Diminution des pressions urétrales après efforts de toux: concept de fatigabilité urétrale. Ses relations avec les forces actives de la continence

16 juillet 2001

Mots clés : physiologie vésico-sphinctérenne, incontinence urinaire, physio-pathologie
Auteurs : Amarenco G, Kerdraon J
Référence : Prog Urol, 1993, 3, 21-26
L'existence d'une fatigabilité urétrale à l'effort est démontrée par une étude sphinctérométrique réalisée chez 30 femmes. La comparaison des valeurs des pressions urétrales à l'état de base puis après 6 efforts de toux maximale, met en évidence une diminution moyenne de pression de 40% (extrême de 24,5% à 90%) chez 10 femmes parmi 18 atteintes d'incontinence à l'effort. Cette diminution de pression dure quelques secondes. L'analyse spectrale du tracé électromyographique du sphincter strié urétral à l'état de base puis après les efforts de toux confirme l'intervention de la musculature striée et péri-urétrale avec diminution quantitative importante de l'activité électrique sphinctérienne.Les conséquences clinique, physiopathologique, pronostique et thérapeutique de ce nouveau concept sont discutées.