Evaluation clinique de la mesure de l'antigène spécifique de la prostate (PSA) sous sa forme libre sérique.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, HBP, PSA libre, dépistage
Auteurs : Chautard D, Daver A, Dali B, Dardari J, Debras B, Colls P, Soret JY
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 368-373
INTRODUCTION : Le taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA) représente l'ensemble du PSA sérique immuno-réactif, qu'il soit libre ou lié à l'alpha-1-antichymotrypsine. Le dosage séparé du PSA libre a mis en évidence un rapport PSA libre/PSA total plus élevé dans les cas d'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) que dans les cas de cancer. BUTS : Evaluer cliniquement la valeur du dosage du PSA libre par rapport au PSA total. METHODES : Nous avons dosé rétrospectivement le PSA libre dans le sérum de 64 cancers de prostate localisés avant prostatectomie radicale, 90 HBP avant résection transurétrale et 59 témoins sains.
RESULTATS : Dans la population de cancers localisés, le rapport PSA libre/PSA total varie en proportion inverse du score de Gleason et du stade. Dans la population d'adénome, le rapport PSA libre/PSA total est indépendant du poids de résection. Enfin, nous confirmons par la comparaison des valeurs moyennes des 3 populations et la comparaison des courbes ROC (Receiver Operating Characteristic) la supériorité du rapport PSA libre/PSA total sur le PSA total dans la détection du cancer de prostate. Ces résultats, établis à partir d'une population constituée rétrospectivement restent à confirmer par des études épidémiologiques prospectives.
CONCLUSION : En pratique urologique courante, nous proposons que le dosage du PSA libre soit réalisé chez tout homme dont le taux de PSA se situe entre 4 et 10 ng/ml avec une prostate normale au toucher rectal et de pratiquer des biopsies de prostate si le rapport PSA libre/PSA total est inférieur à 20%