Etude électrophorétique de la composition protéique de la sécrétion vésiculaire humaine

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, sperme, exploration fonctionnelle de la fertilité
Auteurs : Montagnon D
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 427-432
L'étude par SDS-PAGE et électrophorèse bidimensionnelle réductive du liquide ponctionné dans les vésicules séminales humaines montre que ce milieu renferme des protéines de hauts poids moléculaires (supérieurs à 150 kDa). Outre ces hauts poids moléculaires la sécrétion vésiculaire native est caractérisée par la présence d'une importante bande protéique de 47,4 kDa correspondant à la séminogéline décrite par Lilja. Les protéines de hauts poids moléculaires sont en fait des associations de trois types de sous-unités protéiques de 75-76, 63-64 et 47-48 kDa, qui représentent les éléments structuraux du coagulum, la séminogéleine étant l'une de ces sous-unités. La sécrétion vésiculaire est un milieu ne renfermant que très peu ou pas d'enzymes protéolytiques si bien que sa composition protéique reste stable même après une incubation de 24 heures.