Évaluation de l’efficacité de la neuromodulation sacrée dans le traitement des troubles mictionnels après chirurgie de l’endométriose

25 novembre 2019

Auteurs : A. Aublé, M. Baron, C. Lenormand, C. Pfister, H. Roman, J.N. Cornu
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 738-739
Objectifs

La chirurgie pelvienne majeure pour endométriose est associée à un risque de complications urinaires. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’efficacité de la neuromodulation sacrée (NMS) chez les patientes présentant des troubles de la vidange après chirurgie de l’endométriose.

Méthodes

Une étude rétrospective monocentrique a été réalisée entre 2016 et 2019. Toutes les patientes ayant bénéficié d’un test de NMS pour troubles de la vidange après chirurgie de l’endométriose ont été incluses. L’évaluation préopératoire systématique comprenait, outre les caractéristiques démographiques: calendrier mictionnel, bilan urodynamique, évaluation du résidu par auto-sondage après miction. Les critères d’implantation du boîtier étaient définis en préopératoire, par une baisse du résidu de plus de 50 %, et une augmentation du volume mictionnel de plus de 50 %. Toutes les implantations (test et boîtier) étaient réalisées sous anesthésie générale. La durée prévue de la phase test était de 15jours.

Résultats

Seize patientes ont été prises en charge par test de NMS pour trouble de vidange apparu après chirurgie de l’endométriose. Toutes les patientes avaient un trouble de vidange, dont huit étaient aux auto-sondages (AS). Cinq patientes présentaient une hyperactivité vésicale associée. La contractilité vésicale était altérée chez 10/16 patientes au bilan urodynamique. Une patiente n’a présenté aucune réponse motrice à la stimulation en peropératoire (pas d’implantation de l’électrode test). Deux cas d’explantation pour infection de l’électrode test ont été répertoriés. Treize patientes ont été implantées par un boîtier InterStim 2. Après un suivi médian de 14 mois, 10 patientes étaient traitées uniquement par NMS avec un résultat satisfaisant et 3 patientes ont été sevrées des AS. Une seule patiente avait été réopérée pour des douleurs locales liées au boîtier.

Conclusion

Cette étude rapportait les Résultats de la plus grande série de la littérature de patientes traitées par NMS après chirurgie de l’endométriose. La NMS a été un traitement efficace pour 2/3 des patientes permettant un sevrage des auto-sondages dans un tiers de cas. Ce taux de succès offre une perspective intéressante à ces patientes jeunes aux options thérapeutiques limitées.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.