Éditorial

25 janvier 2018

Auteurs : G. Ploussard
Référence : Prog Urol, 2018, 1, 28, 1




 







C'est avec grand plaisir que j'ai accepté la proposition qui m'a été faite d'intégrer le comité éditorial de notre revue Progrès en Urologie .


Parmi la multitude de l'offre scientifique en urologie, Progrès en Urologie demeure au fil des ans, le journal principal de l'urologie francophone, une place loin d'être concurrencée, grâce au développement continu de sa politique éditoriale, à l'implication importante de tous les membres du comité éditorial et à la motivation des auteurs.


Lire Progrès en Urologie est un moment nécessaire de formation continue de l'urologue, permettant de confronter ses pratiques, challenger ses habitudes, découvrir les nouveautés à venir ou qui ont déjà modifié le quotidien, s'étonner de cas cliniques pas si différents de ceux déjà rencontrés. Les revues de la littérature et mises au points restent des lectures importantes pour approfondir ou mettre à niveau ses connaissances sur des sujets précis. Progrès en Urologie , c'est aussi le journal de notre congrès annuel, de son rapport, le journal des recommandations de notre société savante. Et une vitrine pour la recherche clinique en urologie.


Mon changement encore récent de pratique, avec une activité majoritairement libérale, n'a pas modifié ma vision positive de la publication scientifique et de l'intérêt de la recherche clinique. C'est grâce à elle, et aux journaux scientifiques qui la relayent et la diffusent, que la prise en charge au quotidien de nos patients s'améliore, que notre formation médicale et technique s'enrichit tout au long de notre exercice professionnel.


Je remercie donc sincèrement l'ensemble de l'équipe de Progrès en urologie de m'accueillir au sein du comité éditorial et suis ravi de m'impliquer au quotidien dans la valorisation des travaux de l'urologie francophone.


Déclaration de liens d'intérêts


L'auteur n'a pas précisé ses éventuels liens d'intérêts.






© 2017 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.