Est-il possible d'identifier la voie d'abord chirurgicale après prostatectomie totale à ciel ouvert ou robot assistée à partir de la pièce anatomopathologique ?

25 novembre 2012

Auteurs : S.-J. Drouin, E. Compérat, J. Varinot, C. Vaessen, J. Parra, E. Chartier-kastler, M.-O. Bitker, M. Rouprêt
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 744-745




 



Objectifs.– Il existe plusieurs voies d’abord pour effectuer la prostatectomie totale dont les objectifs carcinologiques et fonctionnels restent identiques. Le but de ce travail était de savoir s’il était possible de distinguer les voies d’abord chirurgicales à partir de la pièce opératoire.


Méthodes.– Une étude prospective monocentrique a été effectuée dans notre centre où sont pratiquées la prostatectomie à ciel ouvert (PTO) et la prostatectomie par voie laparoscopique robot assistée (PTLR). Les pièces de prostatectomies totales effectuées par deux chirurgiens entre 2007 et 2010 ont été collectées prospectivement, puis revues par deux uro-anatomopathologistes (référents) qui devaient déterminer à l’aveugle, après analyse macro- et microscopique, la voie d’abord chirurgicale (PTO versus PRLR).


Résultat.– Au total, les pièces de 117 patients ont été incluses. Le PSA moyen était de 7,17ng/mL (2,4–16), le stade TNM clinique des patients était T1c (63 %) ou T2 (37 %). Le score de Gleason des biopsies était majoritairement 6 (68 %). Lors de l’IRM préopératoire, aucune lésion n’était évaluée comme un T3 radiologique. L’analyse des pièces ne montrait pas de différence entre les taux de marges, leur taille ou leur localisation selon la technique opératoire. Les deux anatomopathologistes ont pu significativement discriminer chacune des deux voies d’abord (PTO ou PTRL) (p <0,0001). Le premier anatomopathologiste avait une meilleure capacité de prédiction que le second (AUC 0,75, IC 95 % [0,67–0,83] vs AUC 0,68 IC 95 % [0,59–0,77]) (p =0,017). Toutefois, l’indice de concordance kappa entre les deux spécialistes était satisfaisant (0,76). En analyse univariée, les critères significativement associés avec la conclusion de l’anatomopathologiste étaient : l’intégrité de la pièce (p =0,02), l’épaisseur maximale de tissu péri-prostatique (p <0,0001) et l’intégrité d’au moins une bandelette vasculo-nerveuse (p <0,0001).


Conclusion.– Dans notre étude, il a été possible de déterminer la voie d’abord chirurgicale à partir de la seule analyse de la pièce opératoire de prostatectomie. Ces résultats sont troublants puisque ces deux interventions doivent permettre d’obtenir un résultat identique. Cela laisse à penser que l’on observera probablement des résultats carcinologiques différents à long terme entre PTO et PTRL même si aucune étude n’a réussi à le démontrer à ce jour.






© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.