Facteurs prédictifs de présence de cancer de prostate cliniquement significatif à la biopsie de contrôle après traitement par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU)

25 novembre 2019

Auteurs : G. Marcq, A. Rompré-Brodeur, C. Tholomier, C. Page, M. Anidjar, F. Bladou
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 761-762
Objectifs

La thérapie par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) est une option thérapeutique pour les cancers de prostate (CaP) cliniquement significatif (CaPCS). Une biopsie de contrôle à 6 mois (M6) après traitement est recommandée. L’objectif de notre étude était d’analyser les facteurs prédictifs de présence d’un CaPCS à la biopsie de contrôle à M6 post-HIFU.

Méthodes

Étude rétrospective monocentrique nord-américaine issue d’une cohorte prospective de patients avec CaPCS défini par la présence de grade 4 de Gleason biopsique traités par HIFU entre mai 2015 et octobre 2018. Les critères d’inclusion : lésion unilatérale de groupe anatomopathologique ISUP 2 et 3, lésion visible en IRM et PSA<15ng/mL. Les données démographiques, biopsiques, d’IRM et de la procédure ont été récoltées. Les patients ont bénéficiés d’un traitement ultrafocal ou d’une hémi-ablation ainsi qu’une IRM et de biopsies de contrôle à M6. Les facteurs prédictifs de CaPCS à la biopsie M6 ont été estimés par des tests du Chi2, de Student et par régression logistique.

Résultats

Soixante-sept patients inclus dont 56 % ISUP2 et 37 % ISUP3. Le PSA médian était de 6,2ng/mL (IQR : 5,0 ; 9,5). Le volume médian traité par HIFU était de 27 % (IQR : 20 % ; 36 %) du volume total. À 6 mois, le taux de CaPCS dans la zone traitée était de 12,5 % et de 21 % en glande entière. Le pourcentage de volume traité était plus faible chez les patients ayant un CaPCS à M6 23 % (IQR : 20 ; 26) vs 30 % (IQR : 26 ; 39) (p =0,0011). L’âge, le PSA, le PSAd et le groupe ISUP au diagnostic, ainsi que le type de traitement (hyperfocal vs hémi-ablation), la décroissance de PSA ou l’IRM à M6 étaient comparable dans les deux groupes (p >0,05). En analyse bivariée, aucun paramètre n’était prédictif de la présence d’un CaPCS à la biopsie M6.

Conclusion

Les données oncologiques initiales et l’IRM de contrôle ne sont pas prédictives de la présence de CaPCS après HIFU. La biopsie de contrôle à 6 mois doit être systématique. Ces données doivent être validées par de plus larges cohortes.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Bourse de mobilité de l'Association française des urologues en formation.


Bourse de mobilité université de Lille.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.