Effet d'un cathéter urétral 6 Charrière sur la débitmétrie chez l'homme porteur d'une hypertrophie bénigne de la prostate.

16 juillet 2001

Mots clés : Urodynamique, HBP, débitmétrie, sonde, obstruction sous vésicale
Auteurs : Hermieu JF, Ravery V, Le Coent R, Delmas V, Boccon-Gibod L
Référence : Prog Urol, 1998, 8, 1035-1038
BUTS : Déterminer si la présence d'un cathéter 6 CH dans l'urètre modifie les paramètres de la débitmétrie dans une population d'hommes présentant un prostatisme.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 260 patients, âgés de 45 à 86 ans, consultant pour hypertrophie bénigne de la prostate, ont réalisé deux débitmétries, l'une urètre libre, l'autre avec un cathéter urétral 6 CH. Les patients présentant des antécédents de maladies neurologiques, de diabète, de cancer prostatique, de chirurgie du bas appareil urinaire ou prenant des drogues susceptibles de retentir sur la miction, ont été exclus de l'étude. Débit maximum (Q max) et volume uriné ont alors été comparés lors des 2 enregistrements. Les tests statistiques utilisés étaient le test non paramétrique de Wilcoxon.
RÉSULTATS : Il n'existait pas de différence significative entre les volumes urinés dans les 2 groupes (m : 207 ml contre m : 226 ml). Il existait, par contre, une différence très significative dans les mesures du débit maximum (m : 8,62 ml/s contre m : 6,97 ml/s p=0,0001).
CONCLUSION : La présence d'un cathéter urétral, même de petit calibre (6 CH), modifie le débit de plus de 1,5 ml/s. Cette donnée doit être prise en compte dans la réalisation et l'interprétation des mesures de la pression-débit chez l'homme.