Exérèse diverticulaire par voie cœlioscopique robot-assistée

25 novembre 2019

Auteurs : L. Doisy, J. Long, G. Fiard, J. Descotes, J. Rambeaud, C. Overs, C. Lanchon, T. Garnier, J. Lefrancq, Q. Franquet, A. Khogeer
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 772
Objectif

Patient de 68 ans présentant un adénocarcinome prostatique localisé de bon pronostic traité par hémi ablation HIFU en rémission complète (PSA à 1,5ng/ml). Une vaporisation prostatique au laser green light a été réalisé avant l’HIFU et une incision cervico prostatique après. Le patient se plaint d’une miction en deux temps. L’IRM prostatique estime un volume à 19ml et retrouve un diverticule latéro-vésical gauche 8cm.

Méthodes

La fibroscopie vésicale retrouvait un urètre sain non sténosé, une prostate moyennement obstructive avec un col admettant largement le passage du fibroscope. Le collet du diverticule est para-urétéral gauche centimétrique. Mise en place d’une sonde vésicale et d’un ballonnet gonflé au sein du diverticule de manière occlusive. Après mise en place des trocarts, décollement vésical gauche. Libération de proche en proche du diverticule jusqu’à retrouver le collet diverticulaire qui est sectionné. Extraction du diverticule dans un sac puis fermeture en deux plans du collet diverticulaire par deux surjets. Fermeture étanche. On vérifie l’orifice urétéral gauche qui est à distance.

Résultats

Le même protocole chirurgical a été réalisé par un opérateur différent à une femme de 83 ans, IMC 38kg/m2. Pour les deux patients les suites opératoires sont simples. La reprise des mictions est satisfaisante pour les deux patients avec un IPSS, IPSS QoL à 0 et un résidus post-mictionnel négligeable.

Conclusion

L’exérèse chirurgical d’un diverticule par cœlioscopie robot-assistée a permis de traiter ces deux patients de manière efficace par une méthode reproductible.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.