Des dangers de l'urétéroscopie à l'étage lombaire : à propos de 4 cas d'avulsion de l'uretère

16 juillet 2001

Mots clés : Uretère, Urétéroscopie, complication iatrogène, lésion traumatique, avulsion
Auteurs : Martin X, Ndoye A, Konan PG, Feitosa Tajra LC, Gelet A, Dawahra M, Dubernard JM
Référence : Prog Urol, 1998, 8, 358-362
L'urétéroscopie est d'indication courante dans le traitement des lithiases de l'uretère pelvien. L'accès à l'uretère lombaire entraîne plus de complications: plaies, ruptures uretérales, hémorragies, ou lésions plus graves comme les avulsions de l'uretère. Nous présentons ici 4 cas d'avulsions. Il s'agissait de 4 hommes porteurs de lithiases de l'uretère lombaire traités par urétéroscopie, 2 d'entre eux après échec d'une lithotritie extracorporelle (LEC) in situ et d'une tentative de "flush" du calcul et les deux autres parce que la LEC n'était pas disponible. La lésion urétérale était liée à une sonde de Dormia dans 2 cas et à l'urétéroscope dans 2 cas. Le diagnostic et le traitement ont été immédiats chez 2 patients et tardifs chez les 2 autres. La réparation s'est faite par réimplantation urétérale sur lambeau de Boari (1 cas), par réimplantation sur vessie psoïque (1 cas), par urétéro-iléoplastie (1 cas) et par autotransplantation (1 cas). Les lésions urétérales empêchaient une urétéro-urétérostomie. La réimplantation urétérale sur vessie psoïque et/ou sur lambeau de Boari paraît être la méthode la plus simple, mais sa réalisation n'est pas toujours possible. En cas d'avulsion de la jonction pyélo-urétérale avec perte de substance importante, l'autotransplantation est une méthode de choix chez le sujet jeune. L'urétéro-iléoplastie semble réservée aux sujets âgés.