Éditorial

25 mai 2020

Auteurs : B. Peyronnet
Référence : Prog Urol, 2020, 6, 30, 299-300




 



Chers confrères, chères consÅ“urs,


En plein cÅ“ur d'une crise sanitaire d'une gravité sans précédent pour nos générations, j'espère avant tout que ce numéro de Progrès en urologie du mois de mai 2020 vous trouvera vous et vos proches en pleine santé.


L'épidémie en cours a profondément impacté nos pratiques et continuera de le faire, sans doute, pendant les mois à venir. Mais la recherche et la connaissance en Urologie n'ont pas arrêté leur progression durant l'épidémie. Le présent numéro est ainsi d'une richesse réjouissante.


Vous y trouverez d'abord un « practice-changing paper » de l'équipe du CHU de Strasbourg. Il est toujours plus difficile de rapporter ses expériences malheureuses que ses succès. Et pourtant, partager ses échecs est en général bien plus enrichissant pour la communauté. Mutelica et al doivent ainsi être félicités pour leur série rétrospective démontrant pour la première fois l'augmentation du risque d'érosion/infection du sphincter artificiel urinaire chez les patients pratiquant des autodilatations pour sténose de l'anastomose urétrovésicale [1]. Un argument supplémentaire pour abandonner cette pratique très populaire en France alors que les alternatives chirurgicales existent, ce que nous avons cherché à souligner dans l'éditorial qui accompagne l'article [2].


Les autres articles de ce numéro ne sont pas en reste. Vous découvrirez ainsi le premier cas français publié de « Scrotox », injection scrotale de toxine botulique a visée esthétique [3], les résultats d'une enquête sur la prise en charge de la dysfonction érectile par les urologues français [4], et d'une autre sur le dépistage du cancer de la prostate en France [5]. La revue systématique de la littérature sur la thermo-chimiothérapie par un groupe d'experts internationaux, quant à elle, nous rappelle le rayonnement international grandissant de notre revue [6].


En explorant toute la diversité de notre discipline et en présentant des travaux de qualité qui contribuent à faire évoluer notre spécialité, ce numéro de Progrès en Urologie est à l'image de ceux que nous espérons vous proposer dans les mois et les années à venir. La recherche française et francophone en urologie est d'un dynamisme rare et porteuse depuis des décennies d'innovations qui ont transformé notre spécialité. Progrès en Urologie continuera de s'efforcer à en être le meilleur moyen d'expression possible.


Bonne lecture à tous,


Déclaration de liens d'intérêts


Consultant pour Astellas, Pierre Fabre, Allergan, Boston Scientific, Medtronic



Références



Mutelica L., Tricard M., Severac T., Saussine F.C. Influence of urethral self-dilatation on the morbidity of the artificial urinary sphincter after endoscopic treatment of recurrent stenosis of the vesicourethral anastomosis Prog Urol 2020 ; [in press].
Freton L., Peyronnet B., Greenwell T., Morel-Journel N., Brucker B.M., Zhao L.C. Urethral stricture management in male candidates to artificial urinary sphincter: Is the best always the enemy of the good? Prog Urol 2020 ; [in press].
Ramelli E., Brault N., Tierny C., Atlan M., Cristofari S. Intrascrotal injection of botulinum toxin A, a male genital aesthetic demand: technique and limits Prog Urol 2020 ;
Gas J., Sleiman W., Borgogno C., et al. Evaluation of care given to patients suffering from erectile dysfunction by French urologists in 2018 Prog Urol 2020 ;
Morère J.F., Touboul C., Lhomel C., Rouprêt M. Prostate cancer screening in France: results from the EDIFICE surveys Prog Urol 2020 ;
Carando R., Pradere B., Afferi L., et al. The role of device-assisted therapies in the management of non-muscle invasive bladder cancer: a systematic review Prog Urol 2020 ;






© 2020 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.