Etude de l'anatomie urétrale et du plancher pelvien par IRM avec antenne de surface et antenne endorectale

25 novembre 2001

Mots clés : Urèthre, Plancher pelvien, vagin, IRM
Auteurs : NURENBERG P, FORTE TB, ZIMMERN PE
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 224-230
Objectifs:L'imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) pourrait avoir un rôle majeur dans l'évaluation des pathologies du plancher pelvien de la femme. Cette étude rétrospective a eu pour but de mesurer chez la femme les paramètres normaux de l'anatomie uréthrale et du plancher pelvien . Patients et Méthodes:20 patientes âgées de 27 à 82 ans, explorées par IRM (antenne de surface et/ou antenne endorectale) pour cancer du col utérin de stade 1B au maximum ont participé à cette étude. Aucune patiente n'avait de trouble mictionnel, de prolapsus, d'antécédent d'irradiation pelvienne ou de chirurgie urétrale ou vésicale. L'analyse a porté sur les coupes réalisées dans les plans axial et sagittal. Plusieurs mesures incluant les dimensions urétrales et l'évaluation de la capacité vésicale ont été réalisées de manière indépendantes par deux radiologues et analysées de manière statistique. Résultats:Concernant l'étude des dimensions urétrales, nous avons trouvé une très forte corrélation inter-examinateur (intervalle de confiance 95%). La seule différence significative entre deux examinateurs a concerné l'étude du ligament pubo-vésical droit. Il existe une forte corrélation entre les images obtenues soit par antenne de surface soit par antenne endorectale en dehors de l'étude du ligament transverse de l'urèthre. Le degré de réplétion vésicale n'a pas eu d'impact sur les différentes mesures effectuées. Il existe une corrélation inverse entre l'âge des patientes et la mesure du volume urétral mesuré par l'antenne endorectale (p<0,05) et enfin il existe une corrélation entre le volume urétral et l'état hormonal des patientes (p<0,05). Conclusion:L'étude de l'anatomie urétrale, que ce soit par antenne de surface ou par antenne endorectale, est reproductible. Le degré de réplétion vésicale n'ayant pas d'interférence avec l'analyse des différents paramètres anatomiques du pelvis, il n'est pas nécessaire de standardiser le volume vésical pour analyser les images. Il existe une corrélation entre le volume urétral, l'âge des patientes et leur état hormonal, cependant une étude plus importante serait nécessaire pour confirmer ces données.