Évaluation de l’infiltration lymphocytaire dans les carcinomes urothéliaux de la vessie (pT1-pT4) : comparaison de l’approche morphologique (score TILs) et de l’analyse d’image des marqueurs CD3 et CD8

25 novembre 2019

Auteurs : J. Adam, A. Perret, C. Radulescu, N. Signolle, Y. Neuzillet, Y. Allory, T. Lebret, M. Rouanne
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 755-756
Objectifs

L’infiltration lymphocytaire intratumorale est un biomarqueur potentiel à visée pronostique et prédictive de la réponse aux immunothérapies dans de multiples types tumoraux, dont les carcinomes urothéliaux. Cependant, différentes méthodes de quantification peuvent être utilisées et le niveau de concordance entre l’évaluation morphologique des lymphocytes (score TILs), la densité des lymphocytes T (CD3+) et de lymphocytes cytotoxiques (CD8+) caractérisés par immunohistochimie est inconnu.

Méthodes

Nous avons évalué ces 3 paramètres sur une série rétrospective de carcinomes urothéliaux primaires naïfs de tout traitement (n =78). Les stades pathologiques comprenaient 10 pTa, 29 pT1, 17 pT2, 15 pT3, et 7 pT4. L’infiltration lymphocytaire morphologique globale était évaluée par le pathologiste à partir d’une coloration HES (score TIL). La densité intratumorale des cellules CD3+ et CD8+ était déterminée par analyse d’images. Nous avons étudié la corrélation de ces paramètres entre eux ainsi qu’avec le stade pathologique de la tumeur primitive.

Résultats

L’infiltration lymphocytaire intratumorale par les cellules CD8+ augmentait de manière significative avec le stade pathologique (pTa/1 vs pT2-4 : moyenne 186 vs 320 cellules/mm2 ; p <0,05), ainsi que le ratio de cellules CD8+/CD3+ (0,229 vs 0,462, p <0,0001). Aucune corrélation n’était mise en évidence entre le stade pathologique et la densité de TILs ou de cellules CD3+. Les densités de cellules CD3+ et CD8+ étaient modérément corrélées entre elles (corrélation de Pearson 0,52 p <0,01). L’infiltration lymphocytaire évaluée morphologiquement par le score TILs était modérément corrélée avec la densité des lymphocytes T CD3+ (corrélation de Pearson 0,41 p =0,0005) mais pas avec la densité de cellules CD8+ (corrélation de Pearson 0,18, p =0,14).

Conclusion

La densité de cellules CD8+ et le ratio CD8+/CD3+ étaient corrélés au stade tumoral, suggérant un augmentation de la réponse immunitaire T cytotoxique avec la progression tumorale. L’évaluation morphologique des TILs rend imparfaitement compte de la présence de lymphocytes T (CD3+) et ne permet pas d’évaluer la présence de lymphocytes T cytotoxiques (CD8+) dans les carcinomes urothéliaux de stade localisé.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.