Évaluation prospective de l’efficacité du Qutenza* dans les douleurs neuropathiques pelvi-périnéales chez 60 patients

25 novembre 2016

Auteurs : A. Levesque, T. Riant, J. Labat, J. Rigaud
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 688
Objectifs

Les algies pelvi-périnéales ont souvent une expression neuropathique et peuvent s’exprimer au niveau cutané dans quatre territoires bien différenciés (Figure 1, Figure 2). Le Qutenza* (patch de capsaïcine à 8 %) est un traitement topique des douleurs neuropathiques. L’objectif de notre étude prospective a été d’évaluer l’utilisation du Qutenza* dans la prise en charge de patients souffrant de névralgies pelvi-périnéales.

Méthodes

Soixante patients présentant des douleurs pelvi-périnéales d’expression neuropathique ont reçu un traitement topique par patch de capsaïcine à haute concentration. Les patients ont été évalués à 2 mois de la pose du Qutenza*. Le critère principal d’évaluation était le PGI (Patient Global Improvement) avec 7 niveaux de réponse (1 - Énormément mieux, 2 - Beaucoup mieux, 3 - Un peu mieux, 4 - Aucun changement, 5 - Un peu empiré, 6 - Beaucoup empiré, 7 - Énormément empiré). Les critères secondaires étaient le pourcentage d’amélioration estimé par le patient, l’intensité douloureuse (EN) et la durée maximale en position assise après 18h.

Résultats

Trente-cinq pour cent des 60 patients inclus ont estimé être améliorés d’au moins 30 %. Vingt-quatre pour cent ont estimé être beaucoup mieux qu’avant (PGI2) avec 58 % d’amélioration en moyenne, une baisse de 3,4/10 points sur l’EN et une durée maximale assise augmentée de 54minutes. Parmi les bons répondeurs, les patients souffrant de coccygodynies ont été le plus souvent soulagés avec 37 % de PGI2 (n =7) et une amélioration de la douleur de 63 % en moyenne.

Conclusion

Ces résultats ont mis en évidence l’intérêt du patch de capsaïcine à haute concentration (Qutenza*) dans la stratégie de prise en charge des patients souffrant de névralgies pelvi-périnéales et en particulier en cas de coccygodynies.




 




Figure 1
Figure 1. 

Évaluation de l'efficacité du traitement par le PGIC.





Figure 2
Figure 2. 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.