Eficacité et tolérance de la leuproréline à libération prolongée sur 3 mois dans le traitement du cancer prostatique métastasé (Etude comparative, randomisée, multicentrique)

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, Hormonothérapie, agoniste de la LHRH
Auteurs : Zerbib M, Lucas C, Leblanc V
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 246-253
OBJECTIF DE L'ETUDE : Etablir l'équivalence pharmacodynamique et de tolérance entre 2 formes à libération prolongée de leuproréline, 11,25 mg et 3,75 mg, dans l'adénocarcinome prostatique métastasé. METHODES : 44 patients ont reçu des injections sous-cutanées de leuproréline pendant 9 mois (randomisation: 2/1): soit 11,25 mg trimestriellement (n=29), soit 3,75 mg mensuellement (n=15). Critère principal: testostéronémie (T), dosage mensuel centralisé.
RESULTATS : Il y a équivalence entre les 2 formes pour la testostéronémie moyenne (p = 0,002): 1M: T = 0,19 ± 0,03 ng/ml / 3M : T = 0,27 ± 0,04 ng/ml. L'analyse exploratoire ne montre aucune différence significative entre les groupes pour le nombre de patients castrés lors des visites, ni pour le nombre de patients dont toutes les valeurs de T sont ? 0,5ng/ml, ni pour les réponses cliniques ou la tolérance.
CONCLUSION : Les 2 formes ont une efficacité et une tolérance comparables.