Évaluation et critères de choix des supports pédagogiques d'urologie utilisés par les étudiants hospitaliers pour préparer l'examen classant national

25 octobre 2008

Auteurs : F. Thibault, X. Carpentier, P. Sebe, S. Beley, P. Thibault, B. Gattegno, O. Traxer
Référence : Prog Urol, 2008, 9, 18, 608-612
Introduction et objectifs

La préparation de l’examen classant national (ECN) est une préoccupation majeure des étudiants hospitaliers (EH). Il existe de nombreux supports pédagogiques pour préparer le module d’urologie : polycopiés de la faculté et ouvrages d’urologie communément appelés « poly d’uro ». Le but de cette étude a été de déterminer les critères de sélection des EH pour choisir leur support pédagogique en urologie pour préparer l’ECN.

Matériel et méthode

Un questionnaire a été distribué à 200 EH (DCEM3 et 4) préparant l’ECN. Ce questionnaire comprenait trois parties : (1) les informations sur l’étudiant (faculté d’origine, assiduité aux cours, participation à des conférences d’internat) ; (2) le degré de satisfaction de l’étudiant vis-à-vis des supports pédagogiques mis à sa disposition ; (3) les critères de choix (18 items) du polycopié utilisé.

Résultats

Parmi les 200 étudiants interrogés, seuls 32 % travaillaient sur les supports pédagogiques fournis par l’université et 22 % affirmaient que leur faculté ne leur fournissait pas de support en urologie. Concernant ce support, 59 % pensaient qu’il était « moyennement » à « pas du tout adapté » au programme de l’ECN et 70 % pensaient qu’ils étaient « moyennement » à « pas du tout » préparés à l’ECN. On notait que 83,5  % des étudiants pensaient que les conférences d’internat étaient « utiles » à « très utiles » pour préparer l’ECN en urologie et 85 % d’entres eux pensaient qu’un polycopié était « utile » à « très utile » pour préparer l’ECN. Le polycopié du Collège d’urologie était le support le plus utilisé : 38 % des étudiants interrogés. Les quatre critères de choix les plus importants étaient « l’avis de leur entourage », « le style de présentation et de rédaction » et « les conseils de leurs aînés internes ». « L’auteur » et « le prix » étaient des considérations qui n’arrivaient qu’en onzième et douzième position.

Conclusion

Dans notre étude, les étudiants semblent juger insuffisante et inadaptée l’offre de la faculté pour les préparer à l’épreuve de l’ECN en urologie. En revanche, le polycopié du Collège d’urologie leur apparaît comme un outil de travail satisfaisant en termes de présentation et de rédaction.




 




Introduction


L'épreuve nationale classante (ECN) existe depuis trois ans. En 2007 plus de 4000 étudiants ont passé cette épreuve au terme de leur cursus universitaire de deuxième cycle des études médicales (DCEM) [1]. L'ECN constitue un réel bouleversement dans le cursus des études médicales pour les étudiants qui doivent tous passer cet examen avant de pouvoir devenir interne, mais également pour les universités car cet examen représente un outil d'évaluation de la qualité de l'enseignement dispensé. Pour se préparer à cette épreuve, les étudiants hospitaliers disposent de différents supports pédagogiques : l'université leur fournit des enseignements (enseignements dirigés, cours magistraux, certificats intégrés) ainsi que des supports écrits. Par ailleurs, les étudiants ont également recours aux conférences d'internat et à l'achat de livres. C'est en partie pour répondre à ce besoin des étudiants que le Collège d'urologie a édité un polycopié destiné à la préparation de l'ECN. Le but de cette étude était de déterminer les critères de sélection des étudiants hospitaliers (EH) pour choisir leurs supports pédagogiques en urologie pour préparer l'ECN.


Matériel et méthode


Un questionnaire anonyme (Figure 1) a été distribué aux étudiants de troisième et de quatrième année du deuxième cycle des études médicales (DCEM3 et 4) à la fin d'un enseignement (conférence d'internat ou enseignement de la faculté). Ce questionnaire a été immédiatement complété et remis par les étudiants eux-mêmes. Il était divisé en trois parties :

les informations individuelles concernant l'étudiant ;
l'évaluation des différents supports pédagogiques : cours magistraux, enseignements dirigés, polycopiés fournis par l'université ou distribués par des éditeurs indépendants. Les polycopiés disponibles au moment de l'enquête étaient :
Urologie par Éric Chartier, collection Medline,
Urologie par Olivier Traxer, collection Hippocrate,
Urologie par Morgan Roupret et Sébastien Beley, collection Vernazobre-Greco,
Urologie pour les nuls par Jean-Dominique Doublet,
Urologie par les professeurs Ravery et Desgrandchamps, collection Vernazobre-Greco,
Urologie par le Collège d'urologie, collection Ellipse,
Urologie par le professeur Vallencien, collection Douin,
Mémento d'Urologie par le professeur Flam, collection Medline ;


les critères de choix du polycopié utilisé.


Figure 1
Figure 1. 

Questionnaire remis aux étudiants et rempli par leurs soins.




Cent quatre-vingt-huit étudiants ont répondu au questionnaire, parmi eux, 104 étaient inscrits à Paris, 50 en province et 44 ne nous ont pas fait part de leur université d'origine.

Deux étudiants étaient en DCEM2, 76 en DCEM3 et 120 en DCEM4.

Parmi ces étudiants, 32 % travaillaient sur les supports pédagogiques fournis par l'université et 22 % affirmaient que leur faculté ne leur fournissait pas de support en urologie.


Résultats


Le Tableau 1 rend compte de l'évaluation faite par les étudiants des différents supports pédagogiques mis à leur disposition pour préparer l'ENC et de l'enseignement d'urologie dispensé par leur université.

La Figure 2 montre la répartition des différents ouvrages publiés utilisés par les étudiants en complément des supports pédagogiques fournis par l'université.


Figure 2
Figure 2. 

Répartition des différents polycopiés utilisés par les étudiants pour préparer l'ECN en Urologie. Classement par éditeur. (VG : Vernazobre-Grego).




Concernant le support de l'université, 59 % pensaient qu'il était « moyennement » à « pas du tout adapté » au programme de l'ECN et 70 % pensaient qu'ils étaient « moyennement » à « pas du tout » préparés à l'ECN. On notait que 83,5 % des étudiants pensaient que les conférences d'internat étaient « utiles » à « très utiles » pour préparer l'ECN en urologie et 85 % d'entres eux pensaient qu'un polycopié était « utile » à « très utile » pour préparer l'ECN.

Le polycopié du Collège d'urologie était le support le plus utilisé : 38 % des étudiants interrogés.

Enfin, le Tableau 2 rend compte du classement fait par les étudiants des 18 critères de choix qui leur étaient proposés comme éléments de décision dans l'achat d'un livre d'urologie pour préparer l'ENC.

Les quatre critères de choix les plus importants étaient « l'avis de leur entourage », « le style de présentation et de rédaction » et « les conseils de leurs aînés internes ». « L'auteur » et « le prix » étaient des considérations qui n'arrivaient qu'en onzième et douzième positions.


Discussion


Si les étudiants jugeaient globalement insuffisante l'offre pédagogique proposée par leur université pour préparer l'ENC, ils ont majoritairement choisi le polycopié du Collège d'urologie.

Depuis trois ans, l'ECN est l'examen qui sanctionne la fin du second cycle des études médicales. Il ne s'agit pas d'une barrière ou d'un filtre puisque chaque année le nombre de poste d'internes est équivalent, voire supérieur au nombre d'étudiants inscrits à l'épreuve.

En 2006, 4311 étudiants ont passé cet examen. Ces étudiants avaient la possibilité de se limiter à la formation et aux supports pédagogiques proposés par leur université tout au long des premier et deuxième cycles. Le plus grand nombre d'entre eux a pourtant eu recours à des supports pédagogiques complémentaires. Chacune des universités de médecine devrait pourtant avoir la mission de proposer une somme de supports suffisamment exhaustifs pour permettre aux étudiants de préparer cet examen qui sanctionne la fin du second cycle des études médicales.

Vingt-deux pour cent des étudiants interrogés affirmaient pourtant que leur université ne leur proposait aucun support de travail en urologie. Parmi les 78 % restant, seuls 10 % d'entre eux trouvaient ces supports « suffisants » à « tout à fait suffisants » pour préparer l'ENC.

Parmi l'ensemble des 200 étudiants qui ont répondu au questionnaire, 60 % pensaient que l'enseignement dispensé à l'université était « moyennement adapté » à « pas adapté du tout » au programme de l'ENC et 70 % pensaient qu'ils étaient « moyennement préparés » à « pas du tout préparés » à l'ENC.

Par ailleurs, lorsque les étudiants étaient interrogés sur leur université, près de 11 % d'entre eux étaient sans opinion. Ce pourcentage chutait à moins de 2,5 % lorsque les étudiants étaient interrogés sur les moyens alternes qu'ils avaient de se préparer à l'ENC.

Le travail fourni par le Collège d'urologie pour procurer un document de travail national adapté à la préparation de l'ENC a été largement salué par les étudiants préparant l'ENC puisque le polycopié du Collège d'urologie était plébiscité par près de 40 % des étudiants pour préparer l'ENC. Le succès de ce polycopié était attribué à sa « notoriété », la « qualité de sa rédaction » et le soin qui avait été mis dans le « style et la présentation ».

Ce succès va dans le sens d'une récente étude qui soulignait l'importance pour les étudiants de disposer, au sein d'un enseignement organisé en modules, de supports regroupant toutes les questions d'une même spécialité afin de donner à l'étudiant une vision globale homogène de chacune des spécialités [2].

En revanche, dans le choix de ce support, les étudiants n'avaient donné aucune importance à la présence de « parties de chapitres hors programme », ce qui prouve à la fois leur souci d'être préparés au mieux à l'ENC mais également la limite que constitue un tel examen dans l'acquisition d'une culture médicale aussi large que possible enseignée dans l'esprit du deuxième cycle des études médicales.

À notre connaissance, aucun autre collège universitaire n'a évalué les critères de choix des supports pédagogiques et de l'enseignement fournis aux étudiants pour préparer l'ENC. Pourtant, deux études récentes ont montré que la qualité de l'enseignement du deuxième cycle des études médicales était un critère déterminant dans le choix des étudiants vers une spécialité plutôt qu'une autre [3, 4].

Les étudiants en choisissant le polycopié du Collège d'urologie ont choisi un ouvrage écrit par les auteurs des recommandations officielles en urologie et des dossiers de l'ECN. Pour ces mêmes raisons, les universités devraient choisir le polycopié du Collège d'urologie comme support officiel de leur enseignement.


Conclusion


Les étudiants jugent sévèrement l'enseignement fourni par leurs universités pour les préparer à l'ECN. S'il reste d'importants efforts à fournir pour que chaque étudiant se sente préparé au mieux par son université à cet examen qui clôture le second cycle des études médicales, les étudiants saluent l'initiative prise par le Collège d'urologie pour leur fournir un support national de référence.

Cet examen qui concerne maintenant tous les étudiants en fin de DCEM4 devrait également prendre de l'importance dans les années qui viennent pour les universités puisqu'il constitue un bon reflet de la qualité de formation de ces dernières.



 Niveau de preuve : 3





Tableau 1 - Évaluation par les étudiants des différents supports pédagogiques utilisés pour préparer l'ECN.
Pensez-vous que l'enseignement d'urologie dispensé à l'université est adapté au programme de l'ECN ? 
Parfaitement adapté  Bien adapté  Moyennement adapté  Pas adapté  Pas du tout adapté  Sans opinion 
0 %  26 %  33 %  17 %  9 %  10,5 % 
 
Pensez-vous être correctement préparé pour l'ECN par l'enseignement d'urologie dispensé à l'université ? 
Très bien préparé  Bien préparé  Moyennement préparé  Pas préparé  Pas du tout préparé  Sans opinion 
1 %  16 %  35,5 %  20,5 %  14 %  10,5 % 
 
Pensez-vous que les supports pédagogiques en urologie proposés par l'université soient à eux seuls suffisants pour préparer l'ECN ? 
Tout à fait suffisant  Suffisants  Moyennement suffisants  Insuffisants  Tout à fait insuffisant  Sans opinion 
0,5 %  7,5 %  12 %  28 %  32 %  11 % 
 
Pensez-vous que les conférences d'internat en urologie soient utiles pour préparer l'ECN ? 
Très utiles  Utiles  Moyennement utiles  Pas utiles  Pas du tout utiles  Sans opinion 
29,5 %  54 %  8,5 %  0,5 %  1 %  2 % 
 
Pensez-vous que les polycopiés d'urologie soient utiles pour préparer l'ECN ? 
Très utiles  Utiles  Moyennement utiles  Pas utiles  Pas du tout utiles  Sans opinion 
41 %  44 %  9,5 %  0,5 %  1 %  2,5 % 
 
Pensez-vous que les polycopiés d'urologie soient à eux seuls suffisants pour préparer l'ECN ? 
Tout à fait suffisant  Suffisants  Moyennement suffisants  Insuffisants  Tout à fait insuffisant  Sans opinion 
9 %  33 %  32 %  14 %  1,5 %  3 % 





Tableau 2 - Classement des principaux critères de choix d'un polycopié par les étudiants préparant l'ECN.
Critères de choix du polycopié  Important à très important  Classement  Peu important à très peu important  Classement 
Avis de vos amis  133  13  13 
Style et présentation  133  16 
Qualité de rédaction  130  17 
Expériences des aînés  126  14  10 
Richesse iconographique  123  15 
Présence d'organigrammes  118  14 
Avis des conférenciers  118  18 
Avis des enseignants  109  14  11 
Présence de tableaux  100  15 
Présence d'ordonnances types  86  10  14  12 
Auteurs  80  11  36 
Prix  76  12  24 
Concision de l'ouvrage  50  13  31 
Format du polycopié  39  14  61 
Éditeur  29  15  69 
Exhaustivité de l'ouvrage  25  16  56 
Présence de notions hors programme  15  17  83 
Couverture  18  95 




Références



Arrêté du 24 février 2005 relatif à l'organisation des épreuves classantes nationales anonymes donnant accès au troisième cycle des études médicales. JORF 2005;51:3699.
Amsellem-Ouazana D. Modalités théoriques, pratiques et docimologiques de l'enseignement de l'urologie au cours du deuxième cycle des études médicales en France Prog Urol 2005 ;  15 : 433-440[discussion] 440.
Dubosq F., Beley S., Neuzillet Y., Larre S., Simon P., Ballereau C., et al. Comment anticiper la filiarisation à l'examen national classant pour motiver les internes vers l'urologie ? Prog Urol 2006 ;  16 : 356-360
Pignot G., Beley S., Larre S., Dubosq F., Salin A., Albouy B., et al. Évaluation prospective des effets du stage d'initiation pratique sur le recrutement des internes d'urologie à Paris : résultats définitifs Prog Urol 2007 ;  17 : 240-244






© 2008 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.