Évolution de la testostéronémie après prostatectomie totale : étude prospective sur 69 patients

25 novembre 2015

Auteurs : B. Nicolas, D. Rossi, H. Toledano, C. Bastide
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 741
Objectifs

Si la testostéronémie préopératoire basse est connue comme un facteur de mauvais pronostic, l’impact de son évolution après prostatectomie n’a pas encore été clairement défini. L’objectif de cette étude est de mesurer l’évolution de la testostéronémie totale après prostatectomie totale et son lien éventuel avec les caractéristiques de la tumeur.

Méthodes

Chez tous les patients consécutifs bénéficiant d’une prostatectomie totale, un dosage de testostéronémie a été réalisé le matin (entre 8h et 11h) la veille de l’intervention. Un second dosage a été réalisé en postopératoire, le matin dans le même laboratoire (celui de l’hôpital). Les caractéristiques cliniques des patients et les données anatomopathologiques ont également été recueillies.

Résultats

Soixante-neuf patients ont été inclus entre février 2013 et avril 2015. L’âge médian était de 64ans (44–73ans). La testostéronémie totale préopératoire moyenne était de 13,1 nmol/L (5,5–30,6). Dosée en moyenne 95jours (21–348jours) après la prostatectomie, la testostéronémie postopératoire moyenne était de 14,35 nmol/L (4,8–29,5), soit une évolution moyenne de testostéronémie par patient modérée mais significative de+0,94 nmol/L (p =0,04). Cette hausse était d’autant plus importante chez les patients ayant une tumeur bien différenciée (+1,84 nmol/L pour les Gleason 3+3 et moins ; p =0,025).

Conclusion

Cette étude a montré, sur un faible effectif, une augmentation modérée mais significative de la testostéronémie après prostatectomie. Cette augmentation était d’autant plus importante que la tumeur était bien différenciée.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.