Dangers des analyses en sous-groupes et des tests multiples

01 novembre 2001

Mots clés : Statistiques, Méthodologie, analyses en sous-groupes, tests statistiques multiples, cancer de prostate, Hormonothérapie
Auteurs : GLEMAIN P
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 119-121
Les analyses en sous-groupes, les statistiques "a posteriori", les tests multiples, motivés par la recherche de covariables explicatives, sont fréquents dans la littérature médicale. Pourtant ces manipulations des données provoquent des modifications des groupes initiaux, une augmentation incontrôlable du risque alpha, une diminution de la puissance de l'étude et un risque de raisonnement circulaire. En prenant pour exemple un article concernant le traitement hormonal du cancer de la prostate, plusieurs situations seront abordées, selon qu'il s'agit d'une étude randomisée ou non, que la ou les covariables sont prévues dès le départ, que le résultat sur le critère principal est significatif ou non.