Évaluation de la réponse à la chimiothérapie néoadjuvante et des complications postopératoires après cystectomie dans le cancer urothélial de vessie

25 novembre 2016

Auteurs : A. Gryn, E. Xylinas, T. Benoit, N. Barry Delongchamps, J. Anract, J. Beauval, T. Brierre, X. Game, P. Rischmann, B. Malavaud, M. Thoulouzan, E. Huyghe, M. Soulié, M. Roumiguie
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 674
Objectifs

La chimiothérapie néoadjuvante à la cystectomie totale (CysT) fait partie des recommandations françaises et européennes. Cependant, celle-ci n’est pas encore réalisée systématiquement en pratique quotidienne notamment en raison d’une perception de chirurgie plus morbide après chimiothérapie. D’où l’étude des complications postopératoires et de la réponse oncologique de la chimiothérapie néoadjuvante des tumeurs de vessie infiltrant le muscle.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective mulitcentrique (2 CHU) entre janvier 2010 et juillet 2015. Parmi les 203 patients ayant eu une CysT pour carcinome urothélial de vessie 95 (46,8 %) avaient reçu une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA). La classification de Clavien a été utilisée comme critère de jugement principal pour les complications postopératoires. La réponse à la chimiothérapie néoadjuvante était définie par un stade ypT<2.

Résultats

L’âge moyen des patients était de 68,2ans (68,1 groupe CTNA vs 68,8 groupe chimio-naïf p =ns). Il n’y avait pas de différence significative de complications postopératoires ≥ Clavien 2 : 46,3 % dans le groupe chimiothérapie versus 54,6 % dans le groupe chimio-naïf (p =0,23). Pour les complications sévères (Clavien>2), aucune différence n’était retrouvé entre les 2 groupes (p =0,19). Un patient est décédé dans le groupe CTNA versus 3 dans le groupe chimio-naïf. Dans le groupe CTNA, 56,8 % des patients étaient répondeurs et 43,2 % étaient non-répondeurs ; 35,8 % des patients du groupe CTNA étaient ypT0N0 sur la pièce de CysT.

Conclusion

La chimiothérapie néoadjuvante semble être sûre et n’augmente pas le risque de complications postopératoires. En revanche la réponse oncologique à la chimiothérapie néoadjuvante paraît être très hétérogène. Cela doit nous encourager à poursuivre des études prospectives afin de mieux sélectionner les patients éligibles à une chimiothérapie néoadjuvante avant CysT.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.