Conseils pour une utilisation avisée des réseaux sociaux par les médecins français en accord avec le serment d’Hippocrate

25 février 2015

Auteurs : M. Rouprêt, F. Bruyère, G. Karsenty, C. Ballereau, K. Bensalah, J. Guillotreau, A. de La Taille, V. Misraï
Référence : Prog Urol, 2015, 2, 25, 65-67




 




Introduction


L'utilisation des réseaux sociaux (social media ou SoMe) est devenue un phénomène planétaire mondial qui n'a pas épargné la médecine et encore moins l'urologie. Les SoMe ont démontré leur utilité en médecine, pour les échanges scientifiques internationaux, pour la dissémination des données scientifiques ou durant les conférences scientifiques.


Cependant, l'utilisation inappropriée des SoMe peut avoir des conséquences irréversibles et notamment en médecine. Certains utilisateurs confondent l'utilisation publique et privée de ces outils et mélangent ainsi la sphère de la vie privée et de la vie publique. Ceci n'est pas sans conséquence pour les médecins qui ont prêté le serment d'Hippocrate et doivent se conformer à certains principes d'éthique et de déontologie [1, 2, 3]. Il existe aujourd'hui des exemples nombreux de violations du secret professionnel « online » avec des conséquences dommageables pour le professionnel de santé concerné. Il ne faut pas oublier en effet que ce qui est « posté » sur les SoMe deviendra sur la toile irréversible et indélébile [2, 4, 5, 6, 7, 8]. Certaines sociétés savantes, journaux scientifiques, centre hospitalier ou groupe de réflexions ont déjà émis des recommandations pour l'utilisation avisée des SoMe en médecine. Les urologues sont aujourd'hui très actifs sur les SoMe dans le monde entier. Ce mouvement, encore discret en France, a vocation à se généraliser inéluctablement dans l'hexagone. Le but de cet article était d'émettre des conseils pour l'utilisation avisée des SoMe par les médecins français.


Matériels et méthodes


Groupe de travail


Des urologues hospitalo-universitaires et libéraux français, actifs sur les SoMe, se sont réunis pour effectuer ce travail avec l'aide méthodologique de ceux qui parmi eux étaient membres de comités scientifiques de l'AFU ou de l'EAU.


Analyse de la littérature scientifique référencée et niveau de preuve


Certains documents de référence ont été sélectionnés par une revue de la littérature pour prendre connaissance des conseils et recommandations existantes. Les données sur les conditions d'utilisation des SoMe ont été explorées dans Medline (www.ncbi.nlm.nih.gov/) et Embase (www.embase.com/) en utilisant les mots clés MeSH suivants ou une combinaison de ces mots clés : « network » ; « social media » ; « urology » ; « recommendation » ; « guidelines » ; « twitter » ; et « ethics ». Les articles obtenus ont ensuite été sélectionnés, lus et synthétisés par le groupe de travail en fonction de la combinaison des critères suivants : pertinence de la méthodologie, objectifs des recommandations, langue de publication (anglais/français), pertinence par rapport au sujet traité et date de publication. Chaque article sélectionné a été analysé selon les principes de lecture critique pour en apprécier la pertinence vis-à-vis de la situation française.


Cible professionnelle


Ces conseils s'adressent à chaque médecin français susceptible d'utiliser les SoMe, et tout particulièrement les chirurgiens urologues.


Objectifs


Établir des principes d'utilisation des SoMe pour l'urologue et les soignants afin d'éviter la publication d'éléments inappropriés en désaccord avec les codes d'éthique, de déontologie et dans le respect du secret professionnel.


Recommandations


Le groupe de travail s'est livré à une analyse scrupuleuse des données existantes dans les champs de l'urologie [9, 10, 11] et d'autres sociétés savantes [12, 13, 14, 15]. Le groupe de travail a considéré que les conseils ci-après étaient intéressants à prendre en considération :

lorsque vous communiquez en tant que médecin, identifiez-vous clairement sans utiliser de surnom ;
mentionnez clairement sur votre profil que vos messages n'engagent que vous et pas l'établissement dans lequel vous exercez ;
votre profil virtuel doit rester en accord avec les principes et les règles qui vous animent quotidiennement dans votre exercice médical et l'image de votre profession assermentée ;
veillez à établir une limite claire et professionnelle entre vous et vos patients ;
vous devez absolument veiller à préserver la confidentialité et l'anonymat de vos patients en permanence ;
ne postez pas de messages agressifs et soyez respectueux de ceux avec qui vous échangez ;
prenez en considération que ce que vous publiez online sera irréversible, indélébile et à la vue de tous ;
avant de communiquer en anglais, soyez certains de maîtriser tous les éléments de langage. Sinon communiquez plutôt en français ;
évitez la publicité abusive ou la promotion de votre pratique de la médecine ;
choisissez un SoMe pour l'utiliser à des fins professionnelles et un autre réseau pour votre vie privée.


Déclaration d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.



Références



George D.R., Green M.J. Beyond good and evil: exploring medical trainee use of social media Teach Learn Med 2012 ;  24 : 155-157 [cross-ref]
MacDonald J., Sohn S., Ellis P. Privacy, professionalism and Facebook: a dilemma for young doctors Med Educ 2010 ;  44 : 805-813 [cross-ref]
Mansfield S.J., Morrison S.G., Stephens H.O., Bonning M.A., Wang S.H., Withers A.H., et al. Social media and the medical profession Med J Aust 2011 ;  194 : 642-644
DeCamp M., Koenig T.W., Chisolm M.S. Social media and physicians' online identity crisis JAMA 2013 ;  310 : 581-582 [cross-ref]
Fuoco M., Leveridge M.J. Early adopters or laggards? Attitudes toward and use of social media among urologists BJU Int 2014 ; 10.1111/bju.12855
Gholami-Kordkheili F., Wild V., Strech D. The impact of social media on medical professionalism: a systematic qualitative review of challenges and opportunities J Med Internet Res 2013 ;  15 : e184
Greysen S.R., Chretien K.C., Kind T., Young A., Gross C.P. Physician violations of online professionalism and disciplinary actions: a national survey of state medical boards JAMA 2012 ;  307 : 1141-1142 [cross-ref]
Matta R., Doiron C., Leveridge M.J. The dramatic increase in social media in urology J Urol 2014 ;  192 : 494-498 [cross-ref]
Murphy D.G., Loeb S., Basto M.Y., Challacombe B., Trinh Q.D., Leveridge M., et al. Engaging responsibly with social media: the BJUI guidelines BJU Int 2014 ;  114 : 9-11 [cross-ref]
Roupret M., Morgan T.M., Bostrom P.J., Cooperberg M.R., Kutikov A., Linton K.D., et al. European association of urology (@Uroweb) recommendations on the appropriate use of social media Eur Urol 2014 ; 10.1016/j.eururo.2014.06.046
American Urological Association Social media best practices  :  (2013). social-media-bp.cfm
Royal College of General Practitionars Social media highway code  :  (2012). social-media
General Medical Council Doctors' use of social media  :  (2013). 10900.asp
American Society of Clinical Oncology Practical guidance: the use of social media in oncology practice  :  (2013). social-media
American college of physicians, The federation of state medical boards New recommendations offer physicians ethical guidance for preserving trust in patient-physician relationships and the profession when using social media  :  (2013). online_medical_professionalism.htm






© 2014 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.