Évolution dans l’utilisation du sphincter artificiel urinaire en France : l’avenir s’écrit au féminin

25 novembre 2019

Auteurs : B. Peyronnet, J. Hascoet, L. Scailteux, G. Fournier, X. Gamé, J.N. Cornu
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 701-702
Objectifs

Même en France, ou l’utilisation du sphincter artificiel urinaire (SAU) chez la femme est historiquement beaucoup plus importante que dans n’importe quel autre pays au monde, la très large majorité des SAU étaient jusqu’à récemment implantée chez l’homme. L’objectif de ce travail était d’évaluer l’évolution de l’utilisation du SAU en France depuis 2011, date du dernier travail sur le sujet.

Méthodes

Nous avons analysé les données de la base nationale PMSI, pour évaluer le nombre de SAU implantés chaque année chez l’homme (codes CCAM : JELA002, JELA003, JELA004) et chez la femme (code CCAM : JELA001) entre 2012 et 2017. Nous avons analysé de façon concomitante les données du fabricant (Boston Scientific, États-Unis) sur l’utilisation du SAU en France sur la même période. Le code JELA002 étant utilisé à la fois pour les SAU et les bandelettes/ballonnets chez l’homme, le nombre de sphincter chez l’homme était soustrait au nombre total de procédures chirurgicales de traitement de l’incontinence pour obtenir le nombre de bandelettes/ballonnets chez l’homme par an.

Résultats

Le nombre total de SAU implantés par an a augmenté de 1469 en 2012 à 1598 en 2017 (+8,8 %). Cette croissance était le fait d’une forte augmentation du nombre d’implantations chez la femme à partir de 2015, avec 263 cas en 2015 contre 339 en 2017 (+28,9 %). Dans le même temps, le nombre de SAU chez l’homme restait relativement stable augmentant légèrement de 1197 en 2013 à 1313 en 2015 (+9,7 %) puis décroissant jusqu’à 1258 en 2017 (2015 à 2017 : −4,2 %). Le nombre total de chirurgie de l’incontinence chez l’homme a constamment décru sur cette période, partant de 2542 en 2012 pour arriver à 2140 en 2017 (−15,8 %). La proportion de SAU chez la femme a augmenté de 15,5 % à 21,3 % de tous les SAU implantés entre 2014 et 2017 (Fig. 1, Fig. 2).

Conclusion

En raison, possiblement, de la conjugaison d’une diminution du nombre annuel de prostatectomies et de l’expansion de l’implantation par voie robot-assistée chez la femme, la proportion de SAU implantés chez la femme a fortement augmenté en France ces dernières années. Si cette tendance se confirme et s’étend en dehors de France, l’avenir du SAU pourrait s’écrire au féminin.




 




Fig. 1
Fig. 1. 




Fig. 2
Fig. 2. 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.