Editorial - Après les niveaux de preuves, l'Impact Factor

22 octobre 2006

Mots clés : impact factor
Auteurs : Eric Lechevallier
Référence : Prog Urol, 2006, 16, 411-411
IMPACT FACTOR 2005 : 0,575

Après les niveaux de preuve, l'Impact Factor.

L'Impact Factor est un outil bibliométrique créé par l'Institute for Scientific Information (ISI) pour évaluer l'importance et la réputation d'une revue. Près de 6000 revues scientifiques et médicales (parmi plus de 8000) sont évaluées par cet indice. Il est calculé sur une période de 2 ans, par le rapport du nombre d'articles d'une revue cités durant cette période au nombre d'articles citables publiés dans le revue durant la même période. L'Impact Factor de Progrès en Urologie de 2005 est de 219 articles cités en 2003-2004 divisé par 381 articles publiés en 2003-2004 soit 0,575. D'une façon plus pratique près d'un article sur 2 publié dans Progrès en 2003-2004 a été cité en 2003-2004. L'ISI publie les Impact Factors au printemps de chaque année. La majorité des revues scientifiques et médicales ont un Impact Factor inférieur à 2. Seules quelques revues ont un Impact Factor supérieur à 10, un nombre restreint un Impact Factor supérieur à 20, et moins de 10 un Impact Factor supérieur à 30. Aucune revue d'uro-néphrologie n'existe dans le top 100, la 100ème revue ayant un Impact Factor de 9 et la 1ère un Impact Factor proche 50.

De nombreuses critiques existent pour cet Impact Factor, fenêtre de citation de 3 ans trop courte, seuls quelques articles font l'Impact Factor, mélange des disciplines...

Initialement, l'intérêt de l'Impact Factor était d'apprécier l'intensité de lecture, donc d'abonnements d'une revue. Mais depuis, Internet et les moteurs de recherche ont bouleversé l'Impact Factor. Il est devenu un but en soi d'une revue. Il apprécie les citations des articles d'une revue, qui ne sont pas forcément lus, et encore moins issus d'abonnements ! L'Impact Factor reflète actuellement plutôt la productivité des auteurs. Le but d'une revue est d'augmenter son Impact Factor. Dans la course à l'Impact Factor des revues, des biais sont apparus, limiter les articles publiés, auto-citations, favoriser les articles " généralistes ", les articles de revue, favoriser certains thèmes " à la mode "... Pour un auteur, l'Impact Factor participe à l'évaluation de la qualité de son épreuve de titre . Un Impact Factor élevé est donc attractif pour les auteurs et les articles de qualité. Le rôle du Comité éditorial est d'augmenter l'Impact Factor, mais au profit de la qualité de la revue, en évitant tous les biais. Progrès est dans cette logique grâce au précédent Comité Editorial (IF : 2004 : 0,399). Nous continuons cette tâche. Mais c'est la qualité d'une revue qui doit augmenter l'Impact Factor, et non pas l'Impact Factor qui doit augmenter la qualité de la revue.