Étude de la corrélation entre le taux préopératoire de testostérone et les caractéristiques anatomopathologiques des pièces de prostatectomie radicale

25 novembre 2013

Auteurs : P. Léon, S. Drouin, S. Larré, C. Champy, J. Casenave, J. Lasselin, M. Bitker, O. Cussenot, C. Vaessen, E. Chartier-Kastler, M. Rouprêt
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1022




 

Objectifs .- Le but de cette étude était de déterminer s'il existait un lien entre le taux de testostérone préopératoire et les caractéristiques anatomopathologiques obtenues sur la pièce opératoire de prostatectomie radicale.


Méthodes .- Une étude prospective, monocentrique, a été menée entre 2010 et 2013 chez les patients opérés d'un cancer de la prostate (CaP) par prostatectomie totale. Les taux de testostérone totale, libre et biodisponible étaient dosés le matin de l'intervention. Les données suivantes ont été relevée : indice de masse corporelle (IMC), score de gleason sur la pièce opératoire, poids de la prostate, stade, taille et la localisation des foyers index et annexe, multifocalité.


Résultats .- Au total, 314 patients ont été inclus dont l'âge médian était de 66ans et le PSA médian était 5,05ng/mL. Une hypotestostéronémie (testostérone totale<3ng/mL) a été observée chez 41 patients (13 %). Les taux moyens de testostérone totale, libre et biodisponible étaient respectivement de 4,6ng/mL, 94,2pg/mL et 1,9ng/mL. Le PSA était plus élevé lorsque la testostérone totale était inférieure à 3ng/mL mais de façon non significative (8,5 vs 9,6 ; p =ns). La testostérone totale était moins élevée dans les cancers les plus agressifs c'est à dire les scores de Gleason 8-9-10 et/ou stade pT3 mais de façon non significative. En revanche ces cancers avaient des taux de testostérone libre (89,8 vs 97,1pg/mL, p =0,04) et biodisponible (1,83 vs 1,97ng/mL, p =0,04) significativement moins élevés que pour les autres patients.


Conclusion .- Seuls les faibles taux de testostérone libre et biodisponibles étaient liés à l'agressivité du CaP sur la pièce opératoire de façon significative. Ces dosages sont moins facilement accessibles en pratique quotidienne que celui de la testostérone totale et risque de limiter leur utilisation dans la stratification pronostique des CaP.




Haut de page



© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.