Facteurs déterminants de la fonction sexuelle postopératoire après fracture de la verge

25 novembre 2019

Auteurs : S. Zaghbib, Y. Ouanes, M. Bibi, K. Chaker, M. Ben Chehida, A. Sellami, S. Ben Rhouma, Y. Nouira
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 655
Objectifs

La fracture de la verge est une urgence urologique qui peut avoir une lourde conséquence sur la fonction sexuelle ultérieure. Le but de notre travail était de déterminer les facteurs pronostiques de la fonction sexuelle postopératoire.

Méthodes

L’âge moyen était de 31 ans (19–55 ans). Les deux principales circonstances du traumatisme étaient une auto-manipulation de la verge (45 %) et un rapport sexuel (34 %). Le délai de consultation moyen était de 14,3heures. La réparation chirurgicale a été réalisée par une incision élective (81 %) ou par dégantage de la verge (19 %) (Tableau 1). En postopératoire, le taux de DE (IEEF5<20) était de 17,4 %, d’incurvation de la verge de 15,2 % et de rapports sexuels douloureux de 13 %. À l’analyse multivariée, la DE était liée au délai de consultation (p =0,03) et au siège proximal de la fracture (p =0,015) ; L’incurvation de la verge était liée au délai de consultation (p =0,045), au siège proximal de la fracture (p =0,022) et à l’incision élective (p =0,018). Aucun facteur n’était lié aux rapports sexuels douloureux (Tableau 2).

Résultats

L’âge moyen était de 31 ans (19–55 ans). Les deux principales circonstances du traumatisme étaient une auto-manipulation de la verge (45 %) et un rapport sexuel (34 %). Le délai de consultation moyen était de 14,3heures. La réparation chirurgicale a été réalisée par une incision élective (81 %) ou par dégantage de la verge (19 %) (Tableau 1). En postopératoire, le taux de DE (IEEF5<20) était de 17,4 %, d’incurvation de la verge de 15,2 % et de rapports sexuels douloureux de 13 %. À l’analyse multivariée, la DE était liée au délai de consultation (p =0,03) et au siège proximal de la fracture (p =0,015). L’incurvation de la verge était liée au délai de consultation (p =0,045), au siège proximal de la fracture (p =0,022) et à l’incision élective (p =0,018). Aucun facteur n’était lié aux rapports sexuels douloureux (Tableau 2).

Conclusion

Notre étude a montré qu’une chirurgie précoce améliore la fonction sexuelle postopératoire, qui dépend aussi du siège de la fracture et de la technique opératoire, avec de moins bon résultats pour les fractures de siège proximal et celles opérées par voie élective.




 




Déclaration de liens d'intérêts


L'étude a été financée par le sponsor PROCEPT BioRobotics. Le sponsor a joué un rôle dans la conception et la conduite de l'étude, la collecte, la gestion, l'analyse et l'interprétation des données.




Tableau 1 - Données de la population (n =138).







Tableau 2 - Analyse statistique étudiant la relation entre les facteurs liés à la fracture et à l'intervention, d'une part, et la fonction sexuelle postopératoire, d'autre part.









© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.