Facteurs prédictifs de procédures chirurgicales complémentaires lors des résections de masses résiduelles retro péritonéales des tumeurs germinales post-chimiothérapie. Exploitation de la base française collaborative CCAFU-OGE

25 novembre 2013

Auteurs : X. Durand, L. Even, A. Perraud, G. Pignot, A. Safsaf, A. Daste, P. Bosset, G. Olagui Smith, M. Thoulouzan, P. Grison, J. Hetet, P. Menut, M. Rouprêt, P. Sèbe, J. Rigaud, M. Soulié
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1026-1027




 



Objectifs/Introduction .- La résection chirurgicale des masses résiduelles rétro-péritonéales post chimiothérapie (MR-PC) est une étape fondamentale de la prise en charge multimodale des TG métastatiques. Il s'agit d'une chirurgie compartimentale. Le caractère complet de la résection est un élément pronostique central. Elle peut nécessiter des procédures d'exérèses complémentaires urologiques, digestives et surtout vasculaires. L'anticipation de telles procédures doit conduire à réunir, dans une approche multi-disciplinaire, l'environnement et les compétences adéquates.


Objectif .- Évaluer les facteurs cliniques et histologiques corrélés à la réalisation de procédures complémentaires lors des résections de MR-PC.


Patients et méthodes .- L'étude rétrospective d'une base collaborative regroupant 13 centres français a été réalisée, colligeant les données de 359 patients opérés d'une résection de MR-PC pour tumeur germinale métastatique retro péritonéale. Un groupe de 72 patients (19,9 %) (groupe 2) a eu un geste complémentaire. Les caractéristiques cliniques et histologiques de ces patients ont été comparés au reste de la cohorte (groupe 1) afin d'identifier des corrélations.


Résultats .- Les gestes complémentaires se répartissaient en néphrectomies (N=38-10,6 %), urétérectomies segmentaires (N=4-1,1 %), résections digestives grêles ou coliques (N=5-1,4 %), résections aortiques (N=23-6,4 %), résections caves (N=32. 8,9 % dont 17 reconstructions), vertebrectomie (N=1-0,003 %), chez les 72 patients du groupe 2. La taille de la MR était significativement plus élevée dans le groupe 2 avec respectivement 67,1 % vs 46,3 % (p <0,004) de TR>5cm (N3). Le groupe de mauvais pronostic IGCCCG est significativement plus représenté dans le groupe 2 : 34,8 % vs 22,5 % (p <0,01). La présence de tumeur active (27,7 % vs 19,6 % p <0,03) est corrélée à la réalisation de gestes d'exérèses complémentaires. La nature séminomateuse des MR-PC n'a pas impacté pas la réalisation de gestes complémentaires (p 0,14).


Conclusion .- La réalisation de procédures chirurgicales complémentaires a été corrélée à la taille>5cm des MR-PC rétro-péritonéales, à l'appartenance au groupe IGCCCG, de mauvais pronostic et à la persistance de tumeur active au sein des spécimens de curage. Ces éléments doivent conduire les urologues à envisager une approche chirurgicale multidisciplinaire de ces patients et à les référer au sein de centres experts.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.