Comparaison des résultats périopératoires de la cystectomie après chimiothérapie néoadjuvante en fonction de l’application d’un protocole de RAAC

05 novembre 2020

Auteurs : T. Dobé, Y. Belhadj, C. Michel, M. Djouadou, A. Bouchardi, C. Liron, C. Bento, A. Arégui, F. Meyer, F. Gaudez, P. Meria, F. Desgrandchamps, P. Mongiat-Artus, A. Masson-Lecomte
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 718
Objectifs

La prise en charge actuelle de référence de tumeurs de vessie infiltrant le muscle repose sur l’administration d’une chimiothérapie néoadjuvante suivie d’une cystectomie totale. L’implémentation d’un protocole de réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC) pourrait être réduire la morbidité périopératoire. L’objectif de l’étude était de comparer les résultats périopératoires de la cystectomie après chimiothérapie néoadjuvante en fonction de l’application d’un protocole de RAAC.

Méthodes

Tous les patients pris en charge par CNA et cystectomie pour une tumeur de vessie invasive du muscle dans un centre entre 2016 et 2020 ont été revus rétrospectivement. Le protocole de RAAC suivait les recommandations de l’AFU et a débuté en juin 2018. Les patients post-RAAC ont été inclus dans la base de données prospective GRACE audit. Les résultats périopératoires des patients pré- et post-RAAC ont été comparés (durée d’intervention, perte sanguine, transfusion, durée d’hospitalisation, complications selon Clavien–Dindo, résultats anatomopathologiques). Les analyses ont été réalisées avec le logiciel R studio.

Résultats

Au total, 79 patients ont été inclus, 50 patients pré-RAAC et 29 patients RAAC. L’âge médian était de 66 ans dans la population RAAC et pré-RAAC. Le score de Charlson médian était de 4,66 dans le groupe RAAC vs 4,35 dans le groupe pré-RAAC. La médiane de séjour était de 19 j vs 12 j (p <0,001) en faveur du groupe RAAC. Il n’a pas été observé de différence significative entre les groupes pour le taux de complications des tous grades confondus (77 % vs 65 %, p =0,4). En revanche, le taux de complications ≥ Clavien 2 était très significativement inférieur dans le groupe RAAC (65 % vs 28 %, p =0,004). Le taux de transfusion dans le groupe était de 44,4 % vs 66 % dans le groupe pré-RAAC (p =0,119). Le taux de présence de marges positive sur la pièce opératoire était de 3,6 % dans le groupe RAAC vs 12 % (p =0,403). Pour les patients inclus dans le protocole RAAC, une médiane de 19 critères GRACE sur 24 ont été remplis.

Conclusion

L’application d’un programme de RAAC après chimiothérapie néoadjuvante a permis de réduire de façon significative la durée de séjour et les complications postopératoires. Une sur déclaration des évènements peu graves n’est pas a exclure du fait du caractère prospectif du recueil après RAAC. L’efficacité du protocole repose sur une application large des critères de recommandation.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.