.S., Margulis V., Lotan Y., Bensalah K., et al. Impact of tumor location on prognosis for patients with upper tract urothelial carcinoma managed by radical nephroureterectomy Eur Urol 2010 ;  57 : 1072-1079 [cross-ref]
Chromecki T.F., Cha E.K., Fajkovic H., Margulis V., Novara G., Scherr D.S., et al. The impact of tumor multifocality on outcomes in patients treated with radical nephroureterectomy Eur Urol 2012 ;  61 : 245-253 [cross-ref]
Simone G., Papalia R., Loreto A., Leonardo C., Sentinelli S., Gallucci M. Independent prognostic value of tumour diameter and tumour necrosis in upper urinary tract urothelial carcinoma BJU Int 2009 ;  103 : 1052-1057 [cross-ref]
Waldert M., Karakiewicz P.I., Raman J.D., Remzi M., Isbarn H., Lotan Y., et al. A delay in radical nephroureterectomy can lead to upstaging BJU Int 2010 ;  105 : 812-817 [cross-ref]
Roupret M., Wallerand H., Traxer O., Roy C., Mazerolles C., Saint F., et al. Bilan et prise en charge d'une tumeur de la voie excrétrice urinaire supérieure en 2010 : mise au point du comité de cancérologie de l'Association francaise d'urologie Prog Urol 2010 ;  20 : 260-271 [cross-ref]
Ariane M.M., Colin P., Ouzzane A., Pignot G., Audouin M., Cornu J.N., et al. Assessment of oncologic control obtained after open versus laparoscopic nephroureterectomy for upper urinary tract urothelial carcinomas (UUT-UCs): results from a large French multicenter collaborative study Ann Surg Oncol 2012 ;  19 : 301-308 [cross-ref]
Capitanio U., Shariat S.F., Isbarn H., Weizer A., Remzi M., Roscigno M., et al. Comparison of oncologic outcomes for open and laparoscopic nephroureterectomy: a multi-institutional analysis of 1249 cases Eur Urol 2009 ;  56 : 1-9 [cross-ref]
Favaretto R.L., Shariat S.F., Chade D.C., Godoy G., Kaag M., Cronin A.M., et al. Comparison between laparoscopic and open radical nephroureterectomy in a contemporary group of patients: are recurrence and disease-specific survival associated with surgical technique? Eur Urol 2010 ;  58 : 645-651 [cross-ref]
Hanna N., Sun M., Trinh Q.D., Hansen J., Bianchi M., Montorsi F., et al. Propensity-score-matched comparison of perioperative outcomes between open and laparoscopic nephroureterectomy: a national series Eur Urol 2012 ;  61 : 715-721 [cross-ref]
Ni S., Tao W., Chen Q., Liu L., Jiang H., Hu H., et al. Laparoscopic versus open nephroureterectomy for the treatment of upper urinary tract urothelial carcinoma: a systematic review and cumulative analysis of comparative studies Eur Urol 2012 ;  61 : 1142-1153 [cross-ref]
Xylinas E., Rink M., Cha E.K., Clozel T., Lee R.K., Fajkovic H., et al. Impact of distal ureter management on oncologic outcomes following radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinoma Eur Urol 2012 ; (In press).
Margulis V., Shariat S.F., Matin S.F., Kamat A.M., Zigeuner R., Kikuchi E., et al. Outcomes of radical nephroureterectomy: a series from the Upper Tract Urothelial Carcinoma Collaboration Cancer 2009 ;  115 : 1224-1233 [cross-ref]
Novara G., De Marco V., Gottardo F., Dalpiaz O., Bouygues V., Galfano A., et al. Independent predictors of cancer-specific survival in transitional cell carcinoma of the upper urinary tract: multi-institutional dataset from 3 European centers Cancer 2007 ;  110 : 1715-1722 [cross-ref]
Lopez-Beltran A., Bassi P., Pavone-Macaluso M., Montironi R. Handling and pathology reporting of specimens with carcinoma of the urinary bladder, ureter, and renal pelvis Eur Urol 2004 ;  45 : 257-266 [cross-ref]
Lehmann J., Suttmann H., Kovac I., Hack M., Kamradt J., Siemer S., et al. Transitional cell carcinoma of the ureter: prognostic factors influencing progression and survival Eur Urol 2007 ;  51 : 1281-1288 [cross-ref]
Pieras E., Frontera G., Ruiz X., Vicens A., Ozonas M., Piza P. Concomitant carcinoma in situ and tumour size are prognostic factors for bladder recurrence after nephroureterectomy for upper tract transitional cell carcinoma BJU Int 2010 ;  106 : 1319-1323 [cross-ref]
Wheat J.C., Weizer A.Z., Wolf J.S., Lotan Y., Remzi M., Margulis V., et al. Concomitant carcinoma in situ is a feature of aggressive disease in patients with organ confined urothelial carcinoma following radical nephroureterectomy Urol Oncol 2012 ;  30 : 252-258 [cross-ref]
Otto W., Shariat S.F., Fritsche H.M., Gupta A., Matsumoto K., Kassouf W., et al. Concomitant carcinoma in situ as an independent prognostic parameter for recurrence and survival in upper tract urothelial carcinoma: a multicenter analysis of 772 patients World J Urol 2011 ;  29 : 487-494 [cross-ref]
Remzi M., Haitel A., Margulis V., Karakiewicz P., Montorsi F., Kikuchi E., et al. Tumour architecture is an independent predictor of outcomes after nephroureterectomy: a multi-institutional analysis of 1363 patients BJU Int 2009 ;  103 : 307-311 [cross-ref]
Langner C., Hutterer G., Chromecki T., Leibl S., Rehak P., Zigeuner R. Tumor necrosis as prognostic indicator in transitional cell carcinoma of the upper urinary tract J Urol 2006 ;  176 : 910-913
Zigeuner R., Shariat S.F., Margulis V., Karakiewicz P.I., Roscigno M., Weizer A., et al. Tumour necrosis is an indicator of aggressive biology in patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract Eur Urol 2010 ;  57 : 575-581 [cross-ref]
Colin P., Verhasselt-Crinquette M., Ouzzane A., Yakoubi R., Bouchery C., Debrock S., et al. Rôle pronostique des emboles vasculaires tumoraux dans les tumeurs des voies excrétrices urinaires supérieures : analyse rétrospective monocentrique Prog Urol 2010 ;  22 : 331-338
Kikuchi E., Margulis V., Karakiewicz P.I., Roscigno M., Mikami S., Lotan Y., et al. Lymphovascular invasion predicts clinical outcomes in patients with node-negative upper tract urothelial carcinoma J Clin Oncol 2009 ;  27 : 612-618
Novara G., Matsumoto K., Kassouf W., Walton T.J., Fritsche H.M., Bastian P.J., et al. Prognostic role of lymphovascular invasion in patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract: an international validation study Eur Urol 2010 ;  57 : 1064-1071 [cross-ref]
Roscigno M., Brausi M., Heidenreich A., Lotan Y., Margulis V., Shariat S.F., et al. Lymphadenectomy at the time of nephroureterectomy for upper tract urothelial cancer Eur Urol 2011 ;  60 : 776-783 [cross-ref]
Roscigno M., Shariat S.F., Margulis V., Karakiewicz P., Remzi M., Kikuchi E., et al. The extent of lymphadenectomy seems to be associated with better survival in patients with nonmetastatic upper-tract urothelial carcinoma: how many lymph nodes should be removed? Eur Urol 2009 ;  56 : 512-518
Larre S., Quintens H., Houede N., Comperat E., Roy C., Pignot G., et al. Intérêt du curage ganglionnaire dans les tumeurs urothéliales infiltrantes de la vessie (TVIM) et de la voie excrétrice supérieure (TVES): article de revue du Comité de cancérologie de l'Association française d'urologie Prog Urol 2012 ;  22 : 380-387 [cross-ref]






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.