Étude de la composition des calculs urinaires en fonction de l'âge dans la population du centre tunisien

25 novembre 2012

Auteurs : A. Alaya, I. Hellara, M. Belgith, A. Nouri, W. Hellara, F. Neffati, H. Saad, M.F. Najjar
Référence : Prog Urol, 2012, 15, 22, 938-944




 




Introduction


Reflet des conditions sanitaires, des habitudes alimentaires et du niveau de vie des populations, la lithiase a évolué sans cesse tant du point de vue de ses caractéristiques épidémiologiques que de ses facteurs étiologiques [1]. Cette évolution c’est traduite par une élévation de sa fréquence et une progression des lithiases rénales oxalocalciques, qui représentent aujourd’hui entre 60 et 80 % des calculs urinaires [2].


Quelques données épidémiologiques ont suggéré une modification des caractéristiques épidémiologiques de cette pathologie avec l’âge. D’aprés Daudon et al. [3], la fréquence des calculs calciques a diminué avec l’âge au profit des calculs d’acide urique. Leur incidence, qui ont représenté entre 6,06 et 23,1 % des calculs [3, 4, 5], augmente en effet progressivement avec l’âge, passant de 0,7 % entre 20 et 30ans à plus de 44 % au-delà de 80ans [6, 7]. Cette modification est généralement l’expression de troubles nutritionnels et/ou de modifications métaboliques liés au vieillissement cellulaire [8].


En Tunisie, les études étudiant l’évolution de la composition des calculs en fonction de l’âge ont été rares [9]. Dans le but de réaliser une étude représentative pouvant refléter ces changements, nous nous sommes intéressés à l’étude des calculs pour suivre les changements de leurs caractéristiques avec l’âge et le sexe et pour comparer leur composition à celles des grandes séries rapportées chez nos voisins et dans d’autres pays occidentaux.


Patients et méthodes


Cette étude rétrospective a été réalisée entre 2001 et 2010, dans les services d’urologie et de chirurgie pédiatrique du CHU de Monastir. Durant cette période, 1200 dossiers (729 de sexe masculin et 471 de sexe féminin) ont été analysés. Pour chaque patient, l’âge, les circonstances de découverte, la localisation et le nombre de lithiases ont été précisés. Les calculs ont été soumis à un typage morpho-constitutionnel à l’aide d’un stéréomicroscope, suivi d’une analyse de la composition chimique séquentielle, du noyau à la surface, à l’aide d’un spectrophotomètre infrarouge à transformée de Fourier (modèle IFS25 Bruker SA, Wissembourg, France).


L’analyse statistique de ces données a été réalisée à l’aide du logiciel SPSS 11.0 for Windows. Nous avons utilisé le test Khi22) pour la comparaison des pourcentages.


Résultats


Répartition selon l’âge et le sexe


Les calculs ont été collectés de 946 adultes (78,8 %) et 254 enfants. Les patients ont été de sexe masculin dans 729 cas (60,7 %) et d’âge moyen de 47,4ans (extrêmes : 6 mois–92ans) et de sexe féminin dans 471 cas (39,3 %) et d’âge moyen 47,7ans (extrêmes : 8 mois–90ans). Le rapport hommes/femmes (H/F) global a été égal à 1,5 (Tableau 1). La prise en compte de l’âge des patients a montré un net pic de fréquence des calculs dans la tranche d’âge 40–69ans. Ce rapport est resté plus élevé chez les adultes (H/F=4) et les sujets âgés (H/F=2,37) porteur de lithiase vésicale.


Localisation et récupération des calculs


L’analyse des différents modes d’extraction des calculs a montré que la chirurgie classique reste le moyen le plus fréquent puisqu’elle a été réalisée 83,3 % des cas contre 12,7 % de traitement par lithotritie extracorporelle, 2,3 % d’expulsion spontanée et 1,8 % d’endoscopie.


La Figure 1 a montré que la localisation rénale des calculs été fréquente dans les deux sexes et a été noté dans 48,6 % des prélèvements. Les calculs du haut appareil ont été plus fréquents que les calculs vésicaux (p <0,001), tout particulièrement chez les jeunes adultes. La localisation vésicale des calculs a été peu fréquente chez les patients de sexe féminin (13,4 %). En revanche, elle a représenté 21,0 % des calculs d’origine masculine avec une distribution très différente selon l’âge des patients (Figure 2).


Figure 1
Figure 1. 

Variation de la localisation des calculs urinaires en fonction de l’âge (n =1200).




Figure 2
Figure 2. 

Variation de la localisation des lithiases urinaires en fonction de l’âge et du sexe (n =1200).




Elle a été plus fréquente chez les garçons (33,1 %) et les hommes âgés (27,4 %) que chez les jeunes adultes (3,7 % ; p <0,001) et adultes (15,3 % ; p <0,05) de sexe masculin.


Composition des calculs


L’étude de la composition des calculs a montré que les calculs été purs (présence du composé à un taux supérieur à 90–95 % du calcul) dans 63,4 % des cas. La répartition des constituants majoritaires des calculs en fonction de l’âge a été donnée dans le Tableau 2. L’oxalate de calcium a été le composé principal dans 60,4 % des cas, avec une prédominance absolue chez les patients avant 60ans. Sa forme monohydratée (whewellite) a prédominé chez les patients de sexe féminin uniquement chez les enfants et les jeunes adultes (Figure 3).


Figure 3
Figure 3. 

Fréquence (%) des constituants majoritaires en fonction du sexe et de l’âge des patients. M : masculin ; F : féminin.




La fréquence de l’acide urique a augmenté fortement avec l’âge chez les deux sexes où il devient le constituant majoritaire de 35,6 % des calculs après 60ans.


La struvite a été observé dans 3,2 % des cas où elle a été prédominante chez les enfants de sexe masculin (p <0,05) (15,1 % versus 2,9 % chez les filles).


Le noyau a été clairement identifié dans 321 cas (25,3 %). Comme le montre le Tableau 3, le constituant majoritaire le plus fréquent dans le noyau a été la whewellite (39,6 %).


Les phosphates de calcium a été majoritaires dans le noyau de 25,8 % des calculs. L’examen des phases cristallines a montré que la carbapatite été l’espèce la plus fréquente (21,5 %), retrouvée beaucoup plus chez les femmes que chez les hommes (p <0,05).


Une partie des calculs nucléés sur phosphate de calcium correspondent à des calculs d’oxalate de calcium formés directement au niveau de la papille rénale sur une plaque de Randall. Dans notre série, 54 calculs, soit 4,5 % ont eu cette caractéristique (Figure 4). Inversement, la struvite a été rarement observée dans les noyaux des calculs et a été noté dans seulement 4,7 % des cas. L’acide urique a été observé dans les noyaux (13 %). Sa forme anhydre a été plus fréquente chez les hommes âgés (39,4 %) que chez les autres groupes d’âge (p <0,001) (Tableau 4).


Figure 4
Figure 4. 

Processus lithogène particulier : la plaque de Randall.




Récidive


Au total, 22,5 % des patients entre 20 et 59ans avaient récidivé leur lithiase, cette fréquence a été plus élevée chez les sujets âgés de plus de 60ans (34,9 %). L’intervalle moyen entre deux épisodes lithiasiques a été compris entre 6,5 et 8,3ans.


Discussion


La prédominance masculine de la lithiase urinaire reste toujours d’actualité en Tunisie même si elle a été moins marquée que celles observées dans d’autres pays du pourtour méditerranéen. En effet le sex-ratio H/F=1,4 de notre série a été inférieur non seulement à celui observé au Maroc (H/F=2,10) [10] et en Algérie (H/F=2,24) [11], mais également à ceux de la France (H/F=2,27) [12, 13]. Cependant, il reste comparable à celui rapporté en Espagne (H/F=1,26) [14]. Ce rapport a été relativement plus élevé chez les adultes et les sujets âgés qui ont la particularité de présenter des calculs de la vessie.


En Europe, les calculs urinaires ont été principalement situés dans le haut appareil urinaire, et la proportion de calculs vésicaux ne dépasse pas 10 % [15]. Certaines études ont rapporté une fréquence assez élevée des lithiases vésicales chez les personnes âgées [8], mais pas dans d’autres [15]. Selon Daudon [8], 40 % des patients ont été des hommes de plus de 80ans. Dans notre étude, la lithiase vésicale a été observée dans 17,9 % des cas et les enfants et les sujets âgés ont été les plus touchées. L’hypertrophie de la prostate, considérée comme une cause fréquente d’obstruction de la vessie, pourrait être une explication possible [8].


D’après les résultats des grandes séries de calculs analysés dans divers pays du monde, l’oxalate de calcium a apparu clairement comme le composant majoritaire le plus fréquent, puisqu’il a été observé plus de 67 % des calculs [11, 12, 5]. En Tunisie, depuis la fin des années 1980, nous avons noté une progression des calculs oxalocalciques [16], qui ont été observé dans 59,9 % des cas. Ces résultats ont été comparables non seulement à ceux rapportés dans les régions du Nord Tunisien [17], mais également à ceux observés dans des pays développés comme la France (65,2 %) [18] et l’Espagne [19] et dans des pays émergeant comme l’Algérie (67 %) [11], le Maroc (58,5 %) [10] et la Chine (67,39 %) [5].


Daudon et al. [18], en utilisant une approche multi-variée basée sur l’analyse factorielle des correspondances, ont confirmé la relation entre la composition des calculs urinaires et l’âge des patients. Toutefois, certaines variations géographiques ont été rapportées. En 1993, Baker et al. [20] ont rapporté qu’en Australie, le pic de fréquence des calculs d’oxalate de calcium a été observé entre 50 et 60ans. En Europe, ces calculs ont été plus fréquents entre 40 et 50ans [18, 19] et en Asie, entre 30 et 50ans [5]. Dans notre étude, nous avons constaté un pic de fréquence des calculs d’oxalate de calcium entre 17 et 39ans, ce qui est comparable aux données observées chez nos voisins Algériens [11].


La whewellite reste la phase cristalline la plus fréquente (51,8 %) alors que la weddellite n’a été noté que dans 8,6 % des cas. Ces fréquences sont identiques à celles observées au Maroc [10], en Algérie [11] et à celles décrites en Chine [5], mais différent de celles indiquées par l’étude française [18] (39,5 %).


La weddellite a apparu plutôt chez les femmes que chez les hommes et sa fréquence a diminué après 60ans ce qui pourrait être lié aux changements dans le métabolisme du calcium durant la ménopause [12, 19]. D’après Abrams et al. [21], une carence en vitamine D et une diminution de la capacité à absorber le calcium alimentaire ont été plus observés chez les personnes âgées, cela pourrait expliquer, en partie, la diminution de la fréquence de la weddellite et de la whewellite dans cette classe d’âge.


Les calculs d’acide urique ont été observés dans 21,6 % des cas, ce qui est comparable aux données marocaines (18 %) [10], mais nettement plus élevé de celles rapportées en Algérie (8,8 %) [11] et en France (6,9–10,7 %) [12, 18]. Comme cela a déjà été rapporté par d’autres équipes [11, 12, 18, 19, 5], nos données ont montré une nette augmentation de calculs d’acide urique en fonction de l’âge chez les deux sexes (r=0,96). Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour expliquer cette élévation, notamment une altération progressive de l’ammoniogenèse rénale chez les sujets âgés, qui s’accompagne d’une baisse du pH urinaire favorable au développement de ce genre de calculs [8, 15]. Cependant, d’autres facteurs de risques devraient être étudiés afin d’expliquer ce type de calcul, indépendamment de l’âge, notamment le diabète, l’obésité et l’hypertension artérielle. En effet, chez ces patients une composition particulière a été notée, caractérisée par une augmentation considérable de la lithiase urique et la réduction significative de la proportion des calculs de weddellite. Ont sais aujourd’hui que les facteurs environnementaux, dont l’excès alimentaire, sont fortement impliqués dans le développement de ces pathologies [1].


Conclusion


L’oxalate de calcium a été le composant le plus fréquent dans tous les groupes d’âge, même si sa fréquence a diminué chez les sujets âgés. Comme il a été signalé par d’autres études, les calculs d’acide urique augmentaient en fonction de l’âge et les infections urinaires ont été peu fréquentes chez les adultes. Les caractéristiques physico-chimiques de la lithiase urinaire dans le centre tunisien ont rejoint celles rapportées dans les pays industrialisés. Cependant, une analyse complète des données épidémiologiques seraient essentielle pour mieux évaluer les évolutions de la maladie lithiasique et ses relations avec les pathologies ou les facteurs de risque impliqués dans son développement.


Déclaration d’intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article.



 Niveau de preuve : 5.





Tableau 1 - Répartition du nombre de calculs urinaires en fonction de l’âge et du sexe des patients.
Groupes d’âge  Âge (ans)  Nombre  Masculins  Féminins  Sex-ratio H/F 
Enfants  0–16  254  21,2  154  21,1  100  21,2  1,5 
 
Jeune adultes  17–19  10  0,8  0,4  1,5  1,3 
  20–29  83  6,9  52  7,1  31  6,6  1,3 
  30–39  96  8,0  53  7,3  43  9,1  1,3 
 
Adultes  40–49  197  16,4  123  16,9  74  15,7  1,7 
  50–59  197  16,4  125  17,1  72  15,3  1,7 
 
Sujets âgés  60–69  155  12,9  92  12,6  63  13,4  1,5 
  70–79  136  11,3  86  11,8  50  10,6  1,5 
  ≥80  72  6,0  41  5,6  31  6,6  1,5 
 
Total    1200  100  729  100  471  100  1,5 





Tableau 2 - Distribution du constituant majoritaire des calculs en fonction de l’âge des patients (n =1200).
Constituant majoritaire  Enfants (0–16ans) 
Jeunes adultes (17–39ans) 
Adultes (40–59ans) 
Sujets âgés (≥60ans) 
Total 
  Nombre  Nombre  Nombre  Nombre  Nombre 
Whewellite  118  47  116  61,4  215  54,6  173  47,7  622  51,8 
Acide urique anhydre  12  4,7  34  18,0  78  19,8  119  32,8  243  20,3 
Carbapatite  38  15  14  7,4  34  8,6  18  104  8,7 
Weddellite  18  7,1  16  8,5  43  10,9  26  7,2  103  8,6 
Urate acide d’ammonium  34  13  1,1  0,5  0,6  40  3,3 
Struvite  26  10  0,5  0,8  2,2  38  3,2 
Acide urique dihydraté  1,1  10  2,8  16  1,3 
Cystine  1,6  1,1  2,3  1,7  21  1,8 
Autres  1,6  1,1  1,5  0,3  13  1,2 
 
Total  254  100  189  100  394  100  363  100  1200  100 





Tableau 3 - Variation de la composition des noyaux des calculs en fonction du sexe (n =321).
Constituant majoritaire dans les noyaux  Masculins 
Féminins 
Total 
  Nombre  Nombre  Nombre 
Whewellite  85  43  42  34,7  127  39,6 
Acide urique anhydre  28  14  11  9,1  39  12,1 
Carbapatite  34  17  35  28,9  69  21,5 
Weddellite  15  7,5  11  9,1  26  8,2 
Struvite  11  5,5  3,3  15  4,7 
Urate acide d’ammonium  2,5  2,5  2,5 
Cystine  10  11  9,1  21  6,5 
Acide urique dihydraté  0,8  0,9 
Autres  10  2,5  13 
 
Total  200  100  121  100  321  100 





Tableau 4 - Variation de la composition des noyaux des calculs en fonction de l’âge (n =321).
Constituant majoritaire dans les noyaux  Enfants (0–16ans) 
Jeunes adultes (17–39ans) 
Adultes (40–59ans) 
Sujets âgés (≥60ans) 
  Nombre  Nombre  Nombre  Nombre 
Whewellite  35  36  70  72,2  10  16,7  12  18,2 
Carbapatite  19  19  10  10,3  25  41,7  15  22,7 
Acide urique anhydre  7,1  2,1  6,7  26  39,4 
Weddellite  13  13  8,2  8,3 
Cystine  4,1  2,1  15  9,1 
Struvite  10  10  6,1 
Urate acide d’ammonium  5,1  2,1  1,7 
Acide urique dihydraté 
Autres  4,1  2,1  10  1,5 
 
Total  98  100  97  100  60  100  66  100 




Références



Daudon M., Traxer O., Lechevallier E., Saussine C. Épidémiologie des lithiases urinaires Prog Urol 2008 ;  18 : 802-814 [inter-ref]
Fournier A., Bataille P. Monographie lithiase rénale : avant propos Rev Prat 1991 ;  21 : 2011-2012
Daudon M., Doré B. Cristallographie des calculs urinaires. Aspects néphrologiques et urologiques Encycl Med Chir (Elsevier, Paris), Néphrologie-Urologie 1999 ;  18-104-A-25 : 1-17
Curhan G.C., Willett W.C., Rimm E.B., Stampfer M.J. A prospective study of dietary calcium and other nutrients and the risk of symptomatic kidney stones N Engl J Med 1993 ;  328 : 833-838 [cross-ref]
Sun X., Shen L., Cong X., Zhu H., He L., Lu J. Infrared spectroscopic analysis of 5,248 urinary stones from Chinese patients presenting with the first stone episode Urol Res 2011 ;  39 (5) : 339-343 [cross-ref]
Rodmans J.S. Management of uric acid calculi in the elderly patients Geriatr Nephrol Urol 1991 ;  1 : 129-137
Shekarriz B., Stoller M.L. Uric acid nephrolithiasis: current concepts and controversies J Urol 2002 ;  168 : 1307-1314 [cross-ref]
Daudon M. Évolution de la composition et de la localisation des calculs chez le sujet âgé Feuillets Biol 2003 ;  251 : 51-54
Alaya A., Nouri A., Najjar M.F. Prévalence et composition de la lithiase urinaire dans une population pédiatrique tunisienne Prog Urol 2009 ;  19 : 395-400 [inter-ref]
Oussama A., Kzaiber F., Mernari B., Hilmi A., Semmoud A., Daudon M. Analyse des calculs urinaires de l’adulte dans le Moyen Atlas marocain par spectrophotométrie infrarouge à transformée de Fourier Prog Urol 2000 ;  10 : 404-410
Djelloul Z., Djelloul A., Bedjaoui A., Kaid-Omar Z., Attar A., Daudon M., et al. Lithiase urinaire dans l’Ouest algérien : étude de la composition de 1354 calculs urinaires en relation avec leur localisation anatomique, l’âge et le sexe des patients Prog Urol 2006 ;  16 : 328-335
Daudon M., Donsimoni R., Hennequin C., Fellahi S., Le Moel G., Paris M., et al. Sex- and age- related composition of 10617 calculi analysed by infrared spectroscopy Urol Res 1995 ;  23 : 319-326 [cross-ref]
Donsimoni R., Hennequin C., Fellahi S., Troupel S., Le Moel G., Paris M., et al. New aspects of urolithiasis in France Eur Urol 1997 ;  13 : 229-234
Alapont Perez F.M., Galvez Calderon J., Varea Herrero J., Colome Borros G., Olaso Oltra A., Sanchez Bisono J.R. Epidemiology of urinary lithiasis Actas Urol Esp 2001 ;  25 : 341-349
Neuzillet Y., Lechevallier E., Ballanger P., Ferriere J.M., Saussine C., Doré B., et al. Lithiase urinaire chez le sujet âgé de plus de 60ans Prog Urol 2004 ;  14 : 479-484
Alaya A., Nouri A., Najjar M.F. Pediatric urolithiasis in the central coast of Tunisia: epidemiologic changes over the past twenty-five years Saudi J Kidney Dis Transpl 2010 ;  21 : 762-771
Raja M., Ben Ammar S., Bahlous A., Bahri S., Ferchichi M., Zghal A., et al. Données épidémiologiques de la lithiase rénale chez l’adulte Tunis Med 2001 ;  79 : 15-19
Daudon M., Doré J.C., Jungers P., Lacour B. Changes in stone composition according to age and gender of patients: a multivariate epidemiological approach Urol Res 2004 ;  32 : 241-247
Costa-Bauzá A., Ramis M., Montesinos V., Conte A., Pizá P., Pieras E., et al. Type of renal calculi: variation with age and sex World J Urol 2007 ;  25 : 415-421
Baker P.W., Coyle P., Bais R., Rofe A.M. Influence of season, age, and sex on renal stone formation in South Australia Med J Aust 1993 ;  159 : 390-392
Abrams S.A. Calcium turnover and nutrition through the life cycle Proc Nutr Soc 2001 ;  60 : 283-289






© 2012 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.