Facteurs prédictifs de l’inconfort lié à la sonde vésicale

29 décembre 2020

Auteurs : A. Moataz, A. Chadli, E. Wichou, M. Gallouo, I. Jandou, S. Saber, Z. Serhier, M. Dakir, A. Debbagh, R. Aboutaieb
Référence : Prog Urol, 2020, 16, 30, 1045-1050
Introduction

Établir un profil épidémiologique descriptif des patients présentant un syndrome d’inconfort urinaire (catheter related bladder discomfort : CRBD) et déterminer ses facteurs prédictifs.

Matériel et méthode

Entre juin 2019 et décembre 2019, 300 patients ont été évalués. Différents paramètres ont été notés : sexe, âge, indice de masse corporelle (IMC), antécédents, durée et indication du sondage, type de sonde utilisé, la lubrification de la sonde et la présence de CRBD. Les malades ont été reparti en groupe selon l’intensité du syndrome CRBD. Les différents facteurs susceptibles d’être corrélés à la survenue de CRBD ont fait l’objet d’une analyse univariée puis multivariée.

Résultats

300 patients ont été inclus. La moyenne d’âge était de 49 ans (133 hommes et 167femmes). 68 patients (22,6 %) avaient déjà bénéficié d’un sondage. 19 % des patients étaient sondés pour rétention urinaire aiguë, 81 % étaient sondés avant l’intervention chirurgicale. La durée moyenne du sondage était de 2,5jours. 54 % ont présenté le CRBD dont plus de 92 % au premier jour du sondage. Les facteurs de risque significatifs en analyse multivariée étaient : le calibre de la sonde ≥18 Fr, l’absence de lubrification, la laparotomie, âge<50 ans, antécédent de césarienne et de sondage.

Conclusion

Cette étude a objectivé différents facteurs incriminés dans la survenue de CRBD. Le soignant a pour rôle de prévenir ce syndrome en réduisant les facteurs prédictifs notamment techniques.

Niveau de preuve

3.




 




Introduction


Le sondage vésical est un geste fréquent, dont les indications sont multiples. Il est nécessaire dans les interventions chirurgicales de longues durées, afin de surveiller la diurèse et d'adapter le volume des solutions de perfusions [1]. Il est également le quotidien des chirurgiens urologues, notamment en post opératoire, lors des résections de vessie et de prostate ou lors des rétentions aiguës d'urines, mais les indications sont plus larges en urologie couvrant différentes situations pathologiques [1].


La présence d'une sonde vésicale peut entraîner un syndrome d'inconfort urinaire appelé en anglais catheter related bladder discomfort (CRBD). Ce syndrome se manifeste par une envie permanente douloureuse d'uriner et ou une simple brûlure urétrale pouvant évoluer vers un spasme entraînant une fuite des urines autour de la sonde. Il peut même entraîner une agitation et une confusion avec une tentative d'arrachement de la sonde [2]. Les facteurs déclenchant de ce syndrome sont peu connus et peu d'études ont été réalisées sur ce sujet [3, 4, 5]. Ces études ont identifié différents facteurs de risque pouvant être incriminés dans la survenue de CRBD.


Notre étude avait pour objectif premier d'avoir un profil épidémiologique descriptif des patients présentant le syndrome CRBD, et pour second objectif de déterminer ses facteurs prédictifs par le biais d'une étude analytique.


Matériel et méthode


Notre étude est de type analytique prospective, portant sur les facteurs prédictifs de l'inconfort lié au sondage vésical. L'étude a été réalisée au CHU IBN ROCHD Casablanca, au niveau des services chirurgicaux et des urgences urologiques, sur une période étalée de juin à décembre 2019.


Les patients ont reçu une information complète sur l'objectif de l'étude. Leur consentement écrit était systématique. L'étude a été approuvée par le Comité d'étude spécialisé de notre institution.


Les critères d'inclusion :

tout patient ayant bénéficié d'un sondage vésical en cas de rétention d'urine, ou en postopératoire ;
patient doit répondre de son propre gré au questionnaire de façon anonyme.


Les critères d'exclusion :

tout patient ayant refusé de participer à l'étude ;
patient perdu de vue.
patient ayant bénéficié d'une résection de vessie ou de prostate, en effet la symptomatologie post opératoire peut fausser le diagnostic du syndrome de CRBD.


La collecte des données a été faite par le biais d'une fiche d'exploitation comprenant des informations concernant :

le patient : l'âge, le sexe, l'indice de masse corporelle (IMC), les antécédents de sondage, les antécédents médicaux, chirurgicaux et gynéco-obstétricaux ;
le sondage actuel : l'indication, les caractéristiques de la sonde, la lubrification et la durée de sondage ;
la symptomatologie liée au syndrome CRBD. Le syndrome CRBD a été retenu chez tout patient présentant un ou plusieurs des symptômes suivants :
∘
une envie d'uriner permanente et douloureuse,
∘
une brûlure urétrale,
∘
une gêne sus pubienne et/ou sensation de corps étranger endovésicale.



La sévérité du syndrome CRBD a été déterminée selon la révélation de la symptomatologie par les patients à l'aide d'une échelle [4] :

0 : absence d'inconfort ;
1 : inconfort faible : symptômes sont révélés par l'interrogatoire ;
2 : inconfort modéré : symptômes sont rapportés spontanément par le patient sans agitation ;
3 : inconfort sévère : symptômes insupportables et/ou Envie d'arracher la sonde et/ou Agitation.


Les patients étaient divisés en deux groupes, selon la sévérité du CRBD : un groupe ayant présenté un inconfort faible ou pas d'inconfort (0 et 1), un autre groupe comportant les sujets avec un syndrome CRBD modéré à sévère (2 et 3).


Tous les facteurs susceptibles d'être corrélés à la survenue d'un inconfort vésical ont fait l'objet d'une analyse statistique univariée en calculant l'odd ratio de chaque facteur (OR). Les variables qualitatives exprimées en pourcentage, ont été comparées à l'aide du test de Chi2 ou éventuellement par le test exact de Fisher lorsque les effectifs étaient faibles.


Une étude multivariée en régression logistique a été ensuite réalisée afin d'étudier les facteurs de risque indépendants, en calculant pour chaque facteur un OR ajusté. Une valeur p inférieur à 0,05, a été considérée comme significative. Les statistiques ont été réalisées par logiciel SPSS 16.0.


Résultats


Entre juin 2019 et décembre 2019, 300 patients ont été inclus. L'âge moyen était de 49 ans avec des extrêmes de 16 et 96 ans. Les caractéristiques de la population sont décrites dans le Tableau 1.


Les patients de notre série étaient sondés pour rétention aiguë d'urines dans 19,3 % des cas, alors que les 242 patients restants (80,6 %), ont bénéficié d'un sondage en peropératoire après anesthésie. Parmi ces derniers, 23,9 % des cas ont été sondés pour des interventions urologiques, 36,4 % pour des interventions gynéco-obstétricales et 34,7 % pour des chirurgies viscérales. Parmi les sujets opérés, 175 patients (58,3 %) ont bénéficié d'une laparotomie et 55 patients (18,3 %) d'une laparoscopie.


Concernant la durée du sondage vésical, elle variait entre 1 jour et 14jours avec une moyenne de 2,5jours, dont 84 % moins de 5jours. Dans 91 % des cas, on a utilisé des sondes en latex, pour les 9,3 % restant, on a préféré les sondes siliconées. Les sondes de charrière strictement inférieure à 18 étaient utilisées chez 231 (77 %) patients. Lors du sondage, le ballonnet de la sonde était gonflé dans 73,7 % des cas par du sérum, alors que pour les 26,3 % restant on a utilisé de l'air. La quantité utilisée était de 10ml dans 97,7 % des cas. Dans 78 % des cas, on a utilisé un gel lubrifiant. La pose de la sonde chez 66 patients (22 %) était sans lubrification.


La symptomatologie du syndrome CRBD était apparue chez 151 patients à j0, 4 patients à j1, 5 patients à j2, 2 patients à j3 et 1 patient à j 4 (Tableau 2).


Les patients étaient divisés en deux groupes, selon la sévérité du CRBD : un groupe ayant présenté un inconfort faible ou pas d'inconfort (243 patients, 81 %), un autre groupe comportant les sujets avec un syndrome CRBD modéré à sévère (57 patients, 19 %) (Tableau 3).


Analyse univariée


Les facteurs significatifs en rapport avec la survenue de CRBD modéré à sévère : âge<50 ans, sexe, antécédent de sondage, antécédent d'accouchement par césarienne, absence de lubrification, calibre de la sonde ≥18 Fr, laparotomie, indication du sondage (Tableau 4).


En ce qui concerne les autres facteurs étudiés, on note que l'IMC et les antécédents médicaux (diabète et hypertension artérielle) et chirurgicaux, la période entre l'ancien sondage et le sondage actuel, la durée de l'ancien sondage, la gestité, la parité, la contraception et la ménopause ont des p value >0,05.


Analyse multivariée


En analyse multivariée, les facteurs de risque indépendants et statistiquement de survenue de CRBD modéré à sévère significatifs étaient (Tableau 5) :

un âge<à 50 ans (OR=0,5) ;
un calibre de la sonde ≥18 (OR=0,2) ;
un antécédent de sondage (OR=0,1) ;
un antécédent d'accouchement par césarienne (OR=0,9) ;
une absence de lubrification de la sonde (OR=0,3) ;
une laparotomie (OR=0,4).


Discussion


Le cathétérisme urinaire pendant la chirurgie ou lors des rétentions aiguës d'urines conduit fréquemment à des signes et symptômes défavorables. Ces symptômes sont regroupés dans un syndrome appelé syndrome d'inconfort vésical [6]. Rares sont les études qui se sont intéressées aux facteurs prédictifs. Il est à différencier du syndrome d'hyperactivité vésical qui se définit par une envie urgente d'uriner associée à une pollakiurie [7]. Il s'agit donc de deux entités cliniques bien différentes, mais dont le support physiopathologique serait très proche. En effet, ces symptômes sont probablement liés à des contractions involontaires du détrusor, déclenchées par la stimulation des récepteurs muscariniques vésicaux [8].


Cette étude a objectivé différents facteurs prédictifs d'inconfort vésical : charrière de la sonde ≥18 Fr, l'absence de lubrification, la laparotomie, âge<50 ans et un antécédent de césarienne et/ou de sondage.


L'apparition du syndrome d'inconfort vésical est précoce dans la littérature [9, 10]. Une constatation qu'on retrouve dans notre étude puisque 92 % des patients l'ont présenté à J0.


Les patients âgés de moins de 50 ans étaient les plus à présenter le syndrome CRBD modéré ou sévère avec une valeur p significative<0,05. Nos résultats étaient comparables avec ceux de l'étude Coréenne [5]. La prédominance de l'inconfort chez les sujets au-dessous de 50 ans est due au fait que les sujets âgés sont moins sensitifs aux stimuli de douleurs [11].


Les comorbidités notamment le diabète et/ou l'hypertension artérielle ne semblent pas avoir d'impact significatif sur le syndrome CRBD selon notre étude. Les deux études Française [4] et Chinoise [3] ont recherché le lien entre la présence du diabète chez les sujets et l'apparition du CRBD, mais les résultats étaient non significatifs.


Concernant les antécédents gynéco-obstétricaux, le nombre de gestité et parités, la ménopause ainsi que la prise de contraception orale, n'avaient aucun rôle dans l'apparition d'inconfort modéré ou sévère. Par contre, les patientes ayant des antécédents d'accouchement par césarienne étaient, significativement, les plus à exprimer le CRBD comparées à celles accouchées par voie basse (OR=0,2, p =0,032). Aucune étude ne s'est intéressée au lien entre le type de la voie d'accouchement et la survenue de CRBD.


Dans notre étude, la présence d'un antécédent de sondage vésical a favorisé la survenue du CRBD modéré ou sévère avec une valeur p =0,001. Les résultats de Li et al. [3] étaient plus spécifiques, les sujets ayant été sondés 3 mois avant le sondage actuel, étaient prédisposés à exprimer l'inconfort modéré ou sévère, significativement avec une valeur p <0,05. Ces résultats peuvent être expliqués par l'impact psychologique laissé par le sondage antérieur. Binhas et al. [4] ont noté les mêmes résultats, mais étaient non significatifs.


La voie d'abord chirurgicale a été retenue comme facteur significativement prédictif de la survenue de CRBD (p =0,02), avec une prédominance des laparotomies contre les laparoscopies. Maro et al. ont corrélé le type d'intervention urologique au risque de survenue de CRBD qui était particulièrement fréquent lors des résections transurétral de vessie [5]. Li et al. ont noté une forte incidence du syndrome CRBD modéré ou sévère chez les sujets ayant bénéficié d'une laparotomie comparée à ceux opérés sous laparoscopie ou endoscopie. Certains auteurs pensent que d'autres techniques chirurgicales, telles que la chirurgie robot-assistée, pourraient diminuer l'incidence de CRBD [3].


La charrière de la sonde est un élément important à prendre en considération. L'inconfort lié à la sonde était plus important chez les patients porteurs d'une sonde de grand calibre de charrière supérieure à 18. Ce facteur était présent dans les travaux de Binhas et Li [3, 4]. De même, le volume du ballonnet de la sonde vésicale a un impact sur la survenue du CRBD. Ahmed et al. ont constaté une amélioration de la symptomatologie après réduction de 50 % du volume du ballonnet [12].


Le traitement des CRBD repose le plus souvent sur les antagonistes des récepteurs muscariniques comme l'oxybutynine mais d'autres traitements ont été utilisés comme la kétamine, la gabapentine et le tramadol [15, 13, 14]. Ces médicaments sont sources d'effets secondaires en particuliers l'oxybutymine tels que les nausées, les vomissements, la sécheresse buccale et présente des contre-indications comme le glaucome à angle fermé ou s'il existe un risque de rétention.


En ce qui concerne les limites de l'étude, l'effet des différents traitements antalgiques reçus par les malades au cours de l'anesthésie et dans les salles de réveil pouvant modifier la symptomatologie du CRBD et sa sévérité.


En absence de traitement, le praticien peut réduire le risque de syndrome CRBD en agissant essentiellement sur les deux facteurs techniques prédicteurs, à savoir la taille de la sonde utilisé et l'utilisation d'un lubrifiant au cours du sondage.


Conclusion


La mise en place d'une sonde vésicale n'est pas anodine. Cette étude a montré la fréquence du syndrome d'inconfort vésical et sa survenue précoce. Les divers facteurs incriminés doivent être recherchés et évités si possible pour diminuer le risque de survenue du syndrome CRBD.


Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques de la population.
  Effectif  Pourcentage 
Sexe     
Hommes  133  44,3 
Femmes  167  55,7 
Indice de masse corporelle (IMC)     
IMC<18,5  18  12,7 
18,5≤IMC<25  134  44,7 
25≤IMC<30  96  32 
IMC≥30  32  10,6 
Comorbidités     
Absence de comorbidités  220  73,3 
Au moins une comorbidité  80  26,6 
Tabagisme  70  23,3 
Alcoolisme  16  5,3 
Antécédents chirurgicaux     
Urologique  24 
Gynéco-obstétricale  23  7,6 
Viscérale  11  3,6 
Autres chirurgies  30  10 
Antécédents de sondage     
Non  232  77,3 
Oui  68  22,7 
≤7jours  44  14,6 
>7jours  24 
Durée entre sondage actuel et précédent     
≤3 mois  20  6,7 
>3 mois  48  16 
Antécédents gynéco-obstétricaux     
Gestité et parité     
<4Gestité  110  36,7 
≥4Gestité  33  11 
<4parités  113  37,6 
≥4parites  30  10 
Voies d'accouchement     
Voie basse  94  31,3 
Césarienne  49  16,3 





Tableau 2 - Incidence du syndrome CRBD dans la population.
Présence du syndrome CRBD  La date d'apparition du syndrome CRBD 
  J0 du sondage  J1 du sondage  J2 du sondage  J3 du sondage  J4 du sondage 
163 (54,3 %)  151 (92,6 %)  4 (2,5 %)  5 (3,1 %)  2 (1,22 %)  1 (0,58 %) 





Tableau 3 - Répartition de la population selon la sévérité du CRBD.
    n   Pourcentage 
La sévérité du syndrome CRBD  Groupe 1
Absence d'inconfort ou inconfort faible (0 et 1) 
137  45,7 % 
  106  35,3 % 
Groupe 2
Inconfort modéré à sévère (2 et 3) 
50  16,7 % 
  2,3 % 





Tableau 4 - Facteurs prédictifs du syndrome CRBD modéré ou sévère selon l'analyse univariée.
Variable  Odd ratio  CI 95  p value 
Âge  300       
<50  143  0,2  [0,01-1,6]  0,006 
>50  157       
Sexe  300       
Femme  167  1,4  [0,7-2,8]  0,032 
Homme  133       
IMC  300       
≤25  171  0,8  [0,03-1,1]  0,12 
>25  129       
Diabète  32       
Oui  17  3,2  [1,9-6,2]  0,43 
Non  15       
HTA  28       
Oui  16  6,1  [1,1-9,1]  0,081 
Non  12       
Antécédent de Sondage  300       
Oui  68  0,1  [0,02-1,3]  0,001 
Non  232       
Durée entre sondage  68       
≤3 mois  20  0,4  [0,05-1,9]  1,65 
>3mois  48       
Durée du sondage  68       
≤7j  44  4,6  [1,5-9,2]  0,87 
>7j  24       
Contraception  167       
Oui  72  5,5  [3,1-7,8]  0,15 
Non  95       
Ménopause  167       
Oui  54  0,7  [0,05-1,4]  0,43 
Non  113       
Accouchement  143       
Voie basse  94  0,4  [0,08-2,1]  0,005 
Voie haute  49       
Lubrification  300       
Oui  234  1,6  [0,4-3,1]  0,008 
Non  66       
Calibre de la sonde  300       
<18  231       
≥18  69  1,1  [0,3-3,4]  0,045 
Laparotomie  173       
Oui  112  0,1  [0,009-0,8]  0,018 
Non  63       
Laparoscopie  55       
Oui  19  0,3  [0,06-2,1]  0,035 
Non  36       





Tableau 5 - Facteurs prédictifs du syndrome CRBD modéré ou sévère selon l'analyse multivariée.
  Odd ratio  Intervalle de confiance à 95 %  p value 
Voie d'abord chirurgicale : laparotomie  0,5  [0,1-1,9]  0,02 
Antécédent d'accouchement par césarienne  0,2  [0,04-1,3]  0,032 
Lubrification de la sonde  0,1  [0,05-1,1]  0,008 
Calibre de la sonde ≥18  0,9  [0,08-1,1]  0,012 
Antécédents de sondage  0,3  [0,06-2,1]  0,005 
Âge <50 ans  0,4  [0,08-9]  0,006 




Références



Newman D.K., Rovner E.S., Wein A.J. Clinical Application of Urologic Catheters, Devices and Products Springer 2017 ; 3-5
Bai Y., Wang X., Li X., Pu C., Yuan H., Tang Y., et al. Management of catheter-related bladder discomfort in patients who underwent elective surgery J of Endourology 2015 ;  29 (6) : 640-649 [cross-ref]
Li C., Liu Z., Yang F. Predictors of catheter-related bladder discomfort after urological surgery Journal of Huazhong University of Science and Technology 2014 ;  34 (4) : 559-562 [cross-ref]
Binhas M., Motamed C., Hawajri N., Yiou R., Marty J. Facteurs prédictifs d'inconfort de sonde vésicale en salle de réveil Ann Fr Anesth Reanim 2011 ;  30 : 122-125 [cross-ref]
Lim N., Yoon H. Factors Predicting Catheter-Related Bladder Discomfort in Surgical Patients J Perianesth Nurs 2017 ;  32 (5) : 400-408 [cross-ref]
Shariat M.R., Lajevardi M., Khajavi M., Najafi A., Shariat M.G., Etezadi F. Effects of intra-operative ketamine administration on postoperative catheter-related bladder discomfort: a double-blind clinical trial Pain Practice 2013 ;  14 (2) : 146-150
Cox L., Rovner E.S. Contemporary pharmacotherapy of overactive bladder  Switzerland: Springer International Publishing (2019). [Page 1 Chap 1].
Ryu J.H., Hwang J.W., Lee J.W., et al. Efficacy of butylscopolamine for the treatment of catheter-related bladder discomfort: a prospective, randomized, placebo-controlled, double-blind study Br J Anaesth 2013 ;  111 (6) : 932-937 [cross-ref]
Maro S., Zarattin D., Baron T., Bourez S., De la Taille A., Salomon L. Inconfort lié à la sonde vésicale en postopératoire : importance du type d'intervention et efficacité du traitement par clonazépam Progurol 2014 ;  24 (10) : 628-633 [inter-ref]
Singh T.K., Sahu S., Agarwal A., Gupta D., Mishra P. Dexmedetomidine for prevention of early postoperative catheter-related bladder discomfort in voluntary kidney donors: Prospective, randomized, double-blind, placebo-controlled trial J Anaesthesiol Clin Pharmacol 2018 ;  34 (2) : 211-215 [inter-ref]
Riley J.L., Cruz-Almeida Y., Glover T.L., et al. Age and race effects on pain sensitivity and modulation among middle-aged and older adults J Pain 2014 ;  15 (3) : 272-282 [inter-ref]
Zugail A.S., Pinar U., Irani J. Evaluation of pain and catheter-related bladder discomfort relative to balloon volumes of indwelling urinary catheters: A prospective study Investigative and clinical urology 2019 ;  60 (1) : 35-39 [cross-ref]
Tauzin-Fin P., Stecken L., Sztark F. Inconfort lié à la sonde vésicale en période postopératoire Ann Fr Anesth Reanim 2012 ;  31 : 605-608 [inter-ref]
Agarwal A., Gupta D., Kumar M., Dhiraaj S., Tandon M., Singh P.K. Ketamine for treatment of catheter-related bladder discomfort: a prospective, randomized, placebo-controlled, double-blind study Br J Anaesth 2006 ;  96 : 587-589 [cross-ref]
Agarwal A., Yadav G., Gupta D., Singh P.K., Singh U. Evaluation of intraoperative tramadol for prevention of catheter-related bladder discomfort: a prospective, randomized, placebo-controlled double-blind study Br J Anaesth 2008 ;  101 : 506-551 [cross-ref]






© 2020 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.