Évaluation de la prise en charge thérapeutique de première ligne des symptômes du bas appareil urinaire liés à une hyperplasie bénigne de la prostate (SBAU/HBP). Résultats d’une analyse intermédiaire

25 novembre 2019

Auteurs : Q. Chalret du Rieu, Y. Chalem, C. Castagne, S. Abbadie, D. Authie, A. De la Taille
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 711-712
Objectifs

Menée chez des médecins généralistes (MG), l’objectif de l’étude est l’évaluation en pratique courante de l’efficacité/tolérance des traitements de première intention des symptômes modérés et sévères du bas appareil urinaire liés à une HBP. La satisfaction et la perception du patient sont également considérées.

Méthodes

Une étude française, longitudinale, prospective sur 6 mois (3 visites) a inclus des patients (≥40 ans, IPSS ≥12) pour lesquels un traitement alpha bloquant (AB) ou extraits de plantes (EP) est initié en monothérapie en 1re ligne. Chaque MG a inclus 2 patients sous AB, 2 sous EP. Le critère principal est le pourcentage de patients avec une diminution du score IPSS ≥3 points à 6 mois; les critères secondaires: le pourcentage de patients avec une amélioration du score IPSS ≥5 ou ≥30 %, la qualité de vie, la satisfaction globale, l’évolution ressentie par le patient et la tolérance.

Résultats

Deux cent dix-sept MG ont inclus 835 patients, traités par AB (47,3/24,5/22,6/5,4/0,3 % de silodosine/tamsulosine/alfuzosine/doxazosine/terazosine respectivement) ou EP (96,5/1,3 % d’extrait hexanique/CO2SC de Serenoa repens, 1,6 % Pygeum africanum). Les résultats d’une analyse intermédiaire (312 patients suivis à 3 mois, 65,9 ans, IPSS total 18,8) montrent une efficacité similaire des traitements AB et EP. Le score IPSS total a diminué de −7,0±4,5 sous AB et de −6,9±4,1 sous EP. Une amélioration ≥3 points était observée chez 85,8 % sous AB et 89,4 % sous EP respectivement. Le taux de patients ennuyés par leurs symptômes urinaires est passé de 91,9/85,1 % à 17,4/22,4 % dans les bras AB/EP respectivement. Parmi les patients sous AB/EP, 87,9/93,4 % rapportent être satisfaits de leur traitement. Au global, 26 patients (3,1 %) ont présenté au moins un évènement indésirable (4,0/2,1 % sous AB/EP).

Conclusion

Cette analyse intermédiaire confirme en pratique courante l’efficacité des traitements des SBAU liés à l’HBP de première intention aussi bien par AB que par EP. Les bénéfices des traitements, comparables entre AB et EP, semblent confortés par l’amélioration de la qualité de vie, la satisfaction des patients ainsi que leur profil de tolérance (en faveur des traitements EP).




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.