Facteurs prédictifs d’instabilité hémodynamique peropératoire au cours de la surrénalectomie pour phéochromocytome

25 novembre 2019

Auteurs : H. Boussaffa, A. Saadi, M. Chakroun, H. Bibani, A. Bouzouita, A. Derouiche, R. Ben Slama, H. Ayed, M. Chebil
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 649
Objectifs

L’instabilité hémodynamique (IH) peropératoire constitue un véritable challenge au cours de la surrénalectomie pour phéochromocytome. Elle est due à la décharge de catécholamines par la manipulation de la glande. Le but de notre étude est de déterminer les facteurs de risque de survenue d’IH au cours de la chirurgie du phéochromocytome.

Méthodes

Étude rétrospective monocentrique de tous les cas de phéochromocytome opérés de janvier 2008 à décembre 2018. Les patients avec des données manquantes ont été exclus. Les facteurs analysés étaient l’âge, les antécédents cardiovasculaires, le taux des dérivés méthoxylés urinaires, la pression artérielle systolique (PAS) et la pression artérielle diastolique (PAD) à l’induction, la voie d’abord chirurgicale et la taille de la tumeur. L’IH était définie par une variation de la tension artérielle systolique ou diastolique de plus de 30 % de sa valeur de base ou la survenue de troubles du rythme durant l’intervention. L’analyse statistique a été réalisée avec le logiciel IBM SPSS version 20.

Résultats

Trente-huit patients ont été inclus. La surrénalectomie a été réalisée à ciel ouvert dans 23 cas, par voie laparoscopique transpéritonéale dans 11 cas et rétropéritonéale dans 4 cas. Les patients étaient répartis en 2 groupes (Tableau 1) : ceux avec une IH (GR1) et ceux sans IH (GR2). L’âge moyen était respectivement de 42 et 50 ans (p =0,739). La proportion de maladies cardiovasculaires était comparable dans les 2 groupes (16,7 % vs 12,5 % ; p =0,628). Le taux de normétanephrines préopératoire était significativement plus élevé dans le groupe avec IH (p =0,019) alors que celui des métanephrines ne l’était pas (p =0,264). La taille moyenne de la tumeur était supérieure à 6cm dans le GR1 contre 3cm dans le GR2 (p =0,012). Il n’y avait pas de différence significative concernant le choix de la voie d’abord (p =0,058).

Conclusion

Les facteurs prédictifs d’IH qui ressortent dans plusieurs études sont le taux élevé de dérivés méthoxylés urinaires et la taille de la tumeur. Cependant, la valeur seuil de celle-ci diffère d’une série à une autre. Ces résultats peuvent aider les urologues et les anesthésistes à fournir plus de réponses aux attentes des patients en matière d’IH.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Subvention de la Fondation de l'Avenir en 2012 : 10 000 euros (référence de l'étude ET2 - 664).


Subvention du fond de recherche de l'AFU en 2013 : 20 000 euros.




Tableau 1 -



Légende :
IH : instabilité hémodynamique peropératoire ; HTA : hypertension artérielle ; PAS : pression artérielle systolique ; PAD : pression artérielle diastolique.







© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.