Éditorial

25 mars 2019

Auteurs : A. Ruffion
Référence : Prog Urol, 2019, 3, 29, 133




 



J'ai eu la grande chance d'être pendant un peu plus de 6 ans rédacteur associé de Progrès en Urologie . Il est très important que notre revue se renouvelle et je suis donc heureux de céder ma place, même si c'est avec un petit pincement au cÅ“ur.


Je remercie Eric Lechevallier puis Franck Bruyère qui m'ont fait confiance pour cette tâche passionnante, et tous les relecteurs que j'ai harcelé durant cette période.


Durant ces années j'ai pu mesurer par ce biais la vitalité de notre communauté universitaire et mesurer la « montée en gamme » des travaux publiés. Progrès depuis de nombreuses années est une revue francophone de premier ordre. Le challenge de la maintenir en vie et de renforcer sa visibilité est une tâche ardue. Le comité éditorial et le conseil d'administration de l'AFU ont su accompagner les rédacteurs en chef dans des choix courageux. L'idée, par exemple de proposer des articles en langue anglaise, pour permettre la diffusion de travaux originaux a pu étonner. À titre personnel, je la trouve cohérente pour améliorer la visibilité, même si on peut regretter que les calculs parfois abscons de l'« impact factor » empêchent dans le même temps une publication en langue française qui aurait tout son sens pour ceux d'entre nous qui sont moins à l'aise en anglais.


Parallèlement à mes fonctions de rédacteur associé, j'ai eu là enfin l'honneur de pouvoir officier en tant que président du collège français des urologues. Dans ce cadre, j'ai été très heureux de constater que nos internes se voient proposer des travaux de plus en plus originaux et intéressants, dont de nombreux sont publiés dans notre journal. À ce titre, Progrès continue à incarner une revue proche de nos besoins cliniques, à la fois par la publication de nos « recommandations », mais aussi de travaux originaux.


En ce début d'année, j'adresse tous mes vÅ“ux au nouveau comité éditorial pour que la revue continue à porter haut les valeurs de l'urologie française.


Déclaration de liens d'intérêts


L'auteur déclare ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.