Facteurs pronostiques des tumeurs de la voie excrétrice supérieure et impact sur la survie : une revue systématique pour le rapport annuel de l’Association française d’urologie

25 novembre 2014

Auteurs : P. Colin, J. Irani, S.J. Drouin, S.F. Shariat, M. Rouprêt
Référence : Prog Urol, 2014, 15, 24, 1000-1010

Objectif

Le but de ce travail était de décrire les principaux facteurs pronostiques identifiés avec un impact sur la survie des patients diagnostiqués avec une tumeur de la voie excrétrice supérieure (TVES).

Matériel et méthodes

Une revue systématique de la littérature a été réalisée en utilisant le moteur de recherche Pubmed sans restriction de période avec les mots clés suivants (MeSH) : urothelial carcinoma  ; ureter  ; renal pelvis  ; prognosis  ; recurrence  ; survival  ; predictive models  ; nomogram .

Résultats

Le niveau de preuve était faible (3) dans toutes les études. Il existait 4 catégories de facteurs pronostiques dans les TVES : cliniques (caractéristiques du patient et de la tumeur), chirurgicaux, anatomopathologiques et moléculaires. Les facteurs pronostiques préopératoires les plus importants étaient la taille>3cm, le grade (biopsie), la multifocalité, une hydronéphrose importante, les comorbidités (ASA), le statut ECOG et le délai opératoire (>3mois). Après chirurgie, les facteurs pronostiques les plus importants étaient : le stade, le grade, le carcinome in situ, les emboles tumoraux et l’invasion ganglionnaire. La biologie de l’inflammation (CRP) pourrait être utile dans la prédiction des stades localement avancés. Les marqueurs moléculaires sont encore en évaluation.

Conclusion

L’identification de facteurs pronostiques des TVES a progressé au cours de ces dernières années. Ces facteurs sont à prendre en considération seuls ou groupés au sein d’outils prédictifs pour déterminer au mieux la survie des malades.

   
 
 

 

 

Introduction

Les tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) sont diagnostiquées dans 60 % des cas à un stade musculo-invasif [1

Cliquez ici pour aller à la section Références, 2

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le pronostic des TVES est hétérogène et difficile à prédire d'un patient à l'autre [3

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les recommandations des sociétés savantes concernant les TVES ont toujours été fondées sur des données rétrospectives et des échantillons de petite taille. Depuis cinq ans, la recherche clinique a permis d'explorer de façon plus approfondie les facteurs pronostiques des TVES sous l'impulsion de groupes collaboratifs. Le rôle des facteurs pronostiques et leur inclusion dans des modèles prédictifs est susceptible d'aboutir à une prise en charge des patients plus individualisée.

Le but de ce travail était de rapporter les principaux facteurs pronostiques établis à ce jour dans les TVES en les regroupant en quatre catégories distinctes : clinique (caractéristiques du patient/de la tumeur), chirurgicale, anatomopathologique et moléculaire.

 

Matériel et méthodes

Une revue exhaustive et systématisée de la littérature a été effectuée en utilisant le moteur de recherche Pubmed sans restriction de période mais en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français. La recherche a été réalisée à partir des mots clés suivants issus du MeSH seul ou en combinaison : urothelial carcinoma ; ureter ; renal pelvis ; prognosis ; recurrence ; survival ; predictive models ; nomogram . Parmi les 850 articles de la recherche initiale, 101 publications ont été retenues sur des critères qualitatifs inhérents à la méthodologie, la pertinence et/ou la taille de l'échantillon. Le niveau de preuve de l'ensemble des publications était faible (niveau 3) en l'absence d'étude prospective et/ou randomisée disponible. En pratique, quatre catégories de facteurs pronostiques ont été individualisées : clinique (patient ou tumeur), chirurgicale, anatomopathologique et moléculaire. La synthèse a été divisée en deux parties distinctes : les facteurs préopératoires (cliniques, chirurgicaux) et les facteurs postopératoires (anatomopathologiques et moléculaires).

 

Résultats

 

Facteurs pronostiques préopératoires

L'orientation thérapeutique du patient en préopératoire est essentielle afin de ne pas sous-traiter un patient nécessitant un traitement radical ou inversement. Le développement de l'urétéro-pyélo-caliscopie moderne et de l'imagerie permet aujourd'hui de sélectionner une population de malades susceptibles de recevoir un traitement conservateur. A contrario, certains patients présentent d'emblée une maladie localement avancée pour laquelle la chimiothérapie néoadjuvante peut être discutée.

 
Facteurs pronostiques cliniques en rapport avec le patient

Le sexe féminin n'est plus considéré comme un facteur pronostique de survie dans la littérature [4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 5

Cliquez ici pour aller à la section Références, 6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Toutefois, il a été constaté que les femmes avaient une TVES histologiquement plus avancées au moment du diagnostic [4

Cliquez ici pour aller à la section Références, 7

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Inversement, l'âge élevé a été rapporté comme un facteur pronostique corrélé à une survie spécifique (SSP) défavorable [8

Cliquez ici pour aller à la section Références, 9

Cliquez ici pour aller à la section Références, 10

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le retentissement de la maladie tumorale est évaluée par le score d'état général (score ECOG-Perfomance Status) ou par les comorbidités (score ASA) [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces deux systèmes de classification préopératoire sont apparus comme des facteurs pronostiques indépendants en termes de survie globale (SG) [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 11

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Par ailleurs, le score ECOG-PS (≥1) était également un facteur indépendant de SSP [10

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références, 13

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'altération de l'état général et le caractère symptomatique de la tumeur au moment du diagnostic étaient associés à des TVES agressives et localement avancées. Les patients qui présentaient des symptômes systémiques préopératoires (état de santé altéré comprenant anorexie, perte de poids, malaise, fatigue, fièvre, sueurs nocturnes ou toux) étaient porteurs d'une maladie au moins micro-métastatique. Cependant, l'indépendance de ce facteur en analyse multivariée n'a pas été retrouvée pour la SSP et la survie sans métastase (SSM) [6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 14

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le tabagisme actif au moment du diagnostic a été associé à des conséquences négatives sur la survie des patients. Seule une interruption de l'intoxication tabagique depuis au moins 10ans était associée à un impact favorable sur la survie [15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références].

L'insuffisance rénale chronique au diagnostic pourrait constituer un facteur pronostique de maladie localement avancée [6

Cliquez ici pour aller à la section Références, 17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Plus cette insuffisance rénale est sévère (clairance de la créatinine<60mL/min), plus le risque d'une lésion agressive (stade et grade élevés) est important [17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cet élément est en défaveur d'un traitement conservateur qui constitue pourtant un impératif de nécessité pour cette classe de patients.

Les données de la littérature sont discordantes en ce qui concerne l'association de l'indice de masse corporel (IMC) avec les stades et grades tumoraux [18

Cliquez ici pour aller à la section Références, 19

Cliquez ici pour aller à la section Références] ou avec la survie. Certains auteurs ont identifié un IMC>30kg/m2 comme un facteur péjoratif uniquement pour la survie sans métastase (SSM) [18

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Pour d'autres, il y aurait également un impact négatif sur la SPP et la SG [19

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Un IMC<18,5 impacterait aussi négativement les SSP et SSM [20

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La présence d'une hydronéphrose de haut grade est corrélée à un pronostic péjoratif pour les SSP et SSM [21

Cliquez ici pour aller à la section Références, 22

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Facteurs pronostiques en rapport avec la tumeur

L'uroscanner (tomodensitométrie des voies urinaires sans et avec injection de produit de contraste avec coupes aux temps précoces et tardifs) est l'examen de référence pour la détection et le bilan de l'extension locorégionale des TVES. Le développement des scanners multibarettes a permis d'augmenter la précision diagnostique : amélioration de la détection et de la corrélation de la stadification cTNM aux résultats anatomopathologiques (de 59,5 % à 87,8 %) [24

Cliquez ici pour aller à la section Références, 25

Cliquez ici pour aller à la section Références, 26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cependant, la distinction des stades Ta à T2 est difficile en imagerie et le risque de sous-stadifier des lésions reste réel (10 % environ) [24

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Des études expérimentales ont rapporté l'intérêt des séquences de diffusions en IRM pour définir le grade tumoral. Ainsi, la valeur de l'ADC pourrait être corrélée non seulement au grade tumoral mais également à l'immunomarquage par Ki67 qui est un marqueur de prolifération cellulaire [27

Cliquez ici pour aller à la section Références, 28

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
La taille tumorale

La corrélation entre la taille mesurée au scanner et celle mesurée en anatomopathologie est bonne pour les TVES (r2=0,83) voire excellente pour les lésions pyélo-calicielles [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Si le diamètre de 1cm est généralement retenu pour limite de l'indication d'un traitement conservateur, il a été rapporté que les TVES pyélo-calicielles<3cm au scanner étaient de stade<pT2 dans 93 % des cas [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En cas de localisation urétérale, un diamètre>1,5cm était associé à un stade≥pT2 dans 42 % des cas [21

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
L'hydronéphrose de haut grade

L'hydronéphrose de haut grade est généralement associée à l'existence d'une TVES de stade localement avancé et de haut grade [21

Cliquez ici pour aller à la section Références, 22

Cliquez ici pour aller à la section Références, 23

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
La localisation tumorale/multifocalité

La controverse concernant l'influence de la localisation est probablement expliquée par la manière de classer les lésions qui diffère d'une étude à l'autre. Certains auteurs (dont le groupe collaboratif international) ont considérés que les lésions étaient soit pyélo-calicielle soit urétérale et qu'en cas de localisations multiples, seul le siège de la tumeur index devrait être pris en considération. Dans ce cas, les TVES pyélo-calicielles étaient significativement associées à des stades élevés [29

Cliquez ici pour aller à la section Références, 30

Cliquez ici pour aller à la section Références, 31

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Évaluée de manière indépendante, ces mêmes auteurs ont décrit la multifocalité comme associée à des TVES de haut grade et stade [32

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Pour d'autres auteurs (dont les groupes collaboratifs français et canadien), les TVES étaient classées comme pyélo-calicielles, urétérales ou les deux. Dans ce cas, c'est la double localisation qui était corrélée de manière significative à des stades élevés [33

Cliquez ici pour aller à la section Références, 34

Cliquez ici pour aller à la section Références, 35

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Enfin, à stade équivalent, il n'y avait pas de différence entre une tumeur de l'uretère et des CPC.

 
L'architecture tumorale

Les tumeurs sessiles, telles qu'évaluées en endoscopie et en imagerie, étaient corrélées à des TVES de stade élevé, de haut grade et à un envahissement ganglionnaire [36

Cliquez ici pour aller à la section Références, 37

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Le grade

Un haut grade cytologique ou biopsique présentait une bonne corrélation avec un stade infiltrant (62 % et 62 à 100 %, respectivement) [23

Cliquez ici pour aller à la section Références, 38

Cliquez ici pour aller à la section Références, 39

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Le délai opératoire

Un délai opératoire>3mois impacterait défavorablement la survie des patients [40

Cliquez ici pour aller à la section Références, 41

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
L'inflammation

L'inflammation induite par l'interaction entre les cellules immunitaires de l'hôte et la tumeur pourrait être associée à une lésion localement avancée. Ainsi, une CRP>5mg/L était associée à une maladie non confinée à l'organe (≥pT3), agressive (haut grade) et à un envahissement ganglionnaire [42

Cliquez ici pour aller à la section Références, 43

Cliquez ici pour aller à la section Références]. De même, un taux de fibrinogène plasmatique>370mg/dL était associée à des stades musculo-invasifs et des grades élevés [44

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le ratio polynucléaires neutrophiles/lymphocytes>3,0 préopératoire était associé à un stade et à un grade élevés, à un envahissement ganglionnaire et à la présence d'emboles vasculaires tumoraux [45

Cliquez ici pour aller à la section Références, 46

Cliquez ici pour aller à la section Références, 47

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'anémie préopératoire (Hb≤13 ou 12g/dL chez les hommes et les femmes, respectivement) pourrait être associée à des TVES agressives [48

Cliquez ici pour aller à la section Références].

À l'instar de ce qui est fait dans les tumeurs de la vessie n'infiltrant pas le muscle (TVNIM) depuis des années, Roupret et al. ont suggéré de regrouper les critères pronostiques les mieux établis dans les TVES afin de les classer en tumeurs de faible et de haut risque [49

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ceci permettrait au clinicien d'orienter au mieux les patients vers une prise en charge thérapeutique adaptée (Tableau 1).

 
Outils de prédiction

Aucun de ces outils préopératoires rapportés n'a été validé dans une population externe.

 
Outils prédictifs d'un stade musculo-invasif ou localement avancé

Margulis et al. ont développé un nomogramme utilisant les données préopératoires suivantes : grade tumoral, architecture et localisation tumorale. Leur modèle présentait une précision de 77 % pour prédire le risque de cancer localement avancé [50

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Brien et al. ont mis au point un outil prédictif basé sur la présence d'une hydronéphrose, d'un haut grade biopsique et d'une cytologie urinaire positive [23

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Lorsque les trois examens sont positifs, la valeur prédictive positive (VPP) du modèle était respectivement de 89 % et 73 % pour les stades musculo-invasifs et localement avancés respectivement. En cas de négativité de l'ensemble des facteurs, la VPP était de 100 % pour un stade n'infiltrant pas le muscle.

En combinant l'imagerie préopératoire et les données de l'endoscopie (envahissement local, hydronéphrose en imagerie, lésions de haut grade et localisation tumorale en urétéroscopie), Favaretto et al. ont créé un outil prédictif d'une précision de 70 % pour déterminer le risque de tumeur infiltrante et/ou localement avancée [51

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Récemment, le groupe collaboratif français a proposé un modèle prédictif de stade tumoral final basé sur la classification TNM en imagerie, la cytologie urinaire, la présence d'une insuffisance rénale et le sexe [6

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ce modèle avait une précision respective de 65 % et 67 % pour la prédiction des stades musculo-invasif et localement avancé.

 
Outils prédictifs préopératoires de la survie après traitement radical

Hashimoto et al. ont mis au point une stratification du risque de récidive métastatique basée sur le stade localement avancé en imagerie et l'hyperleucocytose neutrophile (≥4000/mm3) [52

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le risque de métastase à 3ans était de 91 % pour le groupe à faible risque contre 34 % pour le groupe à haut risque (p <0,001). Sakano et al. ont mis au point un modèle similaire pour la survie spécifique incluant le stade localement avancé en imagerie, une cytologie de haut grade et l'hyperleucocytose>7600/mm3 [53

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Si la mortalité péri-opératoire après NUT (dans les 90jours) est peu importante (4,4 %), il paraît nécessaire d'identifier les patients à risque chez qui l'attitude radicale peut conduire au décès. À partir des registres SEER, Jeldres et al. ont développé un modèle évaluant ce risque avec une précision de 73,4 %[54

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ce modèle est cependant imparfait car il inclut des données anatomopathologiques obtenues après chirurgie (grade, stade pT, pN) en association à l'âge.

Les facteurs pronostiques postopératoires sont résumés dans le Tableau 2.

 

Facteurs pronostiques postopératoires

Les facteurs pronostiques postopératoires sont résumés dans le Tableau 3.

 
Facteurs chirurgicaux

La gestion de la collerette vésicale au cours de la NUT [55

Cliquez ici pour aller à la section Références] ainsi que la zone anatomique de dissection du curage ganglionnaire associé [56

Cliquez ici pour aller à la section Références, 57

Cliquez ici pour aller à la section Références] étaient des facteurs pronostiques impactant la survie des patients. Ils sont traités dans un autre chapitre du rapport de l'AFU consacré au traitement chirurgical des TVES.

 
Facteurs anatomopathologiques

 
Stades et grades tumoraux

Les stades et grades tumoraux constituent les facteurs pronostiques les plus importants des TVES [58

Cliquez ici pour aller à la section Références, 59

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ainsi, les stades≥pT2 étaient de mauvais pronostic en termes de SSP à 5ans (Figure 1, Figure 2, Figure 3). Le grade histologique corrélé au stade tumoral est un élément pronostique reconnu. La plupart des publications ont utilisé la classification OMS 1973, la période du début d'inclusion dans ces études commençant avant 2004, année de l'élaboration de la nouvelle classification de l'OMS. Dans les TVES confinées à l'organe (pTa-pT2), la présence d'un grade histologique élevé était un élément défavorable en termes de SSM et de SSP. La problématique de la sous-classification des pT3 a été abordée ailleurs dans le rapport de l'AFU. Il faut simplement souligner que l'invasion macroscopique du parenchyme rénal et de la graisse péri-pyélique étaient des éléments de mauvais pronostic [60

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Figure 1
Figure 1. 

Courbe de survie spécifique après néphrourétérectomie en fonction du stade d'infiltration des tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) (groupe collaboratif français n =750 patients M0 au diagnostic).

 
Figure 2
Figure 2. 

Courbe de survie spécifique après néphrourétérectomie en fonction du grade tumoral (OMS 73) des tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) (groupe collaboratif français n =750 patients M0 au diagnostic).

 
Figure 3
Figure 3. 

Courbe de survie spécifique après néphrourétérectomie en fonction du grade tumoral (OMS 2004) des tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) (groupe collaboratif français n =750 patients M0 au diagnostic).

 
Les emboles vasculaires tumoraux (EVT)

Leur présence est un préalable à l'envahissement ganglionnaire, à la libération de cellules cancéreuses circulantes et à la formation de micro-métastases. Ces emboles sont retrouvés chez environ 15 à 20 % des patients porteurs d'une TVES et corrélés aux stades et grades tumoraux [61

Cliquez ici pour aller à la section Références, 62

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le rôle pronostique défavorable de ces emboles a été mis en évidence dans la SSP et la SSM [61

Cliquez ici pour aller à la section Références, 62

Cliquez ici pour aller à la section Références, 63

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En l'absence d'envahissement ganglionnaire, les EVT constituaient un facteur de mauvais pronostic [62

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
L'invasion ganglionnaire

L'invasion ganglionnaire est un facteur péjoratif important avec une SSP à 5ans de seulement 35 à 40 % en cas de statut pN+ [64

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Kondo et al. avaient montré dans leur série une proportion de ganglions envahis de 0 %, 5 %, 24 % et 84 % pour les patients porteurs d'une TVES respectivement de stade CIS/pTa/pT1, pT2, pT3 et pT4 [65

Cliquez ici pour aller à la section Références, 66

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cette proportion était de 0 %, 11 % et 35 % en cas de grade G1, G2 et G3, respectivement. Si le curage ganglionnaire constitue un élément pronostique important, certaines réserves sont à signaler : d'une part, les principes de standardisation du curage ganglionnaire décrits par Kondo et al. sont à valider de manière prospective [65

Cliquez ici pour aller à la section Références, 66

Cliquez ici pour aller à la section Références] et, d'autre part, l'impact sur la survie reste controversé [57

Cliquez ici pour aller à la section Références, 64

Cliquez ici pour aller à la section Références, 65

Cliquez ici pour aller à la section Références, 67

Cliquez ici pour aller à la section Références, 68

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
CIS concomitant

Sa présence est un facteur pronostique défavorable pour la SSP en cas de tumeur confinée à l'organe (<pT3) [69

Cliquez ici pour aller à la section Références, 70

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Atteinte des marges chirurgicales

L'atteinte des marges chirurgicales (R+) après NUT est corrélée à des stades localement avancés et aux localisations urétérales. Ce paramètre est significativement associé au développement des récidives métastatiques [71

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
La nécrose tumorale

C'est un facteur indépendant de SSM avec une survie à 5ans de 24 % s'il existe une nécrose étendue (>10 % de la masse tumorale), 45 % en cas de nécrose focale (≤10 % de la tumeur), et 78 % en l'absence de celle-ci [72

Cliquez ici pour aller à la section Références, 73

Cliquez ici pour aller à la section Références, 74

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elle semble plus fréquemment rencontrée en cas de localisation pyélique.

 
Variant histologique

Sa présence est corrélée à des stades et grades avancés mais son impact sur les SSP et SSM n'a pas été retrouvée en analyse multivariée [75

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Facteurs pronostiques moléculaires

Les patients avec une forte instabilité intratumorale des microsatellites (MSI) ont une meilleure SSP [76

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En cas de lésion pT2-T3 pN0 M0, le statut MSI permettrait de distinguer des patients de bon et de mauvais pronostic.

Le rôle pronostique de nombreux autres marqueurs moléculaires a été évalué dans des études rétrospectives de petits effectifs [77

Cliquez ici pour aller à la section Références, 78

Cliquez ici pour aller à la section Références, 79

Cliquez ici pour aller à la section Références, 80

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Aucun de ces marqueurs n'est cependant aujourd'hui utilisé en pratique clinique quotidienne. Le Tableau 4 expose les différents marqueurs moléculaires rapportés dans la littérature.

 
Outils de prédiction

Sur la période 2010-2012, trois nomogrammes postopératoires pour prédire la SSP ont été proposés par deux groupes collaboratifs multicentriques [54

Cliquez ici pour aller à la section Références, 58

Cliquez ici pour aller à la section Références, 81

Cliquez ici pour aller à la section Références] :

le seul nomogramme à avoir eu une validation externe est celui du groupe collaboratif français combinant cinq variables (âge, localisation tumorale, stade et grade tumoraux et le statut ganglionnaire) avec une précision de 78 % pour la SSP à 5ans [58, 82] ;
un nouveau nomogramme réunissant les deux populations de patients de ces deux groupes collaboratifs (3387 patients) a permis d'estimer la SSP à 5ans avec une précision de 80 % (95 % IC, 0,77-0,86) [83]. Celui-ci se base sur cinq variables que sont l'âge, le stade pT, le statut ganglionnaire, l'architecture tumorale et la présence d'emboles vasculaires ;
enfin en 2014, toujours à partir des données de ces 2 groupes collaboratifs, Seisen et al. ont publié un nomogramme basé sur 2233 patients traités par NUT pour une TVES pT1-3, N0-x, M0 sans chimiothérapie néoadjuvante [59]. En se basant sur l'âge, le stade pT, le grade, la localisation, l'architecture tumorale et la présence d'EVT, la précision à prédire la SSP était de 81 % (95 % CI, 0,78-0,85).

L'intégration de marqueurs biologiques dans les futurs modèles prédictifs de survie constitue un défi important [53

Cliquez ici pour aller à la section Références, 84

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Facteurs pronostiques postopératoires de récidive vésicale

Une récidive vésicale après traitement radical a été rapportée dans 20 à 50 % des cas de TVES. L'identification des facteurs de cette récidive devrait permettre d'orienter les patients à risque vers une instillation précoce et systématique de mitomycine après NUT [85

Cliquez ici pour aller à la section Références, 86

Cliquez ici pour aller à la section Références, 87

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les facteurs pronostiques de récidive vésicale après NUT étaient :

un âge avancé [85, 88] ;
un antécédent de lésion vésicale : [85, 89] ;
le sexe masculin ;
la consommation tabagique élevée [85, 90] ;
la présence de CIS concomitant [33, 69, 88, 89] ;
la multifocalité tumorale [33, 69, 88, 89] ;
la localisation urétérale, et plus particulièrement le tiers distal de l'uretère [85, 89, 90, 91, 92, 93, 94] ;
stade tumoral : un stade tumoral musculo-invasif (≥pT2) était significativement associé à un taux de récidive vésicale important [85, 89, 90, 91, 92, 93, 94] ;
d'autres pistes ont été proposées mais nécessitent confirmation :
∘
les résultats concernant l'impact de la taille tumorale sur les récidives vésicales sont contradictoires dans la littérature [92, 94]. Pour ces mêmes auteurs, la présence d'une nécrose tumorale étendue≥10 % pourrait être un élément péjoratif de cette survie [92, 94],
∘
un IMC>30kg/m2 pourrait être associé à des récidives vésicales plus fréquentes de part la difficulté à obtenir une collerette vésicale chez les patients obèses [18],
∘
une surexpression de Ki67 au sein de la lésion tumorale ainsi que l'amplification 20q13.2 pourraient constituer des facteurs de risque de récidive vésicale après NUT [95, 96],
∘
un nomogramme permettant de prédire la survie sans récidive vésicale des patients après NUT a été récemment proposé [85]. Il tient compte des facteurs généraux et tumoraux (âge, sexe, lésion vésicale préalable, localisation, stade pT et pN, présence de CIS concomitant) mais également chirurgicaux (voie d'abord, gestion du bas uretère). Ce modèle nécessite d'être validé avant de pouvoir être utilisé en pratique quotidienne.

 

Conclusion

Les efforts de recherche des groupes collaboratifs multicentriques a permis de faire progresser la connaissance des facteurs pronostiques des TVES au cours de ces dernières années, bien que le niveau de preuve de ces études reste faible. Des collaborations internationales prospectives sont aujourd'hui nécessaires pour valider et faire progresser les outils prédictifs en intégrant les données moléculaires.

 

Déclaration d'intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.

   

 



Tableau 1 - Stratification des tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) à partir des variables préopératoires.
TVES haut risque  
Facteurs cliniques 
Hydronéphrose 
Haut grade biopsie urétéroscopie 
Haut grade cytologique 
Taille tumeur>1cm 
Aspect infiltrant en imagerie 
Maladie multifocale 
Échec de traitement endoscopique de TVES de faible risque 
Facteurs personnels 
Tabagisme actif 
Antécédent de tumeur de la vessie 
 
TVES faible risque  
Facteurs cliniques 
Faible grade biopsique 
Faible grade cytologique 
Taille tumeur<1cm 
Aspect non infiltrant en imagerie 
Maladie unifocale 
Surveillance endoscopique rapprochée possible et acceptée par le patient 

 

Tableau 2 - Tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) : facteurs pronostiques préopératoires.
Taille>3cm    Impact majeur 
Multifocalité   
Grade (biopsie, cytologie)   
Âge avancé   
Consommation de tabac   
Exérèse de l'uretère distal   
Symptômes révélateurs   
ECOG- PS≥1   
Co-morbidités (ASA score)   
Symptômes révélateurs   
Hydronéphrose   
Délai opératoire>3mois   
Localisation tumorale   
Race (Afro-américain)   
Obésité (IMC>30)   
Sexe  Impact mineur 

 

Tableau 3 - Tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) : facteurs pronostiques postopératoires.
Stade    Impact majeur 
Grade   
Carcinoma in situ   
Collerette vésicale   
Emboles vasculaires tumoraux   
Envahissement ganglionnaire   
Architecture tumorale sessile   
Marges chirurgicales   
Nécrose tumorale   
Marqueurs moléculaires   
Variant histologique  Impact mineur/en évaluation 

 

Tableau 4 - Facteurs pronostiques moléculaires potentiels.
Marqueurs  Fonction  Détection  Commentaires  Références 
Tissulaires  
Cadhérine-E  Adhésion cellulaire  IHC  Facteur indépendant de SSM  Fromont et al., en 2005 
Snail  Transition épithélio-mésenchymateuse  IHC  Facteur indépendant de SSM et de SSP  Kosaka et al., en 2010 
Antigène Ki-67  Prolifération  IHC  Facteur indépendant de SSM et de SSP  Kamai et al., en 2000
Jeon et al., en 2010 
HIF-1α  Angiogenèse  IHC  Facteur indépendant de SSM  Nakanishi et al., en 2005 
p53  Régulation cycle cellulaire  IHC  Associé à un stade pT élevé et à la récidive tumorale  Zigeuner et al., en 2004 
p63  Régulation cycle cellulaire  IHC  Associé à un stade pT élevé et à la récidive tumorale  Zigeuner et al., en 2004 
Survivin  Apoptose  IHC  Associé à un stade pT élevé  Nakanishi et al., en 2002 
Bcl-2  Apoptose  IHC  Associé à un stade pT élevé  Nakanishi et al., en 1998 
Télomérase (RNA)  Maintien intégrité ADN  FISH  Facteur indépendant de SSM  Nakanishi et al., en 1999 
EGFR  Croissance et différenciation cellulaire  IHC  Associé à un stade pT élevé  Leibl et al., en 2008 
CD24  Adhésion cellulaire  IHC  Associé à un stade pT et grade cytologique élevé, EVT  Winkler et al., en 2007 
 
Génériques  
MSI  Maintien intégrité ADN  PCR  Facteur indépendant de SSP  Roupret et al., en 2004
Roupret et al., en 2005
Roupret et al., en 2010 
FGFR-3  Différenciation et prolifération cellulaire  PCR  Associé à un faible stade pT et grade et à une meilleure SSP  Van Oers et al., en 2009 

 

Légende :
SSP : survie spécifique ; SSM : survie sans récidive métastatique ; EVT : emboles vasculaires tumoraux ; MSI : instabilité des microsatellites ; IHC : immuno-histochimie ; FISH : fluorescence in situ hybridization ; PCR : polymerase chain reaction .
 
 
 

Références

 

Visser O., Adolfsson J., Rossi S., Verne J., Gatta G., Maffezzini M., et al. Incidence and survival of rare urogenital cancers in Europe Eur J Cancer 2012 ;  48 : 456-464 [cross-ref]
 
Munoz J.J., Ellison L.M. Upper tract urothelial neoplasms: incidence and survival during the last 2 decades J Urol 2000 ;  164 : 1523-1525 [cross-ref]
 
Margulis V., Shariat S.F., Matin S.F., Kamat A.M., Zigeuner R., Kikuchi E., et al. Outcomes of radical nephroureterectomy: a series from the Upper Tract Urothelial Carcinoma Collaboration Cancer 2009 ;  115 : 1224-1233 [cross-ref]
 
Hung P.H., Shen C.H., Tsai H.B., Hsiao C.Y., Chiang P.C., Guo H.R., et al. Gender effect on renal outcome in patients with urothelial carcinoma World J Urol 2011 ;  29 : 511-516 [cross-ref]
 
Lughezzani G., Sun M., Perrotte P., Shariat S.F., Jeldres C., Budaus L., et al. Gender-related differences in patients with stage I to III upper tract urothelial carcinoma: results from the surveillance, epidemiology, and end results database Urology 2010 ;  75 : 321-327 [inter-ref]
 
Hurel S., Roupret M., Seisen T., Comperat E., Phe V., Droupy S., et al. Influence of preoperative factors on the oncologic outcome for upper urinary tract urothelial carcinoma after radical nephroureterectomy World J Urol 2014 ; doi:10.1007/s00345-014-1311-8.
 
Roupret M., Zigeuner R., Palou J., Boehle A., Kaasinen E., Sylvester R., et al. European guidelines for the diagnosis and management of upper urinary tract urothelial cell carcinomas: 2011 update Eur Urol 2011 ;  59 : 584-594 [cross-ref]
 
Shariat S.F., Godoy G., Lotan Y., Droller M., Karakiewicz P.I., Raman J.D., et al. Advanced patient age is associated with inferior cancer-specific survival after radical nephroureterectomy BJU Int 2010 ;  105 : 1672-1677
 
Yap S.A., Schupp C.W., Chamie K., Evans C.P., Koppie T.M. Effect of age on transitional cell carcinoma of the upper urinary tract: presentation, treatment, and outcomes Urology 2011 ;  78 : 87-92 [inter-ref]
 
Berod A.A., Colin P., Yates D.R., Ouzzane A., Audouin M., Adam E., et al. The role of American Society of Anesthesiologists scores in predicting urothelial carcinoma of the upper urinary tract outcome after radical nephroureterectomy: results from a national multi-institutional collaborative study BJU Int 2012 ;  110 : E1035-E1040
 
Chromecki T.F., Ehdaie B., Novara G., Pummer K., Zigeuner R., Seitz C., et al. Chronological age is not an independent predictor of clinical outcomes after radical nephroureterectomy World J Urol 2011 ;  29 : 473-480 [cross-ref]
 
Martinez-Salamanca J.I., Shariat S.F., Rodriguez J.C., Chromecki T.F., Ficarra V., Fritsche H.M., et al. Prognostic role of ECOG performance status in patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract: an international study BJU Int 2012 ;  109 : 1155-1161 [cross-ref]
 
Aziz A., Fritsche H.M., Gakis G., Kluth L.A., Al-Sayed Hassan F., Engel O., et al. Comparative analysis of comorbidity and performance indices for prediction of oncological outcomes in patients with upper tract urothelial carcinoma who were treated with radical nephroureterectomy Urol Oncol 2014 ; 10.1016/j.urolonc.2014.04.008
 
Raman J.D., Shariat S.F., Karakiewicz P.I., Lotan Y., Sagalowsky A.I., Roscigno M., et al. Does preoperative symptom classification impact prognosis in patients with clinically localized upper-tract urothelial carcinoma managed by radical nephroureterectomy? Urol Oncol 2011 ;  29 : 716-723 [cross-ref]
 
Ehdaie B., Furberg H., Zabor E.C., Ostroff J.S., Shariat S.F., Bochner B.H., et al. Impact of smoking status at diagnosis on disease recurrence and death in upper tract urothelial carcinoma BJU Int 2013 ;  111 : 589-595 [cross-ref]
 
Rink M., Xylinas E., Margulis V., Cha E.K., Ehdaie B., Raman J.D., et al. Impact of smoking on oncologic putcomes of upper tract urothelial carcinoma after radical nephroureterectomy Eur Urol 2013 ;  63 : 1082-1090 [cross-ref]
 
Hung P.H., Shen C.H., Chiu Y.L., Jong I.C., Chiang P.C., Lin C.T., et al. The aggressiveness of urinary tract urothelial carcinoma increases with the severity of chronic kidney disease BJU Int 2009 ;  104 : 1471-1474 [cross-ref]
 
Bachir B.G., Aprikian A.G., Izawa J.I., Chin J.L., Fradet Y., Fairey A., et al. Effect of body mass index on the outcomes of patients with upper and lower urinary tract cancers treated by radical surgery: results from a Canadian multicenter collaboration Urol Oncol 2014 ;  32 : 441-448 [cross-ref]
 
Ehdaie B., Chromecki T.F., Lee R.K., Lotan Y., Margulis V., Karakiewicz P.I., et al. Obesity adversely impacts disease specific outcomes in patients with upper tract urothelial carcinoma J Urol 2011 ;  186 : 66-72 [cross-ref]
 
Liu J.Y., Li Y.H., Liu Z.W., Zhang Z.L., Ye Y.L., Yao K., et al. Influence of body mass index on oncological outcomes in patients with upper urinary tract urothelial carcinoma treated with radical nephroureterectomy Int J Urol 2014 ;  21 : 136-142 [cross-ref]
 
Cho K.S., Hong S.J., Cho N.H., Choi Y.D. Grade of hydronephrosis and tumor diameter as preoperative prognostic factors in ureteral transitional cell carcinoma Urology 2007 ;  70 : 662-666 [inter-ref]
 
Messer J.C., Terrell J.D., Herman M.P., Ng C.K., Scherr D.S., Scoll B., et al. Multi-institutional validation of the ability of preoperative hydronephrosis to predict advanced pathologic tumor stage in upper-tract urothelial carcinoma Urol Oncol 2013 ;  31 : 904-908 [cross-ref]
 
Brien J.C., Shariat S.F., Herman M.P., Ng C.K., Scherr D.S., Scoll B., et al. Preoperative hydronephrosis, ureteroscopic biopsy grade and urinary cytology can improve prediction of advanced upper tract urothelial carcinoma J Urol 2010 ;  184 : 69-73 [cross-ref]
 
Fritz G.A., Schoellnast H., Deutschmann H.A., Quehenberger F., Tillich M. Multiphasic multidetector-row CT (MDCT) in detection and staging of transitional cell carcinomas of the upper urinary tract Eur Radiol 2006 ;  16 : 1244-1252 [cross-ref]
 
Scolieri M.J., Paik M.L., Brown S.L., Resnick M.I. Limitations of computed tomography in the preoperative staging of upper tract urothelial carcinoma Urology 2000 ;  56 : 930-934 [inter-ref]
 
Valignat C., Marechal J.M., Rouviere O., Gelet A., Martin X., Castagnola C., et al. Contribution de l'uro-scanner à la stadification des tumeurs de la voie excrétrice supérieure. Importance de la mesure du diamètre tumoral Prog Urol 1997 ;  7 : 217-224
 
Yoshida S., Kobayashi S., Koga F., Ishioka J., Ishii C., Tanaka H., et al. Apparent diffusion coefficient as a prognostic biomarker of upper urinary tract cancer: a preliminary report Eur Radiol 2014 ;  39 : 172-178
 
Akita H., Jinzaki M., Kikuchi E., Sugiura H., Akita A., Mikami S., et al. Preoperative T categorization and prediction of histopathologic grading of urothelial carcinoma in renal pelvis using diffusion-weighted MRI AJR Am J Roentgenol 2011 ;  197 : 1130-1136 [cross-ref]
 
Raman J.D., Ng C.K., Scherr D.S., Margulis V., Lotan Y., Bensalah K., et al. Impact of tumor location on prognosis for patients with upper tract urothelial carcinoma managed by radical nephroureterectomy Eur Urol 2009 ;  57 : 1072-1079
 
Isbarn H., Jeldres C., Shariat S.F., Liberman D., Sun M., Lughezzani G., et al. Location of the primary tumor is not an independent predictor of cancer specific mortality in patients with upper urinary tract urothelial carcinoma J Urol 2009 ;  182 : 2177-2181 [cross-ref]
 
Rink M., Ehdaie B., Cha E.K., Green D.A., Karakiewicz P.I., Babjuk M., et al. Stage-specific impact of tumor location on oncologic outcomes in patients with upper and lower tract urothelial carcinoma following radical surgery Eur Urol 2012 ;  62 : 677-684 [cross-ref]
 
Chromecki T.F., Cha E.K., Fajkovic H., Margulis V., Novara G., Scherr D.S., et al. The impact of tumor multifocality on outcomes in patients treated with radical nephroureterectomy Eur Urol 2011 ;  61 : 245-253
 
Ouzzane A., Colin P., Xylinas E., Pignot G., Ariane M.M., Saint F., et al. Ureteral and multifocal tumours have worse prognosis than renal pelvic tumours in urothelial carcinoma of the upper urinary tract treated by nephroureterectomy Eur Urol 2011 ;  60 : 1258-1265 [cross-ref]
 
Yafi F.A., Novara G., Shariat S.F., Gupta A., Matsumoto K., Walton T.J., et al. Impact of tumour location versus multifocality in patients with upper tract urothelial carcinoma treated with nephroureterectomy and bladder cuff excision: a homogeneous series without perioperative chemotherapy BJU Int 2011 ;  110 : E7-E13
 
Williams A.K., Kassouf W., Chin J., Rendon R., Jacobsen N., Fairey A., et al. Multifocality rather than tumor location is a prognostic factor in upper tract urothelial carcinoma Urol Oncol 2013 ;  31 : 1161-1165 [cross-ref]
 
Fritsche H.M., Novara G., Burger M., Gupta A., Matsumoto K., Kassouf W., et al. Macroscopic sessile tumor architecture is a pathologic feature of biologically aggressive upper tract urothelial carcinoma Urol Oncol 2012 ;  30 : 666-672 [cross-ref]
 
Remzi M., Haitel A., Margulis V., Karakiewicz P., Montorsi F., Kikuchi E., et al. Tumour architecture is an independent predictor of outcomes after nephroureterectomy: a multi-institutional analysis of 1363 patients BJU Int 2009 ;  103 : 307-311 [cross-ref]
 
Messer J., Shariat S.F., Brien J.C., Herman M.P., Ng C.K., Scherr D.S., et al. Urinary cytology has a poor performance for predicting invasive or high-grade upper-tract urothelial carcinoma BJU Int 2011 ;  108 : 701-705
 
Cutress M.L., Stewart G.D., Zakikhani P., Phipps S., Thomas B.G., Tolley D.A. Ureteroscopic and percutaneous management of upper tract urothelial carcinoma (UTUC): systematic review BJU Int 2012 ;  110 : 614-628 [cross-ref]
 
Bourgade V., Drouin S.J., Yates D.R., Parra J., Bitker M.O., Cussenot O., et al. Impact of the length of time between diagnosis and surgical removal of urologic neoplasms on survival World J Urol 2014 ;  32 : 475-479 [cross-ref]
 
Waldert M., Karakiewicz P.I., Raman J.D., Remzi M., Isbarn H., Lotan Y., et al. A delay in radical nephroureterectomy can lead to upstaging BJU Int 2010 ;  105 : 812-817 [cross-ref]
 
Obata J., Kikuchi E., Tanaka N., Matsumoto K., Hayakawa N., Ide H., et al. C-reactive protein: a biomarker of survival in patients with localized upper tract urothelial carcinoma treated with radical nephroureterectomy Urol Oncol 2013 ;  31 : 1725-1730 [cross-ref]
 
Stein B., Schrader A.J., Wegener G., Seidel C., Kuczyk M.A., Steffens S. Preoperative serum C- reactive protein: a prognostic marker in patients with upper urinary tract urothelial carcinoma BMC Cancer 2013 ;  13 : 101 [cross-ref]
 
Pichler M., Dalpiaz O., Ehrlich G.C., Stojakovic T., Martin Hernandez J.M., Mannweiler S., et al. Validation of the preoperative plasma fibrinogen level as a prognostic factor in a European cohort of patients with localized upper tract urothelial carcinoma J Urol 2014 ;  191 : 920-925
 
Tanaka N., Kikuchi E., Kanao K., Matsumoto K., Shirotake S., Miyazaki Y., et al. A multi-institutional validation of the prognostic value of the neutrophil-to-lymphocyte ratio for upper tract urothelial carcinoma treated with radical nephroureterectomy Ann Surg Oncol 2014 ; doi:10.1245/s10434-014-3830-3.
 
Luo H.L., Chen Y.T., Chuang Y.C., Cheng Y.T., Lee W.C., Kang C.H., et al. Subclassification of upper urinary tract urothelial carcinoma by the neutrophil-to-lymphocyte ratio (NLR) improves prediction of oncological outcome BJU Int 2014 ;  113 : E144-E149
 
Dalpiaz O., Pichler M., Mannweiler S., Martin Hernandez J.M., Stojakovic T., Pummer K., et al. Validation of the pretreatment derived neutrophil-lymphocyte ratio as a prognostic factor in a European cohort of patients with upper tract urothelial carcinoma Br J Cancer 2014 ;  110 : 2531-2536 [cross-ref]
 
Rink M., Sharifi N., Fritsche H.M., Aziz A., Miller F., Kluth L.A., et al. Impact of preoperative anemia on oncologic outcomes of upper tract urothelial carcinoma treated with radical nephroureterectomy J Urol 2014 ;  191 : 316-322 [cross-ref]
 
Roupret M., Colin P., Yates D.R. A new proposal to risk stratify urothelial carcinomas of the upper urinary tract (UTUCs) in a predefinitive treatment setting: low-risk versus high-risk UTUCs Eur Urol 2013 ; 10.1016/j.eururo.2013.12.007
 
Margulis V., Youssef R.F., Karakiewicz P.I., Lotan Y., Wood C.G., Zigeuner R., et al. Preoperative multivariable prognostic model for prediction of nonorgan confined urothelial carcinoma of the upper urinary tract J Urol 2010 ;  184 : 453-458 [cross-ref]
 
Favaretto R.L., Shariat S.F., Savage C., Godoy G., Chade D.C., Kaag M., et al. Combining imaging and ureteroscopy variables in a preoperative multivariable model for prediction of muscle-invasive and non-organ confined disease in patients with upper tract urothelial carcinoma BJU Int 2012 ;  109 : 77-82
 
Hashimoto T., Ohno Y., Nakashima J., Gondo T., Ohori M., Tachibana M. Clinical significance of preoperative peripheral blood neutrophil count in patients with non-metastatic upper urinary tract carcinoma World J Urol 2013 ;  31 : 953-958 [cross-ref]
 
Sakano S., Matsuyama H., Kamiryo Y., Hayashida S., Yamamoto N., Kaneda Y., et al. Risk group stratification based on preoperative factors to predict survival after nephroureterectomy in patients with upper urinary tract urothelial carcinoma Ann Surg Oncol 2013 ;  20 : 4389-4396 [cross-ref]
 
Jeldres C., Sun M., Lughezzani G., Isbarn H., Shariat S.F., Widmer H., et al. Highly predictive survival nomogram after upper urinary tract urothelial carcinoma Cancer 2010 ;  116 : 3774-3784 [cross-ref]
 
Lughezzani G., Sun M., Perrotte P., Shariat S.F., Jeldres C., Budaus L., et al. Should bladder cuff excision remain the standard of care at nephroureterectomy in patients with urothelial carcinoma of the renal pelvis? A population-based study Eur Urol 2010 ;  57 : 956-962 [cross-ref]
 
Fajkovic H., Cha E.K., Jeldres C., Donner G., Chromecki T.F., Margulis V., et al. Prognostic value of extranodal extension and other lymph node parameters in patients with upper tract urothelial carcinoma J Urol 2012 ;  187 : 845-851 [cross-ref]
 
Ouzzane A., Colin P., Ghoneim T.P., Zerbib M., De La Taille A., Audenet F., et al. The impact of lymph node status and features on oncological outcomes in urothelial carcinoma of the upper urinary tract (UTUC) treated by nephroureterectomy World J Urol 2013 ;  31 : 189-197 [cross-ref]
 
Yates D.R., Hupertan V., Colin P., Ouzzane A., Descazeaud A., Long J.A., et al. Cancer-specific survival after radical nephroureterectomy for upper urinary tract urothelial carcinoma: proposal and multi-institutional validation of a post-operative nomogram Br J Cancer 2012 ;  106 : 1083-1088 [cross-ref]
 
Seisen T., Colin P., Hupertan V., Yates D.R., Xylinas E., Nison L., et al. Post-operative nomogram to predict cancer-specific survival after radical nephroureterectomy in patients with localized and/or locally advanced upper tract urothelial carcinoma without metastasis BJU Int 2014 ; doi:10.1111/bju.12631.
 
Shariat S.F., Zigeuner R., Rink M., Margulis V., Hansen J., Kikuchi E., et al. Subclassification of pT3 urothelial carcinoma of the renal pelvicalyceal system is associated with recurrence-free and cancer-specific survival: proposal for a revision of the current TNM classification Eur Urol 2012 ;  62 : 224-231 [cross-ref]
 
Colin P., Verhasselt-Crinquette M., Ouzzane A., Yakoubi R., Bouchery C., Debrock S., et al. Rôle pronostique des emboles vasculaires tumoraux dans les tumeurs des voies excrétrices urinaires supérieures : analyse rétrospective monocentrique Prog Urol 2012 ;  22 : 331-338 [inter-ref]
 
Novara G., Matsumoto K., Kassouf W., Walton T.J., Fritsche H.M., Bastian P.J., et al. Prognostic role of lymphovascular invasion in patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract: an international validation study Eur Urol 2009 ;  57 : 1064-1071
 
Kikuchi E., Margulis V., Karakiewicz P.I., Roscigno M., Mikami S., Lotan Y., et al. Lymphovascular invasion predicts clinical outcomes in patients with node-negative upper tract urothelial carcinoma J Clin Oncol 2009 ;  27 : 612-618
 
Roscigno M., Brausi M., Heidenreich A., Lotan Y., Margulis V., Shariat S.F., et al. Lymphadenectomy at the time of nephroureterectomy for upper tract urothelial cancer Eur Urol 2011 ;  60 : 776-783 [cross-ref]
 
Kondo T., Nakazawa H., Ito F., Hashimoto Y., Toma H., Tanabe K. Impact of the extent of regional lymphadenectomy on the survival of patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract J Urol 2007 ;  178 : 1212-1217 [cross-ref]
 
Kondo T., Nakazawa H., Ito F., Hashimoto Y., Toma H., Tanabe K. Primary site and incidence of lymph node metastases in urothelial carcinoma of upper urinary tract Urology 2007 ;  69 : 265-269 [inter-ref]
 
Roscigno M., Shariat S.F., Margulis V., Karakiewicz P., Remzi M., Kikuchi E., et al. The extent of lymphadenectomy seems to be associated with better survival in patients with nonmetastatic upper-tract urothelial carcinoma: how many lymph nodes should be removed? Eur Urol 2009 ;  56 : 512-518
 
Mason R.J., Kassouf W., Bell D.G., Lacombe L., Kapoor A., Jacobsen N., et al. The contemporary role of lymph node dissection during nephroureterectomy in the management of upper urinary tract urothelial carcinoma: the Canadian experience Urology 2012 ;  79 : 840-845 [inter-ref]
 
Pieras E., Frontera G., Ruiz X., Vicens A., Ozonas M., Piza P. Concomitant carcinoma in situ and tumour size are prognostic factors for bladder recurrence after nephroureterectomy for upper tract transitional cell carcinoma BJU Int 2010 ;  106 : 1319-1323 [cross-ref]
 
Wheat J.C., Weizer A.Z., Wolf J.S., Lotan Y., Remzi M., Margulis V., et al. Concomitant carcinoma in situ is a feature of aggressive disease in patients with organ confined urothelial carcinoma following radical nephroureterectomy Urol Oncol 2012 ;  30 : 252-258 [cross-ref]
 
Colin P., Ouzzane A., Yates D.R., Audenet F., Pignot G., Arvin-Berod A., et al. Influence of positive surgical margin status after radical nephroureterectomy on upper urinary tract urothelial carcinoma survival Ann Surg Oncol 2012 ;  19 : 3613-3620 [cross-ref]
 
Simone G., Papalia R., Loreto A., Leonardo C., Sentinelli S., Gallucci M. Independent prognostic value of tumour diameter and tumour necrosis in upper urinary tract urothelial carcinoma BJU Int 2009 ;  8 : 1052-1057 [cross-ref]
 
Lee S.E., Hong S.K., Han B.K., Yu J.H., Han J.H., Jeong S.J., et al. Prognostic significance of tumor necrosis in primary transitional cell carcinoma of upper urinary tract Jpn J Clin Oncol 2007 ;  37 : 49-55 [inter-ref]
 
Langner C., Hutterer G., Chromecki T., Leibl S., Rehak P., Zigeuner R. Tumor necrosis as prognostic indicator in transitional cell carcinoma of the upper urinary tract J Urol 2006 ;  176 : 910-914 [cross-ref]
 
Rink M., Robinson B.D., Green D.A., Cha E.K., Hansen J., Comploj E., et al. Impact of histological variants on clinical outcomes of patients with upper urinary tract urothelial carcinoma J Urol 2012 ;  188 : 398-404 [cross-ref]
 
Roupret M., Fromont G., Azzouzi A.R., Catto J.W., Vallancien G., Hamdy F.C., et al. Microsatellite instability as predictor of survival in patients with invasive upper urinary tract transitional cell carcinoma Urology 2005 ;  65 : 1233-1237 [cross-ref]
 
Fromont G., Roupret M., Amira N., Sibony M., Vallancien G., Validire P., et al. Tissue microarray analysis of the prognostic value of E-cadherin, Ki67, p53, p27, survivin and MSH2 expression in upper urinary tract transitional cell carcinoma Eur Urol 2005 ;  48 : 764-770 [cross-ref]
 
Jeon H.G., Jeong I.G., Bae J., Lee J.W., Won J.K., Paik J.H., et al. Expression of Ki-67 and COX-2 in patients with upper urinary tract urothelial carcinoma Urology 2010 ;  76 (513) : e7-e12
 
Vershasselt-Crinquette M., Colin P., Ouzzane A., Gnemmi V., Robin Y.M., Aubert S., et al. Assessment of human epidermal growth factor receptor 2 status in urothelial carcinoma of the upper urinary tract: a study using dual-color in situ hybridization and immunohistochemistry Appl Immunohistochem Mol Morphol 2012 ;  20 : 363-366 [cross-ref]
 
Leibl S., Zigeuner R., Hutterer G., Chromecki T., Rehak P., Langner C. EGFR expression in urothelial carcinoma of the upper urinary tract is associated with disease progression and metaplastic morphology APMIS 2008 ;  116 : 27-32 [cross-ref]
 
Cha E.K., Shariat S.F., Kormaksson M., Novara G., Chromecki T.F., Scherr D.S., et al. Predicting clinical outcomes after radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinoma Eur Urol 2012 ;  61 : 818-825 [cross-ref]
 
Ku J.H., Moon K.C., Jung J.H., Jeong S.H., Kwak C., Kim H.H. External validation of an online nomogram in patients undergoing radical nephroureterectomy for upper urinary tract urothelial carcinoma Br J Cancer 2013 ;  109 : 1130-1136 [cross-ref]
 
Roupret M., Hupertan V., Seisen T., Colin P., Xylinas E., Yates D.R., et al. Prediction of cancer-specific survival after radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinoma: development of an optimized post-operative nomogram using decision curve analysis J Urol 2013 ;  189 : 1662-1669 [cross-ref]
 
Bagrodia A., Youssef R.F., Kapur P., Darwish O.M., Cannon C., Belsante M.J., et al. Prospective evaluation of molecular markers for the staging and prognosis of upper tract urothelial carcinoma Eur Urol 2012 ;  62 : e27-e29
 
Xylinas E., Kluth L., Passoni N., Trinh Q.D., Rieken M., Lee R.K., et al. Prediction of intravesical recurrence after radical nephroureterectomy: development of a clinical decision-making tool Eur Urol 2014 ;  65 : 650-658 [cross-ref]
 
Pfister C., Roupret M., Neuzillet Y., Larre S., Pignot G., Quintens H., et al. Recommendations du ccAFU 2013 : tumeurs de la voie excrétrice supérieure Prog Urol 2013 ;  23 (Suppl. 2) : S126-S132 [inter-ref]
 
O'Brien T., Ray E., Singh R., Coker B., Beard R. Prevention of bladder tumours after nephroureterectomy for primary upper urinary tract urothelial carcinoma: a prospective, multicentre, randomised clinical trial of a single postoperative intravesical dose of mitomycin C (the ODMIT-C Trial) Eur Urol 2011 ;  60 : 703-710 [cross-ref]
 
Fradet V., Mauermann J., Kassouf W., Rendon R., Jacobsen N., Fairey A., et al. Risk factors for bladder cancer recurrence after nephroureterectomy for upper tract urothelial tumors: results from the Canadian Upper Tract Collaboration Urol Oncol 2014 ; 10.1016/j.urolonc.2014.04.006
 
Xylinas E., Colin P., Audenet F., Phe V., Cormier L., Cussenot O., et al. Intravesical recurrence after radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinomas: predictors and impact on subsequent oncological outcomes from a national multicenter study World J Urol 2013 ;  31 : 61-68 [cross-ref]
 
Xylinas E., Kluth L.A., Rieken M., Lee R.K., Elghouayel M., Ficarra V., et al. Impact of smoking status and cumulative exposure on intravesical recurrence of upper tract urothelial carcinoma after radical nephroureterectomy BJU Int 2014 ;  114 : 56-61 [cross-ref]
 
Xylinas E., Rink M., Cha E.K., Clozel T., Lee R.K., Fajkovic H., et al. Impact of distal ureter management on oncologic outcomes following radical nephroureterectomy for upper tract urothelial carcinoma Eur Urol 2014 ;  65 : 210-217 [cross-ref]
 
Zou L., Zhang L., Zhang H., Jiang H., Ding Q. Comparison of post-operative intravesical recurrence and oncological outcomes after open versus laparoscopic nephroureterectomy for upper urinary tract urothelial carcinoma World J Urol 2014 ;  32 : 565-570 [cross-ref]
 
Pignot G., Colin P., Zerbib M., Audenet F., Soulie M., Hurel S., et al. Influence of previous or synchronous bladder cancer on oncologic outcomes after radical nephroureterectomy for upper urinary tract urothelial carcinoma Urol Oncol 2014 ;  32 (23) : e1-e8
 
Ku J.H., Choi W.S., Kwak C., Kim H.H. Bladder cancer after nephroureterectomy in patients with urothelial carcinoma of the upper urinary tract Urol Oncol 2011 ;  29 : 383-387 [cross-ref]
 
Akao J., Matsuyama H., Yamamoto Y., Sasaki K., Naito K. Chromosome 20q13.2 gain may predict intravesical recurrence after nephroureterectomy in upper urinary tract urothelial tumors Clin Cancer Res 2006 ;  12 : 7004-7008 [cross-ref]
 
Joung J.Y., Yang S.O., Jeong I.G., Han K.S., Seo H.K., Chung J., et al. Identification of immunohistochemical factors that predict the synchronous or metachronous development of bladder tumors in patients with upper urinary tract tumors Urol Int 2008 ;  81 : 306-311 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.