Explantation d’une prothèse de promontofixation par voie transvésicale et exérèse des bras d’une bandelette tvt laparoscopique robot-assistée

05 novembre 2020

Auteurs : C. Richard, J. Hascoet, C. Mazouin, L. Freton, L. Tondut, G. Dosin, A. Manunta, Z. Khene, R. Mathieu, G. Verhoest, K. Bensalah, B. Peyronnet
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 851
Objectifs

Le traitement des prolapsus pelviens par promontofixation expose à certaines complications inhérentes à la mise-en-place de matériel prothétique. Les érosions vésicales se traduisent essentiellement par des infections urinaires à répétition, des douleurs et/ou une hématurie. La mise en place d’une bandelette sous-urétrale de type TVT peut être à l’origine d’une dysurie. La voie robotique pourrait simplifier l’explantation du matériel prothétique lorsque celle-ci est nécessaire.

Méthodes

Nous présentons le cas d’une patiente de 69 ans, présentant des infections urinaires fébriles récidivantes et des douleurs lombaires bilatérales associées à une hématurie macroscopique en rapport avec l’érosion vésicale d’une bandelette de promontofixation antérieure mise en place en 2012 et une bandelette sous urétrale de type TVT dysuriante. L’objectif de cette vidéo était de décrire la technique chirurgicale de l’explantation d’une prothèse de promontofixation par voie transvésicale avec d’exérèse des bras d’une bandelette TVT par laparoscopie robot-assistée.

Résultats

Une explantation en monobloc de la totalité de la prothèse de promontofixation a été réalisée, ainsi que l’exérèse des portions rétro-pubiennes des bras de la bandelette sous urétrale. L’intervention a été réalisée sous laparoscopie robot-assistée en 180minutes. L’intervention commence par une cystotomie médiane jusqu’à la zone d’érosion rétro-trigonale. La dissection inter-vésico-vaginale permet de libérer la bandelette des parois vésicales et vaginales, puis se poursuit en suivant la prothèse dans son passage à travers le paramètre, jusqu’à sa fixation au promontoire. La vessie est suturée par 2 hémi-surjets verticaux de V-lock après mise en place de sondes JJ. Les portions rétro-pubiennes de la bandelette TVT sont disséqués en partant de l’espace de Retzius jusqu’à l’aponévrose pelvienne. Il n’y a pas eu de complication peropératoire. La patiente a quitté le service à J2 mais a du être réhospitalisée pour pyélonéphrite à J10 pendant 3jours (Clavien 2).

Conclusion

L’explantation d’une bandelette de promontofixation antérieure par laparoscopie robot-assistée est une technique faisable qui pourrait diminuer la morbidité périopératoire l’ouverture vésicale sécurise le geste en permettant une bonne visibilité.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.