Complications hémorragiques au cours de la néphrolithotomie percutanée. Etude rétrospective à partir de 772 cas.

16 juillet 2001

Mots clés : Calcul, néphrolithotomie percutanée, complication iatrogène, hémostase, Embolisation
Auteurs : Gremmo E, Ballanger P, Doré B, Aubert J
Référence : Prog Urol, 1999, 9, 460-463
BUTS : Evaluer les complications hémorragiques de la néphrolithotomie percutanée (NLPC), analyser leur prise en charge et rechercher des facteurs favorisants.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : Sur 772 NLPC, 18 patients (2,3%) ont présenté une hémorragie sévère nécessitant un geste d'hémostase. Le délai moyen d'apparition de l'hémorragie était de 18 jours (extrêmes 2-48 jours).
RÉSULTATS : 3 néphrectomies d'hémostase ont été réalisées au début de notre expérience. Une artériographie rénale a été effectuée chez 15 patients. 13 étaient anormales et ont mis en évidence : 3 fistules artério-veineuses; 8 faux anévrismes; 3 plaies d'artérioles. L'ensemble de ces anomalies vasculaires a été traité par embolisation hypersélective avec succès. Dans 2 cas, l'artériographie était normale avec une évolution spontanément favorable.La comparaison des 2 groupes NLPC avec hémorragie contre NLPC sans hémorragie n'a pas permis de mettre en évidence de facteurs de risque.
CONCLUSION : L'hémorragie sévère au décours de la NLPC est une complication rare mais impossible à prévoir. L'embolisation sélective permet son contrôle et doit actuellement être son traitement de choix.