Dysfonction uro-érectile : une nouvelle entité nosologique

25 juin 2012

Auteurs : M. Rouprêt
Référence : Prog Urol, 2012, 22, S27, suppl. S1




 

Si la prostate est au centre des préoccupations de l’homme vieillissant et de l’urologue qui le prend en charge, elle n’en a pas moins livré encore tous ses secrets à ce jour. Il semble aujourd’hui clairement établi que la présence de symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) est un facteur de risque indépendant de troubles sexuels chez l’homme âgé de 40 à 65 ans [1,2]. L’évaluation des SBAU chez les patients avec des troubles sexuels est donc cliniquement importante et pertinente. Par opposition, les conséquences sexuelles doivent être considérées systématiquement lors de la prise en charge de patients atteints de SBAU. Quelle est la nature du lien entre SBAU et dysfonction érectile (DE) in fine ? Existe-t-il une co-morbidité commune ou bien s’agit-il d’une pure coïncidence épidémiologique s’agissant de deux pathologies qui touchent une même population de patients ? Difficile de répondre, même si certaines pistes de raisonnement crédibles sont apparues dans la littérature. Il existe quatre mécanismes physiopathologiques qui permettraient d’expliquer la relation entre SBAU/HBP et DE et le défaut de relaxation des cellules musculaires lisses du bas appareil urinaire et des corps caverneux [3] :

l’altération de la voie de signalisation de NO/GMPc ;
l’activation de la voie de signalisation RhoA/Rho kinase ;
l’hyperactivité du système nerveux sympathique ;
l’athérosclérose pelvienne.


D’autres études sont absolument nécessaires pour mieux comprendre ces mécanismes et leur contribution respective.


Quoi qu’il en soit, ces éléments nous permettent déjà de revisiter les concepts d’HBP et de DE et de les envisager, pour la première fois, depuis une perspective commune. Ainsi, la dysfonction uro-érectile apparaît-elle dorénavant moins comme un concept théorique qu’une réalité que les urologues devront apprendre à gérer concrètement dans leur pratique quotidienne.



Déclarations d’intérêts


M. Rouprêt est membre d’un board Lilly.



Haut de page


Références



Glina S., Santana A.W., Azank F., Mello L.F., Moreira E.D. Lower urinary tract symptoms and erectile dysfunction are highly prevalent in ageing men BJU Int 2006 ;  97 : 763-765 [cross-ref]
Hoesl C.E., Woll E.M., Burkart M., Altwein J.E. Erectile Dysfunction (ED) is Prevalent, Bothersome and Underdiagnosed in Patients Consulting Urologists for Benign Prostatic Syndrome (BPS) Eur Urol 2005 ;  47 : 511-517 [cross-ref]
Gur S., Kadowitz P.J., Hellstrom W.J. Guide to drug therapy for lower urinary tract symptoms in patients with benign prostatic obstruction: implications for sexual dysfunction Drugs 2008 ;  68 : 209-229 [cross-ref]




Haut de page



© 2012 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.