Etude par biopsie extemporanée de l'urètre sous-apexien au cours de la prostatectomie pour cancer.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, prostatectomie radicale, Anatomopathologie
Auteurs : Ponthieu A, Delgrande J, Ivaldi A
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 250-256
BUT : Dépister au niveau de l'urètre sous-apexien toute propagation infra clinique par biopsie extemporanée (BE) au cours de la prostatectomie radicale (P.R.). METHODES : De Janvier 1989 à Décembre 1993, au cours de 130 P.R. pour tumeur cliniquement localisée, l'urètre sous-apexien a été systématiquement examiné en BE, de même que les ganglions, le Denonvilliers, le col vésical et toute structure péri-apexienne suspecte.
RESULTATS : La paroi urétrale contenait 6 fois des glandes prostatiques tumorales (5 %), 56 fois des glandes prostatiques normales (43%), 68 fois ne contenait aucune glande (52 %). Des recoupes ont été faites 62 fois (48 %) jusqu'à obtenir des biopsies urétrales dépourvues de toute glande. 3 des 6 patients dont l'urètre était envahi (U+) avaient une autre marge positive de voisinage, elle aussi recoupée. Les 6 patients U+ étaient classés 5 fois pT3N0M0 et 1 fois pT2 avec un PSA pré-opératoire moyen de 37 ng/ml pour un poids tumoral maximum de 14 g. 5 patients ont été irradiés (45 gray) en post-opératoire (45ème jour) de façon systématique. Avec un recul moyen de 36 mois (12-68) le PSA est à 3,2 ng/ml, 0,2 ng/ml et < 0,1 ng/ml (4 patients). Le PSA urinaire est 5 fois sur 6 indosable.
CONCLUSION : La marge urétrale - méconnue - mérite d'être étudiée au même titre que les autres marges de la pièce de prostatectomie. La BE permet de combler une partie des lacunes du bilan pré-opératoire et de dépister en cours d'intervention certains patients T2/pT3. La technique chirurgicale doit s'adapter aux lésions : aucun geste de conservation des nerfs érecteurs ou de respect de la zone sphinctérienne ne peut être fait sans l'assurance de leur intégrité.Il faut élargir l'èxérèse jusqu'à arriver en tissu sain, sinon renoncer à la prostatectomie.