Effet de l’arrêt cardiaque récupéré chez le donneur décédé de mort encéphalique sur la reprise de fonction du greffon rénal

05 novembre 2020

Auteurs : Q. Dubourg, E. Savoye, C. Legeai, S. Drouin, B. Barrou, P. Galichon
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 720
Objectifs

L’arrêt cardiaque récupéré (ACR) du donneur décédé de mort encéphalique (DDME) est responsable d’une ischémie rénale précédant le prélèvement et la transplantation, cependant l’ACR n’est pas associé à un pronostic fonctionnel défavorable des transplantations issues de DDME.

L’objectif de cette étude est d’identifier des facteurs de risque de reprise retardée de fonction (RRF) spécifiques aux DDME avec ACR.

Méthodes

Sur les 6266 transplantations à partir de DDME de la base de données CRISTAL entre 2015 et 2017, 1760 proviennent de DDME ayant présentés un ACR. Nous avons extrait les caractéristiques des donneurs et des receveurs à partir de CRISTAL, le délai entre l’ACR et le clampage aortique, la durée de low-flow et no-flow ont été codées en double lecture à partir des commentaires libres de la base.

Nous avons exclu les donneurs sous assistance circulatoire, les ACR multiples et les greffes préemptives chez les receveurs.

Nous avons étudié l’association des variables avec la RRF incluant la non-fonction primaire (NFP) chez les DDME avec ACR.

Résultats

Au total, 1475 greffes rénales issues de donneurs DDME avec ACR ont été incluses.

L’âge moyen des donneurs était de 49,9 ans, 56,7 % étaient des hommes. Les durées moyennes de no-flow et low-flow ont été 7,5minutes et 23,5minutes respectivement. Le délai moyen entre ACR et prélèvement était de 3,3jours. Le taux de RRF était de 31,7 %, dont 2,7 % de NFP.

En analyse univariée, il n’avait pas de différence significative entre les patients avec ou sans RRF sur la durée du low-flow et du no-flow .

Le délai entre l’ACR et le prélèvement chez les patients avec RRF était de 3,4jours contre 3,2jours chez les patients sans RRF (p =0,08) avec une distribution de cette variable différente en fonction du critère RRF dans notre population (Fig. 1).

Conclusion

Bien que la survenue d’un ACR ne constitue pas un sur-risque de RRF chez les DDME, des paramètres spécifiques à cette situation pourraient affecter la fonction du greffon. La durée de conditionnement du donneur entre ACR et prélèvement pourrait modifier le risque de RRF. Une analyse multivariée doit être effectuée pour préciser les facteurs de risque spécifiques à cette population.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Distribution des donneurs décédés de mort encéphalique (DDME) en fonction du délai entre arrêt cardiaque récupéré (ACR) et prélèvement. RRF : reprise retardée de fonction ; NFP : non-fonction primaire.





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.