Examen sénologique pour tous les patients ayant un carcinome prostatique

25 janvier 2014

Auteurs : H. Lorphelin, G. Body, H. Marret, L. Ouldamer
Référence : Prog Urol, 2014, 1, 24, 70




 



Bien qu'être un homme protège statistiquement du cancer du sein, le carcinome mammaire primitif masculin, certes rare (moins de 1 % des cancers chez l'homme), est en augmentation. Ce qui en fait une pathologie méconnue de la population médicale non spécialisée et son diagnostic est souvent réalisé à un stade évolué de la maladie après autopalpation par le patient lui même.


Dans les services de chirurgie gynécologique et viscérale du CHRU de Tours entre 1997 à 2012, 32 carcinomes mammaires primitifs chez l'homme ont été opérés ; soit 0,57 % des cancers du sein sur la même période. Trente-deux pour cent des patients avaient au moins un antécédent familial de cancer du sein au premier degré. Malgré ce taux supérieur à ceux publiés dans la littérature, nous n'avons pas mis en évidence de prédisposition génétique à type de mutation BRCA1 ou BRCA2.


En revanche, 29 % des patients avaient un second cancer primitif. Deux patients avaient quatre carcinomes primitifs différents, associant un cancer du sein et un cancer de prostate. Par ailleurs, 16,1 % des patients avaient un adénocarcinome prostatique associé à leur cancer du sein. L'âge moyen au diagnostic était de 68ans pour le cancer de prostate comme pour le cancer du sein. Dans la moitié des cas, le cancer de prostate était antérieur au cancer du sein, avec un délai moyen de 46mois.


Un patient avait un PIN de haut grade, en attente de biopsies prostatiques, ainsi que deux autres patients dont les PSA sont supérieurs à 10.


Les patients ayant un cancer prostatique sont donc à risque de développer d'autres primitifs et particulièrement un carcinome mammaire et vice et versa [1, 2, 3], ce qui peut poser des problèmes diagnostiques et/ou thérapeutiques lors de la découverte de métastases osseuses ou d'une reprise évolutive.


La recherche de carcinome mammaire doit être systématique lors de la découverte d'un cancer prostatique et dans le cadre du suivi post-thérapeutique, par un examen sénologique comprenant une palpation mammaire bilatérale ainsi que la palpation des aires ganglionnaires axillaires, cervicales et sus-claviculaires ; comme l'est le dosage des PSA dès qu'un diagnostic de cancer mammaire est posé chez un homme. Cette démarche est d'autant plus importante que le patient est jeune (<50ans), car à risque d'une prédisposition génétique type BRCA2 et exposé à une maladie mammaire ou prostatique agressive.


Déclaration d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.



Références



Bagchi S. Men with breast cancer have high risk of second cancer Lancet Oncol 2007 ;  8 (3) : 198 [inter-ref]
Auvinen A., Curtis R.E., Ron E. Risk of subsequent cancer following breast cancer in men J Natl Cancer Inst 2002 ;  94 (17) : 1330-1332 [cross-ref]
Lee U.J., Jones J.S. Incidence of prostate cancer in male breast cancer patients: a risk factor for prostate cancer screening Prostate Cancer Prostatic Dis 2009 ;  12 (1) : 52-56 [cross-ref]






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.