Effets de la cure de diurèse sur l'expulsabilité spontanée des calculs urinaires, le pH urinaire et la cristallurie des patients lithiasiques

01 décembre 2001

Mots clés : Cristallurie, pH, Calculs urinaires, expulsion spontanée, Récidive, diurèse
Auteurs : KAID-OMAR Z, BELOUATEK A, DRIOUCH A, TALEB-BENDIAB H, LACOUR B, ADDOU A, DAUDON M
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 450-457
Objectif:La cure de diurèse est reconnue aujourd'hui comme une mesure de prévention de la lithiase et de sa récidive. Cependant, ses conséquences sur le risque cristallogène et sur l'expulsion spontanée des calculs ont fait l'objet de très peu de travaux. Cette étude a été entreprise pour apprécier les effets d'une cure de diurèse de 3 litres par jour sur la cristallurie et l'élimination des calculs in situ ainsi que sur la récidive à moyen terme de la lithiase. Patients et Méthodes:L'étude porte sur 219 sujets vus en consultation d'urologie pour un premier calcul entre septembre 1996 et décembre 1999, répartis en deux groupes. Le groupe I comprend 129 sujets (68 hommes, 61 femmes) qui ont accepté de suivre pendant au moins 2 mois une cure de diurèse soutenue par des apports hydriques de 3 litres par jour et d'être surveillés par l'étude de la cristallurie. Le groupe II comprend 90 sujets (63 hommes, 27 femmes) qui ont refusé de suivre la cure de diurèse et de se soumettre aux études de cristallurie. Les patients du groupe I ont été suivis régulièrement par une étude sériée de la cristallurie dans les premières urines du réveil avant (2,95 prélèvements/patient) et pendant la cure de diurèse (2,84 prélèvements/patient). Les cristaux ont été recherchés en microscopie optique à polarisation. Le pH des urines a été mesuré sur chaque prélèvement. Les calculs expulsés ont été recueillis et analysés par spectrophotométrie infrarouge. Le groupe II constitue le groupe de référence pour l'étude de l'expulsion des calculs et de la récidive. Résultats:La cristallurie était positive dans 52,4% des urines examinées avant cure de diurèse et chutait à 22,9% des urines pendant la cure de diurèse (p < 10-6). Le pH moyen des urines augmentait, chez l'homme, de 5,73 ± 0,46 avant la cure à 6,09 ± 0,47 (p < 10-6) pendant celle-ci et de 5,8 ± 0,68 à 6,24 ± 0,66 chez la femme (p < 10-6). Dans tous les cas, l'espèce cristalline la plus fréquente était la weddellite. Pendant l'étude, 98 patients (76%) du groupe I ont expulsé un ou plusieurs calculs contre seulement 13 patients sur 90 (14,4%) du groupe II (p<10-6). Aucun patient du groupe I n'a récidivé pendant la période d'étude alors que 37,8% des patients du groupe II ont récidivé au moins une fois leur lithiase (p < 10-7). Conclusion:Une cure de diurèse régulièrement suivie est une mesure efficace pour faciliter l'expulsion spontanée des calculs de dimensions inférieures à 6 mm. Elle est aussi capable, par ses effets sur le pH urinaire, de réduire significativement la fréquence de la cristallurie et tout particulièrement la précipitation des espèces pH-dépendantes, contribuant ainsi à diminuer les processus de nucléation hétérogène de l'oxalate de calcium.